Le Tour d'Europe en ballon

  • A
  • A
Le Tour d'Europe en ballon
Partagez sur :

Chaque lundi, notre rédaction effectue un tour d'horizon des faits marquants observés dans les grands championnats européens lors du week-end écoulé. L'actualité a bien entendu été marquée par la maestria barcelonaise à l'occasion du Clasico mais également par le 125e anniversaire du club d'Arsenal, célébré à sa juste manière par Robin Van Persie. Enfin, Dortmund devrait prendre exemple sur Miroslav Klose pour retrouver son efficacité offensive.

Chaque lundi, notre rédaction effectue un tour d'horizon des faits marquants observés dans les grands championnats européens lors du week-end écoulé. L'actualité a bien entendu été marquée par la maestria barcelonaise à l'occasion du Clasico mais également par le 125e anniversaire du club d'Arsenal, célébré à sa juste manière par Robin Van Persie. Enfin, Dortmund devrait prendre exemple sur Miroslav Klose pour retrouver son efficacité offensive. LE TOP : Barcelone Comment ne pas évoquer le Clasico de samedi soir et la nouvelle leçon du Barça face à son rival madrilène (1-3) ? Tous les éléments étaient pourtant en la défaveur des Catalans, moins flamboyants que le Real depuis le début de saison et qui accusaient, en toute logique, un retard de trois longueurs au classement. L'ouverture rapide du score de Karim Benzema aurait également pu dérégler la machine blaugrana et les plonger en plein doute. C'était mal connaître la force mentale des protégés de Pep Guardiola, qui ont montré leur supériorité technique mais également tactique. Si José Mourinho a fait preuve de mauvaise foi en conférence de presse en évoquant "le facteur chance" pour qualifier cette victoire, il est difficile de ne pas voir l'ascendant psychologique pris par Barcelone sur Madrid lors de leurs confrontations directes. En revenant à hauteur du club de la Maison Blanche avec un match en plus, les Catalans ont relancé l'intérêt de la Liga mais savent raison gardée. "Madrid a été désigné meilleur club du XXe siècle. Je continue de penser que ce sont deux équipes très proches", a déclaré Guardiola ce lundi. LE FLOP : Borussia Dortmund Une élimination en Ligue des champions et la perte des commandes de la Bundesliga, le Borussia Dortmund n'a pas vraiment passé la plus belle semaine de son histoire. Quatre jours après avoir perdu une rencontre européenne contre Marseille qu'ils avaient pourtant bien en mains (2-3), les Jaune et Noir ont dû se contenter d'un match nul face à Kaiserslautern dimanche à domicile (1-1), abandonnant leur fauteuil de leader au Bayern Munich, vainqueur dans le même temps à Stuttgart (1-2). Et encore une fois, les Borussen ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes et à leur manque d'efficacité devant le but. Malgré une farandole d'occasions et un avantage au score acquis assez rapidement, ils n'ont pu sauvegarder cette victoire et voient ainsi leurs rivaux bavarois prendre leurs distances au classement, avec trois longueurs d'avance et plus qu'un match avant la trêve. Il va falloir rectifier le tir pour conserver leur titre. LE JOUEUR : Miroslav Klose (Lazio Rome) Et Santa Klose arriva plus tôt que prévu... A l'approche des fêtes de fin d'année, le Père Noël laziale s'appelle Miroslav Klose et a déjà déposé un joli doublé au pied du sapin de la Lazio, vainqueur à Leece (2-3), samedi. L'attaquant allemand a en effet offert une victoire précieuse au club biancocelesto en inscrivant deux buts de raccroc, en plus d'une passe décisive pour Lorik Cana. Voilà de quoi sauver la prestation des hommes d'Edy Reja, en dessous de tout face à la formation sudiste et qui doivent une fière chandelle au deuxième buteur de l'histoire de la Coupe du monde. Cette victoire laziale permet au club de sauvegarder sa deuxième place au classement de Serie A, en attendant la rencontre entre l'AS Roma et la Juventus, lundi, et de confirmer tout le bien que pense le club romain de son nouvel empereur. Professionnel jusqu'au bout des crampons, Klose fait en effet l'unanimité en Italie et a convaincu, au bout d'une moitié de saison, les sceptiques qui doutaient de son investissement et de ses capacités d'adaptation. LA PHRASE : "Je suis en admiration devant Van Persie", Thierry Henry Présent pour fêter le 125e anniversaire du club londonien, qui a érigé une statue à son effigie aux alentours de l'Emirates Stadium, Thierry Henry a loué les qualités d'un homme qui porte actuellement les Gunners sur ces épaules. "J'ai vu Robin arriver et au début, ce n'était pas le gars le plus simple à gérer. Je suppose que j'étais comme ça aussi. C'est incroyable de voir à quel point il a progressé. Ça montre qu'il est intelligent. Je suis en admiration devant lui. Dieu merci, il joue pour nous", a expliqué le meilleur buteur de l'histoire d'Arsenal sur Skysports. Quelle autre équipe dans le monde est aussi dépendante d'un joueur qu'Arsenal l'est avec Robin Van Persie ? L'attaquant néerlandais a inscrit samedi contre Everton (1-0) son 31e but en 32 rencontres de championnat en 2011, le quinzième en autant de matches cette saison. De quoi rendre complètement honteuse la décision du jury du Ballon d'Or de ne pas l'avoir sélectionné parmi les 23 nominés pour cette récompense. LA STAT : 7 Comme le nombre de rencontres de Premier League au cours desquelles Wayne Rooney n'avait pas inscrit le moindre but avant son doublé contre Wolverhampton (4-2), samedi, lors de la quinzième levée. Muet depuis le 18 septembre dernier et une victoire face à Chelsea (3-1), l'attaquant anglais a conjuré le mauvais sort en marquant ses dixième et onzième réalisations de la saison. A l'image de son club de Manchester United, "Wazza" traverse une période de crise (résultats minimalistes en championnat, élimination prématurée en Ligue des champions) après un début de saison fulgurant. Sa suspension internationale de trois matches, finalement ramenée à deux, s'est également ajoutée à ces deux mois de disette devant les cages. Mais, la pilule semble enfin être passée pour Rooney, sur qui Sir Alex Ferguson compte énormément pour décrocher des titres d'ici la fin du mois de mai. "Nous espérons qu'il s'agit de son réveil. Nous arrivons maintenant à une partie importante de la saison et si Wayne continue d'avoir ce ratio de buts cela nous mettra dans de bonnes conditions".