Lemaitre: "faire ma course"

  • A
  • A
Lemaitre: "faire ma course"
@ Le Progrès
Partagez sur :

ATHLE - Le Français affronte Powell et Bolt au meeting du Stade de France.

ATHLE - Le Français affronte Powell et Bolt au meeting du Stade de France. Que vous inspire l'idée d'être le premier athlète blanc sous les 10 secondes ? La première fois qu'on m'en a parlé, c'est vrai que je ne m'y attendais pas. Après, plus je m'approchais des 10 secondes, plus on m'en a parlé. C'est un sujet dont je n'aime pas beaucoup parler. Pour moi, c'est un peu inutile. Même après avoir réussi à passer sous les 10, on m'en a parlé et j'ai répondu la même chose: la seule chose qui comptait, c'était de passer sous les dix secondes, ce n'est pas une question de couleur. Quelques jours après vos deux exploits, avez-vous pris conscience de la portée de votre performance ? J'ai conscience d'avoir fait de bonnes perf'. J'ai fait quelque chose de remarquable. Le plus important est à venir, ce sont les championnats d'Europe. Mais il y a encore du travail, rien n'est acquis. Il faut continuer sur cette bonne pente. Avez-vous revu votre course ? Oui. J'ai pu voir que j'étais techniquement plus à l'aise sur le 200 que sur le 100. Sur le 100, j'ai encore des problèmes, avec notamment des foulées trop amples sur la fin et une mise en action encore trop perfectible. "Ce n'est pas encore le plus haut niveau mondial" Pensez-vous que le fait d'avoir franchi cette barrière va vous libérer ? Mentalement, ça ne va rien changer. Après, le fait de m'être débarrassé de cette barrière va me libérer en vue de Barcelone. Pour moi, passer en dessous des 10 secondes, ce n'était qu'un objectif intermédiaire, les titres sont plus intéressants. Avez-vous l'impression d'être entré dans la cour des grands ? Pour le moment, je suis juste passé sous les 10 secondes. C'était une étape importante pour franchir un cap. Mais pour le reste, c'est prématuré, avec un temps de 9"98, il n'y a pas de podium lors d'un grand championnat. Ce n'est pas encore le plus haut niveau mondial. Vendredi, vous allez courir avec Usain Bolt et Asafa Powell, c'est une bonne expérience ? Déjà, c'est une chance de courir avec eux, c'est forcément une bonne expérience. C'est également un gros test pour Barcelone et les Championnats d'Europe. Je saurai ce qu'il me reste à travailler, c'est donc un meeting important. Il sont tous les deux en pleine forme. A moi de gérer ça et de faire ma course. Ça ne dépend que de moi. Qu'est ce qu'une course comme cela peut vous apporter ? Ça me change un peu. C'est aussi ce qui manque: me frotter à plus fort que moi. Ça va me permettre d'engranger de l'expérience. "Je sais ce qu'il me manque pour que ça descende encore" Vous allez courir au couloir 5, entre ces deux monstres, est-ce un bon choix ? Ce n'est pas mon choix, mais celui de mon coach. Pour moi, ce n'est pas important. Être entre les deux va me permettre de bien commencer, je vais être obligé de bien me mettre en place dès le départ. Je serai tout de suite dans le bain. Mais je ne vise pas de temps particulier. Je vais voir comment je me comporte à un niveau international. On a vu Gay, Powell ou Bolt parler de vous, ça vous a surpris ? Ça m'a surpris et ça m'a fait plaisir. Les meilleurs commencent à me connaître. Mais je n'en fais pas encore partie. Je dois continuer à travailler pour en faire partie dans les prochaines années. Je vais continuer à me préparer comme d'habitude, je sais ce qu'il me manque pour que ça descende encore. Quels sont vos objectifs pour les Championnats d'Europe ? Déjà, il y a le 100 mètres et le 4x100 mètres, où je veux faire un podium. Pour le 200 mètres, ça dépendra comment je vais gérer les courses, de mon temps de récupération. Ça dépendra du résultat final aussi. Après, si après le 100 mètres, je me sens bien physiquement, que je peux en garder sous le pied pour le relais, alors je ferai le 200 mètres. Il y a aussi le cas où je ne fais pas mes objectifs sur le 100 mètres. J'aurai alors le 200 et le 4x100 pour me rattraper. On verra ça là-bas dans tous les cas. Ressentez-vous un "effet Lemaitre" après votre nouveau record de France ? Je m'attendais à avoir beaucoup de sollicitations, ce sont des choses prévisibles. Il y a quelque chose qui se met en place. Ce sont des choses que je dois gérer, même si c'est vrai que je reste introverti, que ce n'est pas ma tasse de thé. Mais ça fait partie du bagage d'un athlète.