Le saint Thomas

  • A
  • A
Le saint Thomas
Partagez sur :

Thomas Levet a conclu son week-end en apothéose à l'Open de France, en remportant le tournoi dimanche à Saint-Quentin-en-Yvelines avec un total de 277 coups (-7). Levet devient le premier Français à l'emporter à domicile depuis Jean-François Remésy en 2004 et 2005. Une vraie renaissance pour un personnage haut en couleurs qui, à 42 ans, a atteint l'âge de la maturité en dominant la pression.

Thomas Levet a conclu son week-end en apothéose à l'Open de France, en remportant le tournoi dimanche à Saint-Quentin-en-Yvelines avec un total de 277 coups (-7). Levet devient le premier Français à l'emporter à domicile depuis Jean-François Remésy en 2004 et 2005. Une vraie renaissance pour un personnage haut en couleurs qui, à 42 ans, a atteint l'âge de la maturité en dominant la pression. En regardant le calendrier, il y a forcément pensé. Cette année, le 3 juillet est tombé sur un dimanche, celui de l'Open de France. Et le 3 juillet, c'est la saint Thomas... L'adage dit qu'il ne croit que ce qu'il voit, et Levet peut maintenant y croire. Le trophée de l'Open de France entre les mains, le truculent Français a remporté le tournoi sur ses terres, lui le Parisien. Pour la première édition depuis l'attribution de la Ryder Cup 2018 au Golf national, la symbolique de cette victoire est superbe. Et même si les golfeurs français manquent de nombre et de constance au plus haut niveau, cette année 2011 commence à avoir une saveur certaine, après le succès de Raphaël Jacquelin en Sicile fin mars. Porté en triomphe, Levet n'arrivait pas à savourer, pas encore. Même après le birdie manqué par Mark Foster sur le green du trou n°18, celui qui officialisait sa victoire car l'Anglais était le dernier à pouvoir le rattraper pour l'emmener en play-offs. Ce week-end, le destin devait sourire à Thomas Levet, qui a bénéficié à plusieurs reprises de ces petits coups de pouce qui ne sourient qu'aux vainqueurs. Même son double bogey samedi sur le 18 n'a pas changé la donne... Il paraissait acquis que Thorbjörn Olesen allait rentrer un putt facile sur le dernier trou, pour un birdie qui allait lui offrir un ultime face-à-face en play-offs contre Levet. Mais le Danois a tremblé. Et pas Levet, qui remporte le sixième titre de sa carrière et le premier depuis mai 2009 et l'Open d'Espagne. "On ne réalise jamais quand on gagne" Porté par une immense cote de popularité auprès du public de Saint-Quentin-en-Yvelines, le Français est parvenu à n'en retirer que du positif, alors que son caractère particulièrement émotif et spontané l'ont souvent conduit à craquer dans les moments chauds. "Vous avez juste à vous mettre à un départ quand j'arrive, on a l'impression que c'est Bernard Hinault qui arrive ou Laurent Fignon qui est en train de monter L'Alpe-d'Huez, disait-il samedi sur le site de l'Open de France. C'est complètement dingue. C'est un peu la même ambiance que la Ryder Cup. Ça m'a fait des frissons dans le dos toute la journée. Et dimanche ça va être encore pire." Il ne croyait pas si bien dire. Au fur et à mesure de l'avancée de la journée, chaque apparition de Thomas Levet sur un trou a donné lieu à une sorte de marche triomphale, et son arrivée sur le green du 18 en a été le paroxysme. Celui qui allait remporter le tournoi, deux putts plus tard, s'est même senti obligé de demander au préposé à la sécurité de ne pas en faire tout en plat... Trop humain pour se couper du public, Levet a réussi à assumer son caractère jusqu'au bout en y associant ce magnifique succès, probablement le moment le plus fort de sa carrière. "On ne réalise jamais quand on gagne, indiquait-il à chaud devant les caméras de Canal+ Sport. Le parcours est super exigeant et j'ai eu une partie de malade pour ce dernier jour." Après un birdie pour commencer, Levet a enchaîné avec deux bogeys mais a su se ressaisir de la plus belle des manières, en rentrant un putt d'une quarantaine de mètres pour un nouveau birdie sur le trou n°4. Comme un signe, son bogey sur le trou n°16 fut accompagné d'un autre bogey de la part d'Olesen. Tous les voyants étaient au vert, tout a concordé pour que Levet, en ce dimanche 3 juillet, soulève à domicile la Coupe des mousquetaires, 25 ans après sa première participation. Le monde entier, évidemment, ne retiendra que le retour de Martin Kaymer sur le podium du classement mondial grâce à sa quatrième position au Golf national. Le monde entier, sauf la France. Et pour Thomas Levet, dimanche, il n'y a sûrement que ça qui compte ! Le top 10 de l'Open de France: 1. Thomas LEVET (FRA) 277 (70+70+67+70) 2. Thorbjörn OLESEN (DAN) 278 (66+71+71+70) Mark FOSTER (ANG) 278 (68+68+68+74) 4. Martin KAYMER (ALL) 280 (71+69+67+73) 5. Simon KHAN (ANG) 281 (70+70+70+71) Richie RAMSAY (ECO) 281 (69+68+68+76) 7. Hennie OTTO (AFS) 282 (69+71+71+71) Brendan STEELE (USA) 282 (74+70+67+71) James MORRISON (ANG) 282 (66+66+72+78) 10. Anthony WALL (ANG) 283 (68+73+69+73)