Le week-end au rebond

  • A
  • A
Le week-end au rebond
Partagez sur :

Des paroles aux actes, retrouvez tout ce qu'il s'est passé lors de la 9e journée de Pro A. Le week-end, forcément, a été marqué par l'annonce du prochain départ des NBAers de France vers les Etats-Unis. Samedi soir, les Parker, Batum & Co n'ont pas manqué leurs adieux, dans une soirée placée sous le signe de l'offensive, où Gravelines-Dunkerque, Le Mans et même Hyères-Toulon ont franchi la barre des 100 points dans le temps réglementaire.

Des paroles aux actes, retrouvez tout ce qu'il s'est passé lors de la 9e journée de Pro A. Le week-end, forcément, a été marqué par l'annonce du prochain départ des NBAers de France vers les Etats-Unis. Samedi soir, les Parker, Batum & Co n'ont pas manqué leurs adieux, dans une soirée placée sous le signe de l'offensive, où Gravelines-Dunkerque, Le Mans et même Hyères-Toulon ont franchi la barre des 100 points dans le temps réglementaire. LES JOUEURS : Les NBAers Pour leur au revoir, ils ont vu les choses en grand. Comme un symbole, pour ce qui était sans doute leur dernier week-end sur les parquets français cette saison, les NBAers de la Pro A ont tous sorti de grosses prestations. "Ça s'est bien terminé, sur une bonne note", a résumé Tony Parker qui, sans assurance (!), mais avec ses 23 points, a offert à l'Asvel une dernière victoire à Strasbourg (74-80), bien aidé par l'énergie de Ronny Turiaf (7 pts, 5 rbds). Toujours dans la raquette, Ian Mahinmi (21 pts, 7 rbds) et Alexis Ajinça (23 pts, 7 rbds) se sont livrés un beau duel avec avantage au second lors de la victoire du HTV au Havre (90-101). Sans contrat garanti avec les Atlanta Hawks, Pape Sy s'est montré à son avantage avec Gravelines-Dunkerque à Nanterre (85-107), en scorant pas moins de 19 points en 16 minutes. La palme revient cependant à Nicolas Batum, et à ses 27 points contre Cholet (96-88) qui ont contribué à ce que Nancy reste invaincu à domicile cette saison toutes compétitions confondues (quatre victoires en Pro A, trois en Euroligue). "J'ai le sentiment que c'était mon dernier match à Gentilly et je suis un peu triste, a confié l'ailier des Portland Trail Blazers à l'Est Républicain. Quoi qu'il arrive, j'ai appris énormément à Nancy et je ne regrette pas mon choix. J'ai passé ici deux mois extraordinaires. Ce soir, j'avais envie que le match dure encore et encore. Je n'avais pas envie de quitter le parquet..." Enfin, signalons les performances de deux des joueurs les plus prometteurs du championnat, qui s'envoleront peut-être pour les Etats-Unis l'été prochain mais qui finiront bien la saison en France: le Gravelinois Andrew Albicy (21 ans) et le Poitevin Evan Fournier (19 ans), auteurs respectivement de 23 et 27 points contre Nanterre et Le Mans. Parce que la saison de Pro A ne s'est pas terminée le 26 novembre... LA PHRASE : "L'Asvel existait avant que Tony n'arrive", de Pierre Vincent Perdre un triple All-Star comme Tony Parker serait un coup dur pour n'importe quelle équipe NBA, ou presque, alors imaginez pour un club de Pro A... C'est le défi qui se présente pour l'Asvel, qui démarre cette « deuxième saison » sans son meneur star, mais aussi sans Ronny Turiaf, avec un bilan de quatre victoires pour autant de défaites. "Il y a une certaine appréhension car ils ont apporté un gros plus à l'équipe. Sans eux, ce sera beaucoup plus difficile de gagner des matchs. Mais le groupe en est capable, espère Laurent Foirest, interrogé par 20 Minutes. Le manager général du club rhodanien estime cependant que l'Asvel ne se renforcera pas dans l'immédiat. "Nous n'avons pas prévu de changer quoi que ce soit. On verra au fur et à mesure. Mais nous ne perdons pas de vue que l'un de nos objectifs est de former les jeunes." Les Westermann, Lacombe, Fofana et autres Jean-Charles vont donc retrouver plus de temps de jeu. "Certains ont moins joué, mais ils ont beaucoup appris à l'entraînement", estime Foirest. "J'ai confiance dans l'équipe", assure de son côté "TP". LE TOP : Gravelines-Dunkerque 101 points contre Zagreb, 106 contre Hyères-Toulon et maintenant 107 contre Nanterre... Depuis deux semaines, Gravelines-Dunkerque affole les compteurs. Samedi soir, la JSF n'était pas de taille à lutter face au collectif nordiste, parfaitement orchestré par Andrew Albicy (21 points à 7 sur 8 aux tirs, 3 passes). Avec ses 22 points à 6 sur 8 aux tirs primés, Juby Johnson a écoeuré le club francilien. Rien n'altère les performances du BCM donc, pas même l'incident qui a éclaté la semaine passée entre Dounia Issa et Yannick Bokolo. Le départ imminent de Pape Sy, auteur d'une entrée fracassante (19 points en 16 minutes), n'inquiète pas non plus les dirigeants nordistes: "On sait qu'on a l'effectif suffisant pour l'instant", explique le directeur exécutif Hervé Beddeleem dans La Voix des Sports. Sur une série de neuf victoires consécutives, en incluant, l'Eurocoupe, le BCM, co-leader avec Nancy, devant Chalon et Le Mans (qui a également collé 106 points à Poitiers), peut envisager l'avenir sereinement. LE FLOP : Le Havre Avec seulement 7 joueurs, mais un duo Paccelis Morlende-Alexis Ajinça en fusion (23 points chacun), Hyères-Toulon a signé son deuxième succès de la saison, le premier à l'extérieur, sur le parquet du Havre (90-101). Il y a deux semaines, le STB avait battu l'Asvel. Cette fois, les coéquipiers de Nic Wise (23 points) ont sombré contre la lanterne rouge. "Encaisser 100 points à la maison, c'est dur. On paie très cher notre manque d'investissement défensif, peste Jean-Manuel Sousa dans les colonnes de L'Equipe. LA STAT : 44 Soit le nombre de fautes recensées lors de la rencontre entre Chalon et le Paris-Levallois (86-82), au Colisée. Jusque-là, rien d'exceptionnel, sauf que 31 de ces coups de sifflets ont été donnés à l'encontre de joueurs parisiens. "Il faut le dire, on a été volé, attaque Vincent Masingue. Les arbitres n'ont pas été à la hauteur. Ils sont bons pour faire la grève, mais pour le reste..." Il est clair que les 41 lancers francs accordés à l'Elan, contre 9 seulement pour les visiteurs, ont sans doute pesé lourd dans la balance...