Le Top 5 2010 des bourdes de gardiens

  • A
  • A
Le Top 5 2010 des bourdes de gardiens
@ Reuters
Partagez sur :

Europe1.fr revisite l'année 2010 à travers cinq boulettes célèbres de gardiens.

1. Edel, le mauvais génie du dégagement

28 novembre 2011. Le PSG mène 2-1 à Lyon. Le PSG joue à onze contre dix. Il reste moins de cinq minutes. Le PSG va gagner à Gerland. Le PSG va être leader de Ligue 1. Et puis non. Le mauvais génie d'Edel, celui qui lui avait déjà fait choisir les mains quand il fallait mettre le pied face à Monaco ou encore le pied gauche à la place du droit face au Sporting, lui conseille cette fois de dégager en tir tendu en reprise de volée. Mais Bafétimbi Gomis a l'instinct du buteur. Le ballon lui rebondit dessus, il prend de vitesse Ceara et crucifie Edel. Gros match, grosse boulette et une place de n°1 méritée.

Edel trouve Gomis :

2. Robert Green, la touche anglaise

Gros outsider pour le titre, l'Angleterre entre idéalement dans son Mondial en menant rapidement (1-0, 3e) face aux Etats-Unis dans le "derby" anglo-saxon. Mais peu avant la mi-temps, sur une frappe totalement anodine de Clint Dempsey, le gardien anglais tente de capter le ballon mais ne fait que le pousser dans son propre but. Résultat : Fabio Capello tranche et c'est David James, un autre spécialiste ès cagades, qui s'installe dans les cages au match suivant. Et qui en prendra quatre contre l'Allemagne en huitièmes de finale.

Green a les mains qui flanchent :

3. Khalid Askri, pas vu mais pris

Dans une séance de tirs au but, les gardiens ont le beau rôle. S'ils concèdent le but, c'est logique. S'ils arrêtent le tir, ce sont des héros. Mais s'ils pensent avoir arrêté le tir et qu'ils finissent par le prendre, alors là, ce sont des zéros. C'est l'histoire - assez rare il faut le reconnaître - qui est arrivée au gardien des FAR de Rabat, en huitièmes de finale de la Coupe du Trône, l'équivalent de la Coupe du Maroc. Une boulette qui a fait tellement d'effet qu'Askri a décroché le prix peu prisé de la Casquette d'or du site Chronofoot.

Askri a la joie trop précoce :

4. Sander Boschker, le cadeau empoisonné

Dans un match sans enjeu face à Tottenham, l'entraîneur du club néerlandais de Twente, le Belge Michel Prudhomme, décide de faire un cadeau à son quadragénaire de gardien, Sander Boschker, en le titularisant. Mais la récompense tourne rapidement au calvaire. Sur un ballon anodin mis en retrait par son défenseur Peter Wisgerhof, Boschker se troue littéralement, laissant filer le ballon dans le but vide. D'ores et déjà un must.

Boschker manque légèrement son dégagement... :

5. Ross Turnbull, à jamais dans l'ombre

Ross Turnbull est troisième gardien à Chelsea. Ross Turnbull est un gardien anglais. CQFD. La saison 2010/11 n'avait pas encore commencé qu'elle était déjà grillée pour lui. Lors d'un match de préparation face à l'Ajax Amsterdam en juillet dernier, Turnbull a perdu la boule en lâchant la sphère devant les pieds de Siem de Jong, qui n'a plus eu qu'à ouvrir son pied. Turnbull, lui, n'avait plus qu'à fermer sa bouche et aller s'asseoir sur le banc pour la saison.

Turnbull se montre trop ambitieux :