Lemaitre: "Je suis très déçu"

  • A
  • A
Lemaitre: "Je suis très déçu"
Partagez sur :

L'attente a été longue. Mais Christophe Lemaitre n'a pas réussi à battre le record de France ni à descendre sous les 20 secondes, son objectif affiché. Deuxième du 200 m du meeting Areva, vendredi au Stade de France, le Haut-Savoyard avait du mal à positiver après la course. Particulièrement déçu, il se projette vers la suite de la saison en espérant rapidement parvenir à ses fins.

L'attente a été longue. Mais Christophe Lemaitre n'a pas réussi à battre le record de France ni à descendre sous les 20 secondes, son objectif affiché. Deuxième du 200 m du meeting Areva, vendredi au Stade de France, le Haut-Savoyard avait du mal à positiver après la course. Particulièrement déçu, il se projette vers la suite de la saison en espérant rapidement parvenir à ses fins. Christophe, quel sentiment domine après ce chrono de 20"21 mais une 2e place derrière Bolt ? Je retiens la deuxième place avec des gros clients derrière moi. Mais je suis surtout déçu du chrono, car je savais qu'il y avait tout ce qu'il fallait pour le faire (ndlr, battre le record de France), et je n'ai pas réussi. Je m'attendais à battre le record et m'approcher des 20 secondes. J'aurais aimé le faire, comme ça j'aurais été débarrassé et ça m'aurait permis d'être plus serein pour la suite. Si j'ai envie d'aller en finale à Daegu, il faudra que je passe sous les 20 secondes. L'attente vous a-t-elle perturbé ? Avant l'attente, j'étais très bien, concentré, affûté. Je me sentais bien, j'étais impatient de courir et j'étais chaud. A cause du problème technique, c'était difficile de garder la concentration et de rester dynamique. Ce n'était pas l'idéal pour faire un bon chrono. C'est une partie de l'explication. Maintenant, je sais que j'ai le record de France dans les jambes, que je peux descendre sous les 20 secondes. C'est une question de temps, il faut juste attendre la bonne course. A quoi avez-vous pensé pendant ces 10 minutes d'attente ? J'avais surtout envie que les gens trouvent vite une solution pour réparer, car ce n'est pas idéal. C'était perturbant et un peu dur de rester concentré et bien chaud. Vous ne finissez pas si loin de Bolt... Je suis plus près de Bolt, c'est bien. Je pars avec des trop petites foulées au début mais j'enchaîne avec un bon virage, à la sortie j'allais assez vite même si je me suis un peu déporté. Sur la ligne opposée, j'ai fait ce que j'ai l'habitude de faire. J'essaye tout de même de rester au contact, de me rapprocher de lui, de garder ma vitesse le plus longtemps possible mais c'était très dur. Vous battez un Américain, Patton et un Jamaïquain, Forsythe, qui seront aux Mondiaux. C'est un point positif ? C'est sûr que j'arrive à rester devant de gros clients à part Bolt et Powell, donc c'est encourageant. On vous sent déçu, à quel point l'êtes-vous ? Est-ce à la hauteur de la déception de Lausanne ? Je cherchais surtout le temps et ça n'a pas été à la hauteur des espoirs que j'avais. C'est plus décevant qu'à Lausanne, car j'avais fait un super chrono avec des défauts techniques, et là je me sens bien mais je n'améliore pas mon record. Je sais que ce n'est qu'une question de temps, je l'ai dans les jambes.