Le supplice de Kaboré

  • A
  • A
Le supplice de Kaboré
Partagez sur :

Dans une équipe marseillaise complètement dépassée lors des 20 premières minutes, Charles Kaboré a cristallisé les errements de l'OM. Une prestation complètement ratée qui lui a coûté sa place à la mi-temps. S'il a tenté de peser sur la défense parisienne, Gignac n'a pas eu la même réussite que cette semaine en Ligue des Champions.

Dans une équipe marseillaise complètement dépassée lors des 20 premières minutes, Charles Kaboré a cristallisé les errements de l'OM. Une prestation complètement ratée qui lui a coûté sa place à la mi-temps. S'il a tenté de peser sur la défense parisienne, Gignac n'a pas eu la même réussite que cette semaine en Ligue des Champions. L'homme clé - Charles KABORE: 2 Installé en sentinelle du milieu de terrain marseillais en l'absence de Cissé, blessé, et de Mbia, suspendu, le Burkinabais a vécu un calvaire au Parc des Princes. Maladroit techniquement, il a multiplié les erreurs de relance et les mauvaises passes en première période, clairement à l'avantage du PSG, ne laissant d'autre choix à Didier Deschamps que de le remplacer à la pause par Abriel. Dans une position très basse, l'ancien Lorientais a fait valoir sa technique mais n'a pas beaucoup pesé au milieu de terrain. Steve MANDANDA: 4 Présent sur une première frappe de Giuly en début de match (3e), le gardien marseillais commet une erreur coupable sur l'ouverture du score parisienne, relâchant le ballon sur une frappe de Nenê avant de le remettre sur Erding (10e). S'il ne peut pas grand-chose sur le but de Hoarau (19e), le n°2 en équipe de France n'a pas toujours dégagé une grosse assurance dans la rencontre. Cesar AZPILICUETA: 5 Pour son premier Clasico, le jeune Espagnol ne s'est pas laissé impressionner tant par l'intensité d'un tel choc que par l'activité de Nenê sur le côté gauche de l'attaque. S'il a parfois été en difficulté face au Brésilien en début de match, le latéral droit de l'OM n'a pas baissé la tête, s'offrant même quelques montées dans son couloir. Avec peu de réussite cependant... Souleymane DIAWARA: 4 A l'image de ses coéquipiers, le défenseur central sénégalais a eu du mal à entrer dans son match. C'est sur une remise dans l'axe de la tête que les Parisiens ont récupéré le ballon, permettant à Nenê de réussir une superbe louche par dessus la ligne défensive marseillaise pour Hoarau, auteur du deuxième but parisien (19e). Plus solide ensuite face aux attaquants parisiens, l'ancien Bordelais a récolté un carton jaune mérité pour un geste d'humeur sur Nenê (77e). Gabriel HEINZE: 4 Buteur la saison dernière contre son ancienne équipe, l'Argentin n'a pas connu la même réussite dimanche au Parc. Peu présent physiquement en début de match, notamment sur le deuxième but parisien, l'ancien Madrilène est peu à peu monté en régime, en atteste son intervention sur Giuly (24e). Mais le défenseur central de l'OM se sera surtout distingué par sa nervosité. Taye TAIWO: 4,5 Sa vitesse et sa puissance continuent de le servir. Mais le latéral gauche de l'OM n'en fait pas toujours bonne usage. Parfois dépassé défensivement, il est resté très discret offensivement dans ce Clasico. LUCHO: 4,5 Il a eu pour mérite de relancer l'OM et le suspense en réduisant le score, à la conclusion d'un centre-tir relâché par Edel de Gignac qu'il avait lui-même lancé dans la surface. Mais, s'il court toujours autant et cherche toujours à se démarquer, l'Argentin a touché très peu de ballons et n'a pas su accélérer le jeu de l'OM dans un match où le milieu de terrain marseillais a été en difficulté. Comme toujours, il est meilleur quand son équipe domine. Benoît CHEYROU: 5 Redevenu un élément clé du milieu de terrain de l'OM, l'ancien Auxerrois a lui aussi souffert, surtout en début de match. Mais moins que ses coéquipiers. Son activité a évité à son équipe de sombrer en première période. Loïc REMY: 3 L'homme en forme de l'Olympique de Marseille en octobre est passé à côté de son match. Très peu en vue, l'ancien Niçois a raté une grosse occasion d'égaliser en début de seconde période sur une frappe trop enlevée (52e). Logiquement sorti en fin de match au profit de Brandao (79e) qui n'a pas touché un ballon. Mathieu VALBUENA: 4 Au coeur d'une première période à l'avantage du PSG, le milieu de terrain de poche de l'OM a tenté de secouer le cocotier phocéen. Il n'aura récolté que des coups, terminant la première période avec le nez en sang. D'habitude plus tranchant, il a cédé sa place à un quart d'heure de la fin de la rencontre à André Ayew qui en 15 minutes a été plus actif lors d'une fin de match à l'avantage de Marseille. André-Pierre GIGNAC: 5 Une volée en première intention a vite rappelé sa confiance retrouvée à l'occasion d'un triplé en Ligue des Champions (15e). Son centre-tir en bout de course a mis en difficulté Edel et permis à Lucho de réduire le score (23e). Mais, en dépit d'une frappe puissante du gauche au retour des vestiaires (57e), l'ancien Toulousain n'a pas été aussi dangereux que son activité devrait lui permettre.