Ledesma, figure de proue

  • A
  • A
Ledesma, figure de proue
Partagez sur :

Titulaire avec les Pumas pour affronter la Roumanie samedi, à Invercargill, dans la Poule B de la Coupe du monde, le talonneur Mario Ledesma disputera à cette occasion son 15e match dans la compétition suprême, ce qui fera de l'ancien Clermontois le joueur argentin ayant joué le plus de matches dans la compétition reine. Mieux que le petit caporal Agustin Pichot !

Titulaire avec les Pumas pour affronter la Roumanie samedi, à Invercargill, dans la Poule B de la Coupe du monde, le talonneur Mario Ledesma disputera à cette occasion son 15e match dans la compétition suprême, ce qui fera de l'ancien Clermontois le joueur argentin ayant joué le plus de matches dans la compétition reine. Mieux que le petit caporal Agustin Pichot ! La morale est sauve. Coupable d'avoir assommé Mario Ledesma d'un coup de genou le week-end dernier, l'Anglais Courtney Lawes est au frigo pour deux matches. Le pilier argentin s'est lui relevé. Et sera sur la pelouse d'Invercargill samedi face à la Roumanie. Pour un 15e match de Coupe du monde, un record au pays, lui qui était déjà là en 1999, année où les Pumas avaient chuté en quarts de finale contre... la France (47-26). Le lendemain de cette 81e cape, qu'il espère victorieuse, « Super Mario » fêtera ses 15 ans de rugby international, un club réservé jusqu'alors à quatre de ses prédécesseurs argentins. "C'est une fierté d'avoir duré aussi longtemps, un privilège même", avouait-il à la veille d'entrer dans sa quatrième Coupe du monde, son dernier challenge de sportif de haut niveau avant de passer, à 38 ans, de l'autre côté de la barrière et prendre en charge les avants du Stade Français. "Je sais que pour moi, tout cela sera fini dans quelques semaines", rappelait celui qui va donc dépasser Agustin Pichot dans les livres des records à défaut de remplacer le « petit caporal », jamais loin de la sélection même en Nouvelle-Zélande, dans les coeurs argentins. "Aussi, je profite de tous les moments que je vis. Chaque entraînement, chaque instant dans le vestiaire, chaque discussion tactique, collective, individuelle, les repas pris avec toute l'équipe", ajoutait le « vieux », qui est accompagné de ses parents pour l'occasion... Quand Ledesma met en garde A 38 ans, l'ancien talonneur de Clermont fait figure d'ancien dans un groupe argentin où l'ouvreur remplaçant, Nicolas Sanchez, 22 ans, qui sera sur le banc contre la Roumanie, pourrait être son fils... "Il y a deux ou trois générations de joueurs entre nous deux, s'amuse-t-il. Mais ça fait deux mois que l'on travail ensemble et tous me font sentir plus jeune !" Une jeunesse éternelle qui lui permet d'entrer sur le terrain avec toujours la même envie et la même passion pour ce jeu. Par contre, quand il s'agit de mettre ses coéquipiers en garde contre une éventuelle suffisance à l'heure d'affronter la Roumanie, le petit Poucet du groupe, Ledesma redevient le sage. "Aujourd'hui, il n'y a plus de matches faciles. Plus de petites équipes. On ne peut pas se permettre de ne pas prendre la Roumanie au sérieux", insiste-t-il, prenant pour exemple les difficultés rencontrées par la France contre le Japon, l'Irlande face aux Etats-Unis et par les Ecossais devant ces mêmes Roumains lors de la première journée: "Il suffit de voir ce qu'ont réalisé les Roumains samedi dernier contre l'Ecosse. La Roumanie a de très bons joueurs, dont certains pourraient être titulaires dans les meilleures équipes du monde. Je pense à Tincu ou Tonita que j'ai souvent croisés en Top 14." Si ça ne suffisait pas, Ledesma se fait concret : "On a déjà perdu un match (9-13 contre l'Angleterre, ndlr). Si on en perd un autre contre la Roumanie, on rentre à la maison." Et ça, « Super Mario », s'il est prêt à tourner la page, ne le veut pas. Pour s'en convaincre, demandez-lui son objectif sur cette Coupe du monde. "Etre champions, répond-il du tac-au-tac. Au moins, j'ai un rêve..." Et des souvenirs plus qu'il n'en faut...