Le sacre d'Epangue !

  • A
  • A
Le sacre d'Epangue !
Partagez sur :

TAEKWONDO - Gwladys Epangue a été sacré championne du monde de Taekwondo à Copenhague.

Médaillée de bronze aux JO de Pékin en Taekwondo, Gwladys Epangue a conquis l'or mercredi à l'occasion des championnats du Monde disputés à Copenhague (catégorie moins de 67 kg). La Tricolore devient ainsi la première Française à décrocher le titre mondial.La consécration. Même si à 26 ans l'avenir lui appartient – elle envisage de s'inscrire chez les lourdes aux JO de Londres -, Gwladys Epangue a touché au but mercredi, à Copenhague, elle l'abonnée aux accessits, barrée en finale lors des deux éditions précédentes de ces Championnats du monde par la championne olympique 2008, la Sud-Coréennes Hwang-Kyung-seon, absente au Danemark. L'an passé, à Pékin, la Française avait dû se contenter du bronze olympique. Mais cette fois, c'était l'heure de la Tricolore, qui a su aller au bout de son objectif pour rejoindre au palmarès des Français champions du monde Mikaël Meloul (- 84 kilos), sacré en 1993, à New York, et Mamedy Doucara (- 78 kilos), en or à Jeju (CDS) en 2001.Quoi qu'il arrive désormais, Epangue aura goûté ce frisson de la victoire et ça change tout, même si Doucara, éliminé dès son premier combat (- 80 kilos), aura prouvé bien malgré lui quelques heures plus tôt, et avant que Mickaël Borot ne chute à son tour en quarts de finale face au Kazakh Arman Chilmanov, que rien n'est jamais acquis. Il s'en fallut d'ailleurs de très peu pour que l'épopée de la Française ne s'achève de manière aussi prématurée. Face à la dangereuse Sud-coréenne Park Hye-mi, vice-championne du monde des – 63 kilos en 2007, Epangue aura eu besoin du point en or pour écarter la menace. Deux victoires plus tard face à l'Indienne Lalsangzuali (8-0) et face à la Turque Nur Tatr (6-0), la triple championne d'Europe était assurée d'une médaille. Mais Epangue en voulait plus et la Croate Sandra Saric, avec laquelle elle avait partagé le bronze à Pékin, faisait les frais de sa détermination, balayée elle aussi (6-1). En finale, c'est la Cubaine Castellanos Estrada, qui à son tour tombait face aux assauts de la Tricolore (1-0). La Marseillaise pouvait retentir en son honneur. Enfin !