Le tour d'Europe en ballon

  • A
  • A
Le tour d'Europe en ballon
Partagez sur :

Plus qu'Alessandro Del Piero, auteur de son 179e but en Serie A, que Lionel Messi ou David Villa, brillants avec Barcelone, la vedette ce week-end européen fut Mark Clattenburg. L'arbitre de Manchester United-Tottenham a accordé un but ahurissant à Nani qui a scellé le succès des Red Devils (2-0). Harry Redknapp n'a pas apprécié.

Plus qu'Alessandro Del Piero, auteur de son 179e but en Serie A, que Lionel Messi ou David Villa, brillants avec Barcelone, la vedette ce week-end européen fut Mark Clattenburg. L'arbitre de Manchester United-Tottenham a accordé un but ahurissant à Nani qui a scellé le succès des Red Devils (2-0). Harry Redknapp n'a pas apprécié. LA PHRASE : "Tout ça n'était qu'une farce !", Harry Redknapp (Tottenham) Comme si Manchester avait besoin de ça... Samedi soir, Old Trafford, il reste cinq minutes à jouer et les Red Devils mènent d'un but contre Tottenham quand Nani s'écroule dans la surface après un déboulé côté droit. En tombant, l'ailier portugais s'effondre sur le ballon et le touche de la main. C'est flagrant. Sauf pour l'arbitre, Mark Clattenburg, qui ne siffle rien. Dans la foulée, Gomes, le gardien des Hotspurs, s'apprête à dégager mais le joueur mancunien, à peine relevé, vient lui chiper le cuir et le glisse au fond des filets en toute impunité. 2-0, balle au centre. Une décision "scandaleuse" selon Harry Redknapp. "Tout ça n'était qu'une farce, a grogné le manager londonien sur la BBC. Il y avait main ! Mark Clattenburg est un très bon arbitre mais là, il était en plein cauchemar. Il aurait dû lui mettre un carton. Tout le monde l'a vu !" LE JOUEUR : Alessandro Del Piero (Juventus Turin) Si la Vieille Dame tient encore debout, Alessandro Del Piero y est pour quelque chose. Le joueur emblématique de la Juventus Turin a inscrit ce week-end à San Siro son 179e but en championnat, ce qui en fait le meilleur buteur de l'histoire du club piémontais en Serie A. En punissant l'AC Milan (2-1), il a devancé sur les tablettes Giampiero Boniperti, qui avait sévi sur les pelouses italienne entre 1946 et 1961. C'est dire si "Pinturicchio", bientôt 36 ans, est une légende vivante. Mais son histoire n'est pas finie. Loin de là, même. "Maintenant, mon objectif est d'atteindre les 200 buts. Vous devez toujours vous fixer de nouveaux objectifs", a-t-il déclaré après ce choc de la 9e journée face aux Rossoneri. Les Bianconeri, quatrièmes avec 15 points, auront encore besoin de lui pour retrouver les sommets. LE TOP : Barcelone Le FC Séville n'est pas une équipe de seconde zone. Mais entre Barcelone et le club andalou, ce week-end lors de la 9e journée de Liga, il y avait trois divisions d'écart. Au moins. Messi et Villa, tous les deux auteurs d'un doublé, et Daniel Alves ont livré un récital sur la pelouse du Camp Nou. Pas suffisant pour reprendre la tête du championnat au Real Madrid, tombeur de l'Hercules Alicante malgré un but de Trezeguet (3-1). Mais ce large succès (5-0), le cinquième d'affilée toutes compétitions confondues, prouve que le collectif blaugrana a retrouvé toute son efficacité, toute sa fluidité. "Nous avons récupéré notre jeu, a confirmé sur As.com l'entraîneur catalan, Josep Guardiola. Nous devons maintenir ce niveau d'exigence, en essayant de ne pas tomber dans l'euphorie." LE FLOP : Mayence La belle aventure de Mayence est-elle en train de tourner au vinaigre ? Longtemps leader surprise de la Bundesliga, le club de Rhénanie-Palatinat avait une bonne occasion contre Dortmund, lors de l'affiche de la 10e journée, d'oublier sa douloureuse élimination face à Alemannia Aachen (1-2), quatre jours plus tôt en seizièmes de finale de la Coupe d'Allemagne. Mais la belle mécanique du FC Mainz a déraillé face à un Borussia plus réaliste (2-0) et désormais seul en tête du championnat avec une longueur d'avance sur FSV. Les hommes de Thomas Tuchel, deuxièmes à un point, sont loin d'être largués puisque leur poursuivant, Hoffenheim, est encore loin. Mais il ne faudrait pas pour eux que ce genre de couac se répète à Fribourg, le week-end prochain. LA STAT : 344 (Aston Villa) Il y a moins d'un an à peine, Aston Villa titillait le Big Four. Aujourd'hui, ce n'est vraiment plus le cas. L'arrivée sur le banc de l'ancien directeur technique national de la FFF, Gérard Houllier, n'y a pas changé grand-chose. Voilà 344 minutes que les Villans n'ont plus marqué le moindre but en Premier League. Incapable de trouver la faille contre Birmingham City ce week-end (0-0), lors de la 10e journée de championnat, ils n'avaient pas plus trouvé inquiété Sunderland (0-1) et Chelsea (0-0). Il faut remonter au 2 octobre et une défaite à Tottenham (1-2) pour retrouver la trace d'un buteur pour Villa, Albrighton. Dur. Heureusement que Heskey et Downing ont permis aux leurs de venir à bout de Burnley en milieu de semaine dernière, en Carling Cup, sans quoi ils seraient vite devenus la risée d'un Royaume qui préfère encore "rire" de la piètre qualité de certains de leurs arbitres (voir plus haut).