Le tour d'Europe en ballon

  • A
  • A
Le tour d'Europe en ballon
Partagez sur :

Chaque début de semaine, notre rédaction effectue un tour d'horizon des faits marquants observés dans les grands championnats du football européen lors du week-end écoulé. Focus ce lundi sur la nouvelle victoire de la Juventus Turin sur la pelouse de la Lazio Rome (1-0) et sur le couac du Bayern Munich à Mayence (2-3). Mario Balotelli et Pep Guardiola sont également au menu de ce Tour d'Europe.

Chaque début de semaine, notre rédaction effectue un tour d'horizon des faits marquants observés dans les grands championnats du football européen lors du week-end écoulé. Focus ce lundi sur la nouvelle victoire de la Juventus Turin sur la pelouse de la Lazio Rome (1-0) et sur le couac du Bayern Munich à Mayence (2-3). Mario Balotelli et Pep Guardiola sont également au menu de ce Tour d'Europe. LE TOP : Juventus Turin La Vieille Dame a retrouvé de sa superbe. Redorer un blason terni par deux dernières saisons de bas-étage qui aura vu la Juventus Turin rallier, à chaque fois, un peu honorable septième rang, telle était la mission confiée à Antonio Conte à l'intersaison. En bon élève appliqué, l'ancien milieu de terrain juventino n'a pas mis longtemps à redresser la barre du navire en catapultant ses protégés au sommet de la Serie A. Invaincus jusqu'alors, les Bianconeri ont conforté leur fauteuil de leader, ce samedi, à l'issue de la douzième journée et de ce précieux succès glané sur la pelouse de la Lazio Rome (0-1). Une cinquième victoire de rang à Naples, mardi, en match reporté de la 11e levée de Serie A, permettrait à la Juve de prendre ses aises aux commandes du Calcio et de reléguer le dauphin milanais à quatre longueurs. Et d'envisager reconquérir un Scudetto qui la fuit depuis la saison 2002-2003? De son côté, l'entraîneur transalpin préfère prendre les échéances les unes après les autres et ne pas s'attarder sur les prévisions de fin de saison. LE FLOP : Bayern Munich Si son succès glané face à Villarreal (3-1) en milieu de semaine, en Ligue des champions, laissait présager un regain de forme après le revers concédé quelques jours plus tôt face au Borussia Dortmund (0-1), le Bayern Munich n'a pas mis longtemps à retomber dans ses travers en s'inclinant sur la pelouse de Mayence (3-2), ce dimanche, en clôture de la 14e journée de Bundesliga. Un nouveau couac d'autant plus préjudiciable qu'il détrône les Bavarois de leur fauteuil de leader au profit des Borussen qui, après un début d'exercice pour le moins chaotique, se sont refait progressivement la cerise jusqu'à réinvestir les commandes du championnat allemand. La réception du Werder Brême et un déplacement de tous les dangers à Stuttgart pourraient d'ailleurs noircir un peu plus le tableau lors des prochaines rendez-vous. A moins que les Bavarois décident d'en finir uns fois pour toutes avec ce yo-yo récurrent qui joue grandement en leur défaveur depuis quelques temps. LE JOUEUR : Mario Balotelli Aussi fantasque que fantastique. Connu et reconnu tant pour son talent de buteur que pour ses frasques en tous genres, Mario Balotelli a refait parler de lui ce week-end en écopant d'une carton rouge, un quart d'heure après être entré en jeu sur la pelouse d'Anfield, face à Liverpool (1-1). Une décision arbitrale à laquelle n'a que très peu goûté Roberto Mancini qui a immédiatement pris la défense de son poulain. "Il (Balotelli, ndlr) ne méritait pas de prendre un carton rouge selon moi. Je n'ai donc aucun problème avec lui", avoue le technicien des Citizens, pas décidé à jeter, une nouvelle fois, la pierre à son attaquant. "Le second carton jaune n'aurait pas dû lui être donné étant donné que je ne crois pas qu'il y avait faute" surenchérit l'entraîneur italien, bien décidé à faire taire les détracteurs de son protégé. Balotelli jugé non coupable, c'est suffisamment rare pour être souligné... LA PHRASE : "Je n'ai rien à reprocher à mes joueurs", Pep Guardiola (Barcelone) A l'inverse de son homologue, José Mourinho, Pep Guardiola n'est pas du genre à bouder ses joueurs en cas de contre-performance des siens. A l'heure où la formation catalane a marqué un coup d'arrêt sur la pelouse de Getafe (1-0) et là où certains observateurs voient déjà le Real retrouver sa couronne, le technicien du Barça ne s'affole pas outre-mesure et affirme que le championnat est loin d'être joué. "Il reste beaucoup de chemin. Nous sommes en compétition avec un rival de grande qualité. Je ne crois pas que la Liga est terminée. Il reste encore beaucoup de matches", a ainsi assuré l'entraîneur blaugarana en conférence de presse avant de revenir sur la prestation de ses joueurs: "On s'est procuré beaucoup d'occasions, on a produit du jeu face à une équipe avec une défense à six et le seul Miku devant. On prend un but sur corner et on a tenté jusqu'au bout. Je n'ai rien à reprocher à mes joueurs, il faut féliciter Getafe". Beau joueur Pep ! LA STAT : 4 Comme le nombre de buts passés par l'AC Milan à ses adversaires à chacune de ses trois dernières apparitions à San Siro. Parme (4-1), Catane (4-0) et tout dernièrement, le Chiévo Vérone (4-0), tous sont repartis du stade Giuseppe-Meazza avec une valise. Un bilan comptable qui force l'admiration et dont Zlatan Ibrahimovic, auteur du tiers de ces buts inscrits à la maison, reste le grand artisan. Au classement général, les Rossoneri, avec 27 buts inscrits en onze matches, disposent d'ailleurs de la meilleure attaque du championnat.