Le salut passe par la victoire

  • A
  • A
Le salut passe par la victoire
Partagez sur :

Si elle bat la Corée du Sud ce vendredi à Boulazac, comme elle l'a fait mercredi à Pau (3-1), l'équipe de France conservera sa place parmi l'élite mondiale. Après un premier match poussif, les partenaires de Pierre Pujol devront confirmer. Sous peine de jouer les play-downs en août prochain.

Si elle bat la Corée du Sud ce vendredi à Boulazac, comme elle l'a fait mercredi à Pau (3-1), l'équipe de France conservera sa place parmi l'élite mondiale. Après un premier match poussif, les partenaires de Pierre Pujol devront confirmer. Sous peine de jouer les play-downs en août prochain. On prend les mêmes et on recommence ! Ce vendredi, l'équipe de France affronte pour la deuxième fois de la semaine la Corée du Sud lors de l'ultime journée de la Ligue mondiale. La formation tricolore doit s'imposer à tout prix pour conserver sa place parmi l'élite du volley et éviter les play-downs en août prochain. Après avoir entretenu l'espoir en dominant ces mêmes Asiatiques mercredi soir à Pau (3-1), les hommes de Philippe Blain doivent confirmer vendredi soir à Boulazac. Poussifs au Palais des Sports, avec un premier set concédé 23-25 face aux hommes de Park Ki-Won, les coéquipiers de Pierre Pujol ont ensuite redressé la barre, grâce notamment à 24 contres. "C'était compliqué car ce sont des matches couperets. Il faut qu'on prenne peut-être six points pour éviter les barrages. Ça explique le début de match, notait sur Sport + celui qui a réalisé pas moins de 7 blocks gagnants mercredi. L'important c'est la gagne, avec les contres ou pas. C'est bien tout de même que ce secteur ait fonctionné". Même si le résultat importe plus que la manière, les progrès effectués par les Bleus n'ont pas échappé au sélectionneur. "On a commis beaucoup de fautes mais vu comme cela se termine, c'est la preuve que le mental est très important, analysait Philippe Blain sur le site de la FFVB. Une fois menés, on s'est lâchés et on a produit du jeu. On a été extrêmement performant au contre qui n'est pas notre qualité première. On a pris confiance au fur et à mesure. Nous avons livré une bonne prestation mais qui ne servira à rien si on ne confirme pas à Boulazac." Hardy-Dessources: "Montrer qu'on n'est pas des charlots" Pour cela, les Bleus devront miser sur leurs qualités, comme le souligne Antonin Rouzier, auteur de 28 points: "Face à ce genre d'équipe, il faut jouer simple. Pour une fois que physiquement on est au-dessus d'une équipe, il faut en profiter". Mais si physiquement et mentalement, les Français étaient au-dessus, il faudra tout de même se méfier des Sud-Coréens, bien décidés à ne pas jouer les play-downs. "Dans 48h à Boulazac, les Coréens reviendront peut-être plus armés", prévenait Gérald Hardy-Dessources. Ce qui, de toute façon, ne change pas la donne, comme le rappelle le capitaine, Nicolas Maréchal: "Nous avons notre destin entre les mains. On sait ce qu'on doit faire et on le fera". Pour montrer, comme le dit Hardy-Dessources, "qu'on n'est pas des charlots".