Lens est toujours vivant

  • A
  • A
Lens est toujours vivant
Partagez sur :

Lens n'est pas encore en Ligue 2. En s'imposant en fin de match contre Bordeaux (1-0), les Nordistes se sont offerts un sursis dans le bas du classement, en revenant à six points de Monaco, battu dans le même temps à Sochaux (3-0). A l'occasion de cette 35e journée, Auxerre et Nice se sont eux rapprochés du maintien, tandis que Caen, auteur du nul à Rennes (1-1), devra encore batailler.

Lens n'est pas encore en Ligue 2. En s'imposant en fin de match contre Bordeaux (1-0), les Nordistes se sont offerts un sursis dans le bas du classement, en revenant à six points de Monaco, battu dans le même temps à Sochaux (3-0). A l'occasion de cette 35e journée, Auxerre et Nice se sont eux rapprochés du maintien, tandis que Caen, auteur du nul à Rennes (1-1), devra encore batailler. Le chemin est encore long mais le public de Bollaert peut d'ores-et-déjà remercier Hamdi Kasraoui d'avoir permis à Lens de croire encore au maintien. Après repoussé toutes les tentatives bordelaises durant 78 minutes, le gardien lensois, remplaçant de Vedran Runje, blessé au mollet, est parti du bon côté sur le penalty de Modeste, qui aurait pratiquement condamné le RCL à la relégation. "J'ai eu un pressentiment, mais c'est aussi grâce à Dieu", avouera après le coup de sifflet final l'un des deux héros de la rencontre. L'autre grand bonhomme du match est Adil Hermach, auteur du but de la victoire quelques minutes plus tard (86e). Sur coup franc, le milieu nordiste a surpris Carrasso au premier poteau et offert un succès précieux à son équipe, qui revient à six points de Monaco, 17e et surtout prochain adversaire des Sang et Or. Presque un miracle au vu de la rencontre, copieusement dominée par les hommes d'Eric Bédouet. Malgré la fronde de ses supporters, qui ont lancé des fumigènes sur la pelouse en première période et scandé des "Vous avez tué notre paradis" et des "Vous êtes là pour le pognon", Lens s'est accroché pour continuer à y croire. "Cette victoire, c'est d'abord pour notre honneur et pour celui du public. On ne mérite pas cette situation, franchement, donc ça fait forcément du bien. Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir. On a tout oublié ce soir, le contexte, la tension et on a joué pour gagner. Et le public a eu raison de réagir comme ça", ajoute Kasraoui, au micro de Foot +. Niang, porte-bonheur de Caen Comme Lens, Nice et surtout Auxerre sont les grands gagnants de la soirée. Les Bourguignons ont humilié Lyon (4-0) et semblent à l'abri avec leurs 45 points. Quant aux Aiglons, ils ont assuré l'essentiel face à Arles-Avignon (3-2). Cabella (39e) avait pourtant répondu à Ljuboja (32e), mais Clerc (55e) puis Ljuboja encore (76e) ont permis aux Aiglons de se mettre à l'abri d'un retour de la lanterne rouge, qui ne prendra forme que par un but de Diawara en fin de match (3-2). Les Azuréens, avec 43 points, s'accordent ainsi un précieux matelas de quatre unités d'avance sur le 18e, Nancy, à qui ils rendront visite ce week-end. Derrière Nice, on retrouve Brest, en déplacement à Marseille dans la soirée, et Caen, qui est allé ramener un point précieux de son court déplacement à Rennes (1-1). Mangane avait pourtant ouvert le score juste avant le repos mais les Normands disposent d'un porte-bonheur en cette fin de saison : Mbaye Niang. Entré en jeu à la 50e minute en compagnie d'El-Arabi, le jeune attaquant de 16 ans n'a même pas eu besoin de cinq minutes pour inscrire son deuxième but consécutif. "Il fallait réparer nos erreurs de la première période, c'est ce que le coach nous a dit", explique Romain Inez. Enfin, le grand perdant de la soirée est inévitablement l'AS Monaco. Les hommes de Laurent Banide n'ont rien pu faire contre une équipe de Sochaux euphorique (3-0), qui avait fait le plus dur en première période grâce à Sauget (21e) et Maïga (23e). "Les Sochaliens vont très vite, ils sont durs à marquer, soupire Sébastien Chabbert. On a souvent été mis en difficulté sur les coups de pieds arrêtés. On aurait pu réduire le score en deuxième mi-temps mais finalement on en prend un troisième qui nous tue (Boudebouz, 83e). Sochaux a un potentiel offensif énorme. Désormais, il faudra gagner contre Lens." Pour un match à double enjeu.