Le week-end au rebond

  • A
  • A
Le week-end au rebond
Partagez sur :

Des paroles aux actes, retrouvez tout ce qui s'est dit et passé ce week-end sur les parquets de Pro A. Avec, lors de la 26e journée, la grosse gifle reçue par le Paris-Levallois à Gravelines-Dunkerque (58-91), qui enfonce le club francilien dans la zone de relégation, et la victoire surprise de Limoges sur le parquet de Nancy (93-88).

Des paroles aux actes, retrouvez tout ce qui s'est dit et passé ce week-end sur les parquets de Pro A. Avec, lors de la 26e journée, la grosse gifle reçue par le Paris-Levallois à Gravelines-Dunkerque (58-91), qui enfonce le club francilien dans la zone de relégation, et la victoire surprise de Limoges sur le parquet de Nancy (93-88). LE TOP : Chalon-sur-Saône Assez irrégulier à l'extérieur cette saison, alors qu'il a enchaîné les bons résultats au Colisée, Chalon-sur-Saône a réalisé la grosse performance du week-end, lors de cette 26e journée de Pro A, en s'imposant dans la salle de Cholet, leader un peu moins intouchable du championnat (82-74). Une sacrée performance, réussie notamment grâce à Michel Jean-Baptiste Adolphe (15 points, 5 rebonds), Steed Tchicamboud (13 points, 6 rebonds, 5 passes) et Ilian Evtimov (13 points, 5 rebonds), qui permet à l'Elan de s'emparer seul de la deuxième place. "Je trouve qu'on a fait preuve de cohérence par rapport à ce qu'on veut faire de l'équipe en déplacement. Ces dernières semaines, on jouait surtout pour ne pas perdre. Celui-là, on l'a joué pour le gagner, a estimé le coach chalonnais Gregor Beugnot en conférence de presse. Ce match était important pour arrêter notre série de défaites à l'extérieur mais aussi, vu que c'était vendredi, toutes les autres équipes ont regardé et on leur met la pression à distance. Le championnat n'est pas fini mais si on a pris conscience qu'on peut jouer à domicile et à l'extérieur de la même manière, c'est bien." LE FLOP : Paris-Levallois Il y a des défaites qui font plus mal que d'autres. Celle concédée par le Paris-Levallois sur le parquet de Gravelines-Dunkerque (58-91), samedi soir, est pour le club francilien un gros coup dur. Au classement, puisque le PL glisse dans la zone rouge, et dans les têtes, un tel écart laissant forcément des traces. Les efforts de Marcellus Sommerville (15 points, 5 rebonds) n'ont pas été suffisants pour contenir des Nordistes déchaînés. "Ils ont durci les choses en défense et quand cette équipe se met à jouer en attaque, avec tous ses pick'n roll, elle est dangereuse de partout, très agressive, a analysé dans La Voix des Sports le coach parisien Christophe Denis. Si on n'est pas prêt physiquement, on prend l'eau de toutes parts. En deux, trois minutes, l'équipe n'existe plus du tout." Elle va pourtant devoir se reprendre dès vendredi contre Vichy, qui lui a laissé son avant-dernière place au classement. LE JOUEUR : Jamal Shuler (Vichy) Si Antoine Eito et Thomas Larrouquis ne sont pas étrangers à la bonne série de Vichy, qui reste sur cinq succès en sept rencontres et sort enfin de la zone de relégation, Jamal Shuler a également sa part de responsabilités. Auteur de 22 points et 7 passes contre Hyères-Toulon (82-75), l'arrière américain a enchaîné son cinquième match à 19 d'évaluation ou plus. "On est dans une spirale positive, qui emmène les victoires, apprécie-t-il sur le site du club. On n'a plus envie de revivre les défaites. La différence entre l'équipe d'aujourd'hui et celle du début de saison s'explique par le fait qu'on joue ensemble, et que chacun essaie de rattraper les erreurs des autres. J'ai plus de responsabilités comme je suis le capitaine, et c'est à moi de montrer l'exemple à mes coéquipiers. Sur un plan personnel, c'est ma meilleure saison de basket, je suis très content." LA STAT : 40 Quarante, comme le nombre de points d'écart entre Le Mans et Orléans lors d'un match crucial pour la huitième place, dernier strapontin qualificatif pour les play-offs, qui a souri au MSB (90-50). La rencontre promettait pourtant d'être intense et serrée, vu l'enjeu. Mais l'OLB, à l'image d'Aldo Curti (0 point à 0/8 en 21 minutes pour -4 d'évaluation), est complètement passé au travers. "On est tombé contre une excellente équipe, qui a parfaitement joué, fait tourné le ballon, défendu... Il faut déjà expliquer cette défaite-là par la qualité du Mans, a expliqué l'entraîneur orléanais Philippe Hervé sur le site du club. Tout de suite, on a été sur le reculoir, alors qu'on voulait pourtant les faire reculer. Le grain de sable s'est installé dans les têtes. Quand vous êtes chez vous et que vous sentez que vous n'avez pas de réponses, c'est très compliqué." Et ça s'est vu. LA PHRASE : "Limoges a été meilleur, c'est tout", John Linehan (Nancy) Même privé de Chris Massie, qui a été remplacé ce lundi par Dwayne Curtis, Limoges refuse d'abdiquer dans la lutte pour le maintien. Toujours dernier du classement, le CSP a frappé un grand coup en allant dominer Nancy à Gentilly (93-88), samedi soir. "Limoges a été meilleur, c'est tout, a reconnu dans Le Républicain Lorrain le meneur du Sluc John Linehan. Le CSP a fourni un très bon match. Celui-ci était spécial dans la mesure où notre adversaire a joué sans pivot. C'était compliqué pour nous. Nous avons eu du mal par rapport à la vitesse des Limougeauds alors que nous avons également manqué d'adresse." Un manque de réussite souligné également par le coach nancéien Jean-Luc Monschau: "On encaisse neuf tirs primés dans le premier quart-temps, notamment par (Cedrick) Banks dont on savait qu'il pouvait le faire puisque nous l'avons gardé trois ans chez nous pour cette qualité. [...] Face à ce niveau d'adresse exceptionnel, on ne pouvait être qu'en danger."