Le week-end au rebond

  • A
  • A
Le week-end au rebond
Partagez sur :

Des paroles aux actes, retrouvez tout ce qu'il s'est passé lors de la 7e journée de Pro A. Un week-end marqué par la prise de pouvoir de Gravelines-Dunkerque, qui a profité de son carton contre Hyères-Toulon (106-57) et de la première défaite de Nancy au Mans (78-80) pour revenir sur le Sluc en tête du classement.

Des paroles aux actes, retrouvez tout ce qu'il s'est passé lors de la 7e journée de Pro A. Un week-end marqué par la prise de pouvoir de Gravelines-Dunkerque, qui a profité de son carton contre Hyères-Toulon (106-57) et de la première défaite de Nancy au Mans (78-80) pour revenir sur le Sluc en tête du classement. LA STAT : 155 (Gravelines-Dunkerque) 155, comme l'évaluation globale de l'équipe de Gravelines-Dunkerque, qui a dévoré Hyères-Toulon (106-57) samedi soir au Sportica. Avec six joueurs à dix points ou plus, le collectif nordiste a mis un quart-temps avant de dynamiter des Varois privés notamment d'Alexis Ajinça, malade. "On savait qu'il manquait beaucoup de joueurs au HTV, ainsi que leur coach et donc que la situation était délicate pour eux, a commenté Dounia Issa (14 points, 6 rebonds) sur le site du club. Malgré tout, on n'était pas sûrs que ça allait être plus simple pour nous. Au début, on n'a pas été patients, on a pris nos tirs trop rapidement, ce qui leurs a permis de développer leur jeu et de prendre des contre-attaques. Puis on s'est repris, on a fait des meilleurs choix, on a été plus rigoureux en attaque ce qui nous a permis de faire l'écart." Un écart énorme mais qui n'est pas un record dans l'histoire de la LNB, créée en 1987, puisque Cholet avait martyrisé Avignon le 11 mars 1988 (114-55). Cette marge symbolise en tout cas assez bien la puissance de la formation dirigée par Christian Monschau, qui a rejoint Nancy en tête du championnat avec six victoires contre une seule défaite. "Ce type de match nous prouve bien qu'il faut être sérieux à tout moment, qu'il faut toujours mettre en place une stratégie la plus efficace possible, a retenu pour sa part le coach maritime. Si on ne le fait pas, on voit un premier quart-temps où l'équipe du HTV avec deux joueurs importants en moins, arrive à scorer. On a eu du mal sur les cinq premières minutes du premier quart-temps à s'ajuster. Ensuite, c'est notre défense collective et notre intensité qui nous ont permis de prendre le large." LE TOP : Paris-Levallois Gagner en étant mené de dix-huit points à cinq minutes de la fin, c'est possible. Le Paris-Levallois l'a fait, vendredi soir, en coiffant Orléans sur le fil (79-76) grâce à une réussite insensée en fin de rencontre. C'est sur un 31-10, dans le sillage notamment d'Eric Chatfield (33 points), que le PL a terminé le match. "J'ai bien conscience qu'on a été décevants pendant un bon bout de temps, a confié Christophe Denis sur BasketNews.net. Et puis ce qu'il y a de plus beau dans le sport, c'est la fin. [...] On est à cinq victoires pour deux défaites, peu importe la manière. On retient la fin. On gagne, point final." Le coach francilien, qui ne manque pas d'ambition, affirme même que son équipe peut être championne. Surtout si Joakim Noah vient renforcer les rangs. LE FLOP : Nancy Il n'y a plus d'équipe invaincue en Pro A. Nancy, seul leader avant cette septième journée, s'est incliné samedi soir sur le parquet du Mans (78-80). Rien de honteux, tant cette équipe du MSB est pétrie de qualités, sauf que la fin de rencontre a laissé aux Lorrains un goût amer. Après être revenu au score à 78-78, le Sluc a très mal géré l'horloge dans le money time, une maladresse dont ont profité les Sarthois. Pour son retour devant son ancien public d'Antarès, Nicolas Batum a brillé avec 24 points et 9 rebonds. Mais il espérait une autre issue. "C'est rageant, c'est n'importe quoi, a-t-il réagi dans L'Est Républicain. On réussit à ne pas tirer une seule fois sur nos trois dernières possessions." Résultat, le Sluc voit Gravelines-Dunkerque (voir plus haut) le rejoindre en tête. LE JOUEUR : Teddy Gipson (Pau-Lacq-Orthez) Pour la première de Laurent Vila à la tête de Pau-Lacq-Orthez en Pro A, Teddy Gipson a fait les choses en grand. Avec 24 points, 6 rebonds, 12 passes et 33 d'évaluation, l'arrière américain a été déterminant lors de la victoire à l'arraché de l'Elan Béarnais contre Nanterre (89-84, a.p.). "Ce match vient récompenser tous nos efforts car on travaille dur en ce moment, a-t-il apprécié sur le site du club. On propose un premier quart-temps de rêve où tout réussit mais on savait que Nanterre est une bonne équipe qui développe un basket organisé. Peu à peu, ils sont revenus et nous ont poussés dans nos derniers retranchements. Personnellement, je prends mes responsabilités mais je suis habitué à ce statut, je suis le capitaine donc j'assume. Ce qui change, c'est le fait de jouer autant qui entraîne de la fatigue et parfois un manque de lucidité mais nous sommes dans une situation d'urgence alors on donne tout ce qu'on a." LA PHRASE : "On perd des points bêtement", Ruddy Nelhomme (Poitiers) Poitiers peut avoir des regrets. Hôte de Strasbourg, samedi soir, le PB86 a mené au score pendant plus de trente-cinq minutes mais à 1'06" du buzzer, la partie a basculé sur un tir primé plus lancer franc de Justin Harper, qui a mis la SIG sur les bons rails (79-78). Une défaite frustrante pour les partenaires d'Evan Fournier (23 points). "C'est embêtant de perdre car je pense que l'on a fait un bon match, a déclaré dans La Nouvelle République le coach poitevin Ruddy Nelhomme. On a fait ce qu'il fallait pendant 39 minutes et on a une dernière minute où on est moins présents. C'est dommageable, on laisse des points bêtement sur la route. Le basket est un sport où chaque possession est importante. On n'a pas de marge et nos erreurs nous coûtent cher."