Le Stade Français rêve encore

  • A
  • A
Le Stade Français rêve encore
Partagez sur :

Le Stade Français s'est qualifié pour les demi-finales du Challenge européen en s'imposant vendredi à domicile face à Montpellier (32-28). Face à une équipe héraultaise fortement remaniée et accrocheuse jusqu'au bout, les joueurs de la capitale se sont longtemps fait peur, avant d'inverser la tendance en seconde période. Ils peuvent encore rêver de coupe d'Europe la saison prochaine.

Le Stade Français s'est qualifié pour les demi-finales du Challenge européen en s'imposant vendredi à domicile face à Montpellier (32-28). Face à une équipe héraultaise fortement remaniée et accrocheuse jusqu'au bout, les joueurs de la capitale se sont longtemps fait peur, avant d'inverser la tendance en seconde période. Ils peuvent encore rêver de coupe d'Europe la saison prochaine. En championnat, ils n'auraient peut-être pas gagné ce match-là. Moribonds en Top 14, où ils ont tout au long de la saison affiché de sérieuses lacunes, notamment mentales, les joueurs du Stade Français ont démontré à l'occasion du quart de finale de Challenge européen qui les opposait à Montpellier des ressources psychiques énormes, symbolisées par deux dernières minutes bouillantes. Le score est alors de 32-28, Montpellier bénéficie d'une pénal-touche dans les 22 mètres parisiens, puis d'une mêlée à cinq mètres. Moment choisi par les « gros » locaux pour exercer une énorme poussée et récupérer l'ogive sur poussée adverse et ainsi entériner leur succès. Et ce succès, ils seront allés le chercher, après avoir été surpris par l'entame de match tonitruante des Montpelliérains. 3e en Top 14, le MHR n'avait évidemment pas fait de ce Challenge européen une priorité. Devant composer avec pas moins de quatorze blessés, Fabien Galthié avait envoyé dans la capitale une équipe remaniée, mais pas moins conquérante. Ce que les jeunes pousses héraultaises se sont empressées de démontrer, menant jusqu'à 16-0 après un essai de Pelo (9e) et trois coups de pied de Paillaugue. Paillaugue, qui quitte d'ailleurs prématurément ses partenaires dès la 31e minute. Les avants parisiens font la différence Paris piétine, Paris se montre brouillon, mais va se relancer en deux minutes. 27e, Hugo Southwell récupère un ballon dans ses 22 mètres, met les cannes sur l'aile gauche et transperce toute la défense montpelliéraine pour aller aplatir. Puis vient un turnover en milieu de terrain, Parisse envoie rapidement le ballon à l'aile gauche, où Ollie-Phillips est repris mais donne à Palmer qui aplatit à son tour. Paris revient à 12-19 à l'heure de regagner les vestiaires. Sur leur lancée, les hommes de Michael Cheika, bien emmenés par leurs avants, passent devant au score pour la première fois après avoir inscrit à nouveau deux essais en trois minutes. Un essai de pénalité d'abord (55e), profitant des carences du MHR en mêlée fermée, puis un nouveau inscrit par Burban fraîchement entré en jeu, à la suite d'un gros travail de Roncero notamment (58e). Beauxis transforme, et offre aux siens sept points d'avance, permettant au maigre public du Stade Charléty de respirer un peu mieux. Clermont en demi-finale On pense Montpellier définitivement hors-course, mais Raphaël Lagarde sanctionne l'indiscipline parisienne de son pied et ramène les siens à un petit point (29-28). Beauxis lui répond et redonne de l'air au Stade Français, qui s'avèrera donc suffisant, d'un souffle... "On a souffert. On n'a pas fait un grand match, mais je crois que c'est mérité", résumera Rodrigo Roncero à l'issue du match au micro de France 4. Souffert, oui, car Montpellier aura montré un bien beau visage en terre parisienne, malgré un effectif largement remanié. Loin d'afficher une mine déconfite de vaincu, Fabien Galthié peinait à trouver les mots, toujours au micro de France 4 : "C'est comme ça... On a craqué en mêlée, mais on s'est battu. L'équipe a été généreuse, a montré de belles choses." A l'image de ce qu'elle fait depuis le début de saison en somme. Et de ce qu'elle devra encore démontrer lors des phases finales, qui lui tendent les bras. Le Stade Français se consolera donc en demi-finale du Challenge européen, où il affrontera Clermont, champion de France en titre. Avec une nouvelle victoire à décrocher pour encore rêver à une victoire dans ce Challenge européen, seul chemin restant vers une place européenne la saison prochaine. Et seul moyen restant de humer le parfum de phase finale, accessoirement.