Le week-end au rebond

  • A
  • A
Le week-end au rebond
Partagez sur :

Des paroles aux actes, retrouvez tout ce qui s'est dit et passé ce week-end sur les parquets de Pro A. Avec, lors de cette 22e journée, les cartons inattendus des deux relégables, Limoges et Vichy, face à de gros clients, Chalon et Roanne. Le retour canon de Pau-Lacq-Orthez, qui a infligé un 22-0 à Orléans dans le money-time. Et la punition donnée par le coach de l'Asvel Nordine Ghrib à Matt Walsh.

Des paroles aux actes, retrouvez tout ce qui s'est dit et passé ce week-end sur les parquets de Pro A. Avec, lors de cette 22e journée, les cartons inattendus des deux relégables, Limoges et Vichy, face à de gros clients, Chalon et Roanne. Le retour canon de Pau-Lacq-Orthez, qui a infligé un 22-0 à Orléans dans le money-time. Et la punition donnée par le coach de l'Asvel Nordine Ghrib à Matt Walsh. LE TOP : Limoges et Vichy Les sans-grades se sont révoltés. Distancés par Poitiers dans la course au maintien, les deux relégables ont réagi de la plus belle des manières samedi soir en revenant à un petit point des Pictaves, fauchés par Villeurbanne (82-76). Que Vichy batte aussi largement Roanne (87-61), même si la Chorale connait depuis la Semaine des As et le départ de K.C. Rivers de sérieux problèmes collectifs (voir plus bas), est déjà une énorme surprise en soi. Mais le plus large encore succès de Limoges, lanterne rouge qui restait sur sept revers de rang, contre Chalon-sur-Saône (93-62) en a sans doute scié plus d'un à Beaublanc. "C'est une victoire référence, a apprécié sur le site du club Raphaël Desroses, auteur de 16 points et 5 rebonds. Si on défend comme ça à chaque match, on pourra attaquer les rencontres avec plus de sérénité. Peut-être que parfois il faut toucher le fond pour remonter. Nous, on l'a touché des deux pieds." LE FLOP : Le Mans Les play-offs s'éloignent un peu pour Le Mans. Battu par Nancy vendredi, le MSB a réalisé une mauvaise opération en laissant à Pau-Lacq-Orthez la huitième place du championnat, la dernière qualificative pour les phases finales. Certes, la route est encore assez longue et les joueurs de J.D. Jackson ont le temps de se reprendre. Mais leur irrégularité chronique et un calendrier pas évident, avec Hyères-Toulon et l'Asvel au programme des quinze prochains jours, pourraient leur être fatals. "Si nous voulons faire quelque chose de bien, il faut être capable de jouer durant quarante minutes", s'est agacé le coach J.D. Jackson sur le site de Ouest-France. Cette défaite face au Sluc (75-76) est d'autant plus frustrante qu'elle s'est jouée sur un détail: un lancer franc raté à 13" du buzzer par Ben Dewar, qui aurait pu emmener les deux équipes en prolongation. LA STAT : 22-0 (Pau-Lacq-Orthez) Les deux promus ne jouent pas dans la même cour. Pendant que Limoges lutte pour sa survie, Pau-Lacq-Orthez s'immisce dans la course aux play-offs. Sa victoire contre Orléans (72-66) lui a même permis de se faire une place de choix en grimpant seul au huitième rang du classement, avec un point d'avance sur Le Mans. Une joie que l'Elan Béarnais n'a pourtant failli ne jamais connaître. Car à six minutes de la fin du match, les hommes de Didier Dobbels comptaient encore douze longueurs de retard à la marque. Heureusement pour eux qu'ils se sont réveillés à temps, en signant dans le sillage de Teddy Gipson (19 points, 4 rebonds, 5 passes) un 22-0 qui a fini par achever l'OLB. "Je suis content car l'équipe ne s'est jamais désunie", a réagi l'entraîneur palois sur le site du club. Le tout est désormais de rester dans le bon wagon. LE JOUEUR : Matt Walsh (Lyon-Villeurbanne) Les semaines se suivent mais ne se ressemblent pas pour Matt Walsh. Auteur le week-end dernier de 20 passes décisives contre Vichy, l'ailier américain a été nettement moins en vue face à Poitiers avec 0 point et 3 rebonds en 9 minutes. La raison ? Il est resté cloué sur le banc durant toute la deuxième période, puni par Nordine Ghrib pour son comportement. "C'est une sanction, n'a pas caché dans L'Equipe le coach rhodanien. Comme les autres, Matt doit avoir une attitude positive et quand elle ne l'est pas, je me dois de protéger l'équipe. Depuis un mois, j'ai eu l'occasion de souligner que son attitude était meilleure. Mais Walsh reste une "bombe" toujours susceptible de péter un plomb. Maintenant, on le connait, il est comme ça, on fait avec. Et ce n'est pas si grave. Il va de nouveau être fort et je n'aurai aucun état d'âme quand il s'agira de le remettre en avant." Son absence après le repos n'a pas empêché l'Asvel de l'emporter (82-76). LA PHRASE : "J'en ai assez des caprices de certains", Jean-Denys Choulet (Roanne) L'entraîneur de Roanne, Jean-Denys Choulet, n'a pas apprécié la performance de ses joueurs à Vichy. Et il l'a fait savoir. "J'ai extrêmement mal vécu ce match, a-t-il pesté dans Le Progrès. On a un mal qui est sérieux en ce moment, des joueurs qui ne se passent plus la balle. La victoire est archi-méritée pour Vichy. [...] Je prends mes responsabilités sur des mauvais choix ou autres... Mais il faudrait que certains en fassent de même. Ceux qui auront envie de jouer collectif joueront, je ne veux pas d'une équipe d'individualistes. Il est inconcevable que certains galvaudent le travail fait depuis des années pour des questions d'égos. J'en ai assez des caprices de certains. Il y en a toujours un qui veut faire le show pour sauver l'équipe."