Le Stade Français en patron

  • A
  • A
Le Stade Français en patron
Partagez sur :

Le Stade Français a remporté samedi le derby francilien face au Racing-Métro 92, dans le cadre de la 12e journée de Top 14 (29-3). Ce succès permet aux Stadistes de revenir à hauteur de leur adversaire du soir au classement, et de se faire leur place dans le top 6 du championnat. Dans le camp adverse, le non-match livré par les hommes de Pierre Berbizier a de quoi inquiéter.

Le Stade Français a remporté samedi le derby francilien face au Racing-Métro 92, dans le cadre de la 12e journée de Top 14 (29-3). Ce succès permet aux Stadistes de revenir à hauteur de leur adversaire du soir au classement, et de se faire leur place dans le top 6 du championnat. Dans le camp adverse, le non-match livré par les hommes de Pierre Berbizier a de quoi inquiéter. Si les deux présidents s'était livrés un match plutôt équilibré il y a quelques jours, lors de la conférence de presse de présentation de ce derby francilien, le match en lui-même n'a vu qu'une seule équipe sur la pelouse: le Stade Français. "On a été pris dans tous les compartiments du jeu", souffle Sébastien Chabal devant les caméras de Canal+. Dans des conditions de jeu humides, les Racingmen sont en effet passés complètement à côté de leur sujet et rechutent, après trois victoires de rang en championnat. De son côté, le Stade Français grimpe dans le top 6, symbole du renouveau du club parisien. Ce constat est mérité, tant les Stadistes ont mis du coeur à l'ouvrage dès le coup d'envoi, à l'image de cet essai refusé à la vidéo après une grosse pression mise sur Chavancy (3e). Ce n'est finalement que partie remise, puisque Papé va en effet aplatir dans l'en-but tout en puissance, pour un essai contestable en raison d'un écran illicite de Sackey (10-0, 27e). S'il y a sans doute erreur d'arbitrage, dans l'esprit, le score traduit presque imparfaitement l'écart entre les deux équipes. "On rend tous les ballons sur du jeu au pied inapproprié", râle Pierre Berbizier sur son banc. Chabal: "Mettre les mains dans le cambouis" Après un drop de Contepomi et une pénalité de Dupuy, les deux équipes rejoignent les vestiaires avec un suspense déjà inexistant (16-0, 40e). "On fait une belle première période, sourit Julien Dupuy. On est bien. On essaie d'alterner le jeu. Pour l'instant, tout n'est pas parfait, mais on n'est pas trop mal.". Et si Wisniewski marque enfin pour le Racing (16-3, 53e), le Stade Français repose son emprise sur le match, bien aidé par les maladresses adverses. "Je suis en colère, lâche un Berbizier dépité. On enchaîne quelques bonnes actions, mais on perd des ballons bêtement. Il manque la maîtrise du ballon. Il n'y a pas d'occupation." L'ancien sélectionneur des Bleus voit ensuite Fillol conclure le match sur un deuxième essai (29-3, 76e), et son équipe de nouveau plonger dans le doute. "On est en train de chercher notre jeu, lance Chabal. On n'arrive pas à trouver le juste milieu. Il va falloir mettre les mains dans le cambouis tous ensemble." De son côté, Michaël Cheika peut être satisfait de la prestation de ses joueurs, une semaine après la victoire à Perpignan. Toujours invaincus à domicile, les Stadistes peuvent désormais regarder vers le futur avec un peu plus d'ambition. Et envisager, pourquoi pas, un quart de finale en fin de saison.