Lemaitre est lancé

  • A
  • A
Lemaitre est lancé
Partagez sur :

Dix secondes. C'est peu et beaucoup à la fois, mais c'est en tout cas le temps de référence de Christophe Lemaitre cette année. Le Français, meilleur performeur européen 2011 grâce à ce 10" pile, obtenu à Rome il y a dix jours, aspire bien sûr à faire mieux à moins de trois mois des Mondiaux de Daegu. Le meeting de Montreuil, mardi, est une occasion idéale pour confirmer sa montée en puissance.

Dix secondes. C'est peu et beaucoup à la fois, mais c'est en tout cas le temps de référence de Christophe Lemaitre cette année. Le Français, meilleur performeur européen 2011 grâce à ce 10" pile, obtenu à Rome il y a dix jours, aspire bien sûr à faire mieux, à moins de trois mois des Mondiaux de Daegu. Le meeting de Montreuil, mardi, est une occasion idéale pour confirmer sa montée en puissance. Difficile d'être le maître du monde, bien sûr. D'autres sont là pour ça, comme Usain Bolt, ou plutôt Steve Mullings et Tyson Gay en ce moment. En revanche, Christophe Lemaitre est bien le maître de France sur 100 m, et même d'Europe. Son encourageant temps de 10" pile, obtenu le 26 avril dernier à Rome (lors de la troisième étape de la Diamond League), le place ainsi en tête des bilans du Vieux continent sur la saison, un petit millième devant Dwain Chambers. Ironie du sort, ou plutôt joli coup des organisateurs, le meeting de Montreuil rassemblera mardi les deux hommes pour un sprint qui s'annonce explosif, avec également la présence de Yohan Blake (9"80 le 7 mai à Kingston, avec un vent trop favorable pour que la performance entre dans les bilans). Le champion d'Europe en titre n'a pris part qu'à trois courses depuis le début de l'année, et sa progression est indéniable. Après un tranquille 10"19 à Aix-les-Bains le 23 avril pour sa rentrée, le Français a enchaîné avec un 10"08 aux Interclubs, le 22 mai à Evry-Bondoufle. Quatre jours plus tard, au contact de Bolt et Powell, en terminant notamment neuf centièmes derrière "la Foudre", Lemaitre réalisait donc un temps de dix secondes à Rome. Le quatrième meilleur résultat de sa carrière, lui qui n'est donc passé sous la barre des 10" qu'à trois reprises (voir ci-contre). "C'est la première fois que je me suis senti aussi près d'eux""Je suis vraiment satisfait, déclarait Lemaitre dans les colonnes de L'Equipe, au lendemain de sa performance en Italie. J'arrive à faire 10" fin mai, ça lance très bien ma saison. Les chronos en dessous de 10" sont plus accessibles cette année que l'an passé. Et si je fais 10" maintenant, qu'est-ce que ça va être en août !" L'insouciance de la jeunesse, sans doute... Car ces déclarations se retourneront forcément contre lui en cas de pépin aux Mondiaux de Daegu, dans moins de trois mois (26 août-4 septembre). Mais c'est aussi, et surtout, ce qui fait sa force. "Il m'a juste manqué un peu d'efficacité mais c'est vrai qu'au départ je n'étais pas largué, poursuivait Lemaitre en prenant Bolt en comparaison. Je me suis dit que peut-être, je pourrais aller le chatouiller. En fait, franchement, oui j'y ai cru !" A chaud, immédiatement après la course, devant les caméras d'Orange Sport, Lemaitre avait même les yeux qui pétillaient: "C'est la première fois que je me suis senti aussi près d'eux", lâchait-il ainsi, avec le ton enjoué d'un gamin qui aurait approché une star pour lui faire signer un autographe. Bien sûr, ce n'est pas ça. Et même si Lemaitre le pense, il ne le montre pas en piste, mais alors vraiment pas, avec notamment une concentration maximale dans ses départs, quel que soit le pedigree des athlètes à ses côtés. Un départ qui, à Rome, était d'ailleurs nettement meilleur que ceux qui ont fait de lui le champion d'Europe du 100 et du 200 m à Barcelone, en juillet 2010. A ce rythme-là, le record de France a de fortes chances d'être chatouillé en Seine-Saint-Denis. Et quoi de plus logique, après tout, que de le battre en France ?