Lemaitre et le "passage obligé"

  • A
  • A
Lemaitre et le "passage obligé"
@ Maxppp
Partagez sur :

ATHLE - L'athlète ne veut pas s'arrêter au fait d'être passé sous les 10".

ATHLE - L'athlète ne veut pas s'arrêter au fait d'être passé sous les 10". Heureux le sport français, n'en déplaisent à ces messieurs du football, qui en l'espace de deux semaines voit éclore ce qu'il est permis de considérer désormais comme deux futurs cracks des disciplines olympiques. Deux belles promesses à deux ans des JO de Londres. Il y avait le nageur niçois Yannick Agnel, vainqueur à 17 ans de Michael Phelps lors de l'Open EDF de Paris. Depuis vendredi, il va falloir aussi apprendre à connaître Christophe Lemaître, premier sprinteur blanc à "casser" la barre des dix secondes (9"98) en finale des Championnats de France à Valence. Deux talents d'exception, deux compétiteurs redoutables et pour ne rien gâcher deux têtes bien faites puisque les deux garçons ont décroché leur BAC cette semaine ! Lemaitre, un nom à retenir et de toute façon à jamais inscrit dans les annales désormais. Et pourtant, le jeune homme d'Annecy, protégé de Pierre Carraz, qui s'ennuyait dans les sports collectifs avant de s'épanouir sur les pistes, ne voulait lui retenir que cette étape fondamentale dans sa progression, là où beaucoup en font déjà le symbole d'une nouvelle ère du fait de sa seule couleur de peau. Alors un évènement dans sa jeune carrière, oui, mais pas un exploit dans l'esprit de Lemaitre, qui n'oublie pas qu'il n'a jamais signé vendredi que le huitième temps mondial de l'année (cinquième performeur) à 0"16 de la meilleure performance mondiale codétenue par Bolt et Powell, mais surtout le... 347e chrono de tous les temps sur la distance. Ce chrono, le jeune Tricolore, interrogé sur le site de la Fédération française (FFA), l'apprécie pour ce qu'il est. "C'est surtout historique pour moi, mais aux yeux des autres, je resterai le premier Blanc à être passé sous cette barre, je ne pourrai rien y faire. (...) Personnellement, j'en ai un peu rien à faire. J'ai maintenant un record personnel à trois chiffres (sic) ! Ça fait un moment qu'on me parlait de cette barre. Mais moins de 10", c'est avant tout un passage obligé pour faire partie des meilleurs mondiaux." Lemaitre: "C'est un soulagement " Une étape et rien d'autre, même plutôt une libération après ces derniers mois passés à flirter avec ce fameux chrono. "C'était un objectif à long terme, il y avait la meilleure concurrence possible avec Martial et Ronald. J'avais peur du vent, qu'il ne souffle trop fort, mais ça allait (...) c'est un soulagement", confie sur RMC le nouveau champion de France, qui vise déjà plus loin et notamment ce prochain Euro (27 juillet-1er août): "Je peux afficher mes ambitions pour Barcelone. J'y vais pour faire deux médailles sur 100m et dans le relais 4 x 100m parce qu'on avec les sprinters qu'on a maintenant de réelles ambitions de médaille d'or." Une émulation nouvelle pour le sprint français, comme l'évoquait déjà le dauphin de Lemaitre, un Martial Mbandjock (2e en 10"08), détrôné, mais pas amer: "C'est une journée qui va rester dans les mémoires. Et je pense que j'ai plus ou moins contribué au chrono de Christophe." Pour Pierre Carraz, l'entraîneur et mentor de Lemaitre, cette performance est surtout la preuve que son poulain, champion du monde juniors du 200 mètres, n'est jamais meilleur que lorsqu'il se confronte aux grands rendez-vous. "A l'échauffement, je doutais un peu. Je ne l'avais pas trouvé très bien, au contraire de Martial. Mais en compétition, il est toujours très fort. Je commençais à douter un peu. Je pensais que les moins de 10" allaient venir plus facilement. Il faut à Christophe de grandes compétitions pour aller vite." La preuve apportée vendredi fut simplement éclatante...