Le week-end au rebond

  • A
  • A
Le week-end au rebond
Partagez sur :

Des paroles aux actes, retrouvez tout ce qui s'est dit et passé ce week-end sur les parquets de Pro A. Avec, lors de la 25e journée, la victoire surprise de Vichy au Mans (87-63), qui permet à la JAV de se relancer dans la course au maintien, et le sixième succès consécutif de Cholet, qui devrait terminer la saison régulière en tête.

Des paroles aux actes, retrouvez tout ce qui s'est dit et passé ce week-end sur les parquets de Pro A. Avec, lors de la 25e journée, la victoire surprise de Vichy au Mans (87-63), qui permet à la JAV de se relancer dans la course au maintien, et le sixième succès consécutif de Cholet, qui devrait terminer la saison régulière en tête. LE TOP : Vichy Vichy n'est pas mort ! Si la JAV est toujours relégable à l'issue de la 25e journée de Pro A, disputée ce week-end, elle n'a pas encore dit son dernier mot dans la course au maintien. En déplacement à Antarès samedi soir, pour y défier Le Mans, les joueurs de Jean-Philippe Besson ont obtenu une victoire importante (87-63) qui leur permet de revenir à un point seulement de Poitiers et du Paris-Levallois. Auteur de 20 points et 6 rebonds, Demetris Nichols a été déterminant pour les Vichyssois, au même titre que Jamal Shuler (20 points, 4 rebonds, 3 passes). Avec quatre succès en six matches, les partenaires d'Antoine Eïto sont sur une bonne dynamique. Suffisant pour rester dans l'élite ? Le déplacement sur le parquet du PL, dans quinze jours, sera le rendez-vous à ne pas manquer. LE FLOP : Nancy Transparent à Chalon-sur-Saône il y a deux semaines, Nancy n'a pas su confirmer contre le Paris-Levallois (83-93) sa victoire obtenue devant Strasbourg le week-end dernier (88-61). Une irrégularité qui pourrait lui coûter la deuxième place en fin de saison régulière. Le Sluc avait pourtant bien démarré la rencontre mais n'a pas su résister quand le PL a accéléré, seul Tremmell Darden ayant répondu présent avec 23 points et 8 rebonds. "En n'étant pas dans un grand jour d'adresse, nous avons été dans le match pendant trois quart-temps. Je regrette qu'en fin de troisième quart-temps, nous n'ayons pas suffisamment attaqué le panier, alors que Paris avait des fautes", a analysé le coach lorrain, Jean-Luc Mosnchau, sur le site du quotidien Vosges Matin. LE JOUEUR : Matt Walsh (Villeurbanne) Matt Walsh est capable du meilleur comme du pire. Auteur de 20 passes contre Vichy, en mars, l'ailier américain avait été puni et laissé sur le banc par Nordine Ghrib face à Vichy. Ce week-end, sur le parquet de Pau-Lacq-Orthez (92-74), ne pas le mettre sur le terrain aurait été une grave erreur. Car en début de dernier quart, alors que l'Elan Béarnais menait au score (61-56, 30e), l'ancien de Florida a pris feu en inscrivant 14 de ses 20 points d'affilée, avec une adresse affolante de loin. "Nous avons eu des hauts et des bas mais ce groupe a beaucoup de talents, assure-t-il dans Le Progrès, avant d'avouer: Nous visons le doublé." Cette soif de titres lui donne même envie de rester l'an prochain: "J'aime beaucoup ce club, la façon dont il est géré, la ville et la Pro A. C'est vraiment une très bonne saison pour moi, assurément l'une de mes meilleures depuis que je suis pro." LA STAT : 6 Six, comme le nombre de victoires consécutives de Cholet, qui s'est imposé samedi soir sur le parquet de Strasbourg (78-70) grâce notamment aux 20 points et 3 rebonds de Sammy Mejia, candidat au titre de MVP étranger de la saison. Large leader du championnat, avec trois succès d'avance sur Chalon et Nancy, le CB impressionne par sa régularité et est bien parti pour conserver son titre. Mais Erman Kunter, toujours très prudent, veut faire les choses dans l'ordre. "Notre objectif est clairement la première place", assure le coach choletais sur le site de Ouest-France. Un trône qui permettrait au club des Mauges d'avoir l'avantage du terrain en play-offs jusqu'à la finale, si finale il y a... Vu la sérénité qu'ils dégagent, les Choletais seront durs à arrêter. LA PHRASE : "Alain Weisz manque cruellement d'élégance", Frédéric Forte (Limoges) Plus que la défaite concédée à Hyères-Toulon (56-82) ou la blessure de Chris Massie, les dirigeants de Limoges n'ont pas apprécié l'attitude d'Alain Weisz en fin de rencontre. Alors que le HTV menait de 26 points à trois minutes de la sirène, l'entraîneur varois a pris un temps mort, malvenu selon Zare Markovski. "J'ai pris un autre temps mort pour lui donner plus de temps nécessaire à ses consignes alors que le score était de +26, à 3 minutes de la fin !, explique ironiquement le coach du CSP sur le site du club. Pour lui le match n'était pas fini, apparemment... C'est donc pour cela que j'ai pris un autre temps mort, pour lui montrer qu'il n'avait même pas besoin du sien." Le président limougeaud, Frédéric Forte, a lui estimé que l'ancien sélectionneur des Bleus "manquait cruellement d'élégance à l'égard d'une équipe à laquelle son agent le propose depuis un mois."