Le week-end au rebond

  • A
  • A
Le week-end au rebond
Partagez sur :

Des paroles aux actes, retrouvez tout ce qui s'est dit et passé ce week-end sur les parquets de Pro A. Avec, lors de cette 20e journée, le gros coup de Hyères-Toulon contre Chalon-sur-Saône (97-89), le faux pas de Poitiers à Vichy (74-92) et la nouvelle défaite de Limoges, cette fois face à Roanne (77-94), qui précipite le CSP à la dernière place du championnat. Et en Pro B ?

Des paroles aux actes, retrouvez tout ce qui s'est dit et passé ce week-end sur les parquets de Pro A. Avec, lors de la 20e journée, le gros coup de Hyères-Toulon contre Chalon-sur-Saône (97-89), le faux pas de Poitiers à Vichy (74-92) et la nouvelle défaite de Limoges, cette fois face à Roanne (77-94), qui précipite le CSP à la dernière place du championnat. Et en Pro B ? LE TOP : Hyères-Toulon Des cinq équipes de tête, qui se tiennent toujours en un point à l'issue de cette 20e journée de Pro A, seul Chalon-sur-Saône a trébuché ce week-end. L'Elan a été stoppé net sur le parquet de Hyères-Toulon (89-97). Une équipe du HTV qui possède le plus petit budget du championnat mais n'est pas la moins ambitieuse. Portés par un Rick Hughes des grands soirs (23 points à 10/14 aux shoots, 8 rebonds et 5 passes), les Varois sont désormais solidement installés à la sixième place. Les play-offs sont donc plus que jamais dans leurs cordes et l'on ne peut plus parler de surprise les concernant. "On n'aurait jamais dû laisser le HTV s'installer dans le match comme ça, a d'ailleurs regretté dans Le Journal de Saône-et-Loire le coach chalonnais Gregor Beugnot. Quand on est co-leader, il faut se préparer à ce que notre adversaire fasse un grand match." LE FLOP : Poitiers C'est un match important dans la course au maintien qu'a perdu Poitiers, samedi soir sur le parquet de Vichy (74-92). Face à la lanterne rouge, le PB86 n'a même pas eu le temps d'y croire puisqu'il était déjà à la traîne à l'issue du premier quart-temps (15-32). "C'était un non-match de notre part, a expliqué le coach poitevin Ruddy Nelhomme dans La Nouvelle République. Ce n'est pas conforme, on ne s'est pas donné assez. Je suis d'ailleurs assez déçu de la manière, peut-être même beaucoup plus que par la défaite elle-même. Il y a plein de choses à revoir. C'est l'ensemble du PB qui n'a pas été à la hauteur." Mais plus que les autres, la triplette américaine composée de Wright (0 point à 0/5 aux tirs), Gunn (6 points, -4 d'évaluation) et Grant (2 points en 13 minutes) est passée à côté. Résultat: les Pictaves sont seuls premier non-relégables, avec deux longueurs d'avance sur Limoges et la JAV. LE JOUEUR : Eric Campbell (Orléans) Arrivé le 15 février à Orléans, Eric Campbell n'avait pas convaincu lors de ses deux premiers matches. Mais l'Américain, champion de France en 2006 avec Le Mans et en 2009 avec l'Asvel, a profité de la réception de son ancien club, Villeurbanne, pour passer la première. Auteur de 21 points à 7/8 aux tirs, dont 5/6 derrière la ligne, 7 rebonds et 28 d'évaluation, l'intérieur a en plus fait des misères aux hommes forts rhodaniens en défense. "Je n'étais pas terrible au niveau de mon shoot sur les deux derniers matches. Je me suis concentré là-dessus lors de ma semaine d'entraînement", a-t-il expliqué tout sourire après son match sur Sport+. L'OLB, qui a enchaîné contre la Green Team son deuxième succès de rang, peut du coup revoir ses ambitions à la hausse puisqu'il n'est plus qu'à un point du Mans, huitième et dernier qualifiable pour les play-offs. LA STAT : 38-22 Une statistique qui reflète bien la domination du Cholet contre Le Mans, samedi soir à La Meilleraie. Le derby n'a été qu'une démonstration de force des champions de France (85-63), qui ont verrouillé la raquette même sans Vebobe avec 38 rebonds pris contre seulement 22 en faveur des Sarthois. "On a un problème avec le sentiment d'humilité, a lâché dans Le Courrier de l'Ouest l'entraîneur du MSB, J.D. Jackson. On arrive ici, à Cholet, qui ne perd quasiment jamais à domicile, une équipe de niveau Euroligue et nous, on croit que les choses vont arriver toutes seules... On a été tellement dominés au rebond, dans l'agressivité ! Ce n'est pas normal si tu joues à fond." Si Batista (25 points, 5 rebonds) a tout donné, ça n'a pas été le cas d'un Kakiouzis une fois de plus décevant (0 point, 5 rebonds en 25 minutes). LA PHRASE : "Je refuse de parler de Pro B", Zare Markovski (Limoges) Sèchement battu à Beaublanc par une équipe de Roanne privée de Dylan Page et Alex Gordon (77-94), Limoges est désormais bon dernier du championnat avec deux victoires de retard sur Poitiers, premier non relégable. La masse est-elle dite pour le promu, qui reste sur six revers consécutifs ? "Je refuse de parler de Pro B, a réagi dans L'Equipe l'entraîneur Zare Markovski. Aujourd'hui, il faut juste gagner un match, on réfléchira après..." Le problème, c'est que les Limougeauds sont lâchés par leurs supporters. Les leaders de l'équipe, à l'image de Banks (6 points à 2/8 aux tirs, 4 d'évaluation), sont en plein doute et les blessures gangrènent l'effectif. "Je ne pense pas que ça va aider l'équipe de se faire huer et siffler quand elle entre sur le terrain, a déploré le coach de la Chorale Jean-Denys Choulet sur la chaîne du CSP. C'est comme ça qu'on fonctionnait au cirque. Mais on n'est pas au cirque."