Le Royaume s'est fâché

  • A
  • A
Le Royaume s'est fâché
Partagez sur :

Le Vivendi Seve Trophy a peut-être choisi son camp samedi: Grande-Bretagne et Irlande mènent face à l'Europe continentale (11½-6½). Dyson-Donaldson, Poulter-Fisher et Westwood-Jamieson ont gagné le matin, contre Colsaerts-Manassero, Björn-Jacquelin et Jimenez-Larrazabal. Plus tard, Dyson-Poulter et Westwood-Horsey sont venus à bout de Larrazabal-Norén et Jacquelin-Colsaerts, tandis que Björn-Hansen ont battu Fisher-Foster.

Le Vivendi Seve Trophy a peut-être choisi son camp samedi: Grande-Bretagne et Irlande mènent face à l'Europe continentale (11½-6½). Dyson-Donaldson, Poulter-Fisher et Westwood-Jamieson ont gagné le matin, contre Colsaerts-Manassero, Björn-Jacquelin et Jimenez-Larrazabal. Plus tard, Dyson-Poulter et Westwood-Horsey sont venus à bout de Larrazabal-Norén et Jacquelin-Colsaerts, tandis que Björn-Hansen ont battu Fisher-Foster. Il y a eu un jeudi noir, puis un vendredi bleu pour l'Europe continentale. Le samedi n'est pas totalement sombre, mais il demeurera tout de même franchement maussade pour les troupes de Jean van de Velde, dominées dans les grandes largeurs par leurs adversaires du Royaume-Uni et d'Irlande lors de la troisième journée du Vivendi Seve Trophy. Après être revenus à un petit point la veille, les continentaux sont désormais menés de cinq unités (11 ½-6 ½), balayés en greensomes le matin, puis en foursomes l'après-midi. Sur les huit rencontres de la journée (quatre lors de chaque formule), seule une paire est parvenue à rapporter un point aux locaux - ce tournoi se déroule à Saint-Nom-la-Brétèche, donc chez les continentaux - avec la victoire, en foursomes, des Danois Thomas Björn et Anders Hansen face à Ross Fisher et Mark Foster (3 et 2). Tout s'était déjà mal goupillé le matin, avec quasiment un sans-faute des visiteurs lors des greensomes, où Simon Dyson et Jamie Donaldson ont battu Nicolas Colsaerts et Matteo Manassero (2 et 1), pendant que Ian Poulter et Fisher venaient à bout de Björn et Raphaël Jacquelin (2 et 1), et que le duo Lee Westwood-Scott Jamieson dominait Miguel Angel Jimenez et Pablo Larrazabal (4 et 3). Seuls Peter Hanson et Alexander Norén accrochaient l'égalité au dernier trou, face à David Horsey et Darren Clarke. Jacquelin voulait y croire après le déjeuner, au moment de reprendre la partie en début d'après-midi: "On va essayer de se ressaisir comme on l'a fait le deuxième jour, espérait alors le Français devant les caméras de Canal+ Sport. Il aurait fallu élever notre niveau de jeu un peu plus que ce qu'on a fait avec Björn. Mais il reste encore 14 points à défendre, il y a encore la place pour gagner ce trophée." Un 2,5/10 suffira De 14, le total d'unités restant à glaner s'est désormais réduit à 10. Et l'espoir de soulever la coupe s'est franchement réduit... Van de Velde avait pourtant remixé toutes ses paires, décidant notamment de se passer des services de Jimenez, mais rien n'y a fait. Björn et Hansen, les deux Danois, commençaient bien en l'emportant face à la paire Fisher-Foster (3 et 2), mais Dyson-Poulter et Westwood-Horsey renversaient à nouveau la vapeur peu de temps après, respectivement face à Larrazabal-Norén (3 et 1) et Jacquelin-Colsaerts (4 et 3). Et encore, l'addition aurait pu être plus salée... Comme le matin, Francesco Molinari (réintégré après son absence en greensomes) et Manassero terminaient à égalité au dernier trou, bénéficiant d'un cadeau de Robert Rock et Donaldson. Tout n'est pas perdu pour les Bleus - en opposition au rouge des tenants du titre - mais la tâche s'annonce désormais sacrément ardue. Un total de dix simples clôturera la compétition dimanche pour le dernier jour, et deux points et demi suffiront à l'équipe du Royaume-Uni et d'Irlande pour assurer une égalité finale. Selon le même principe que celui de la Ryder Cup, un score nul sur l'ensemble des parties donne l'avantage aux derniers vainqueurs. Et comme les continentaux restent sur cinq défaites de suite... Avec trois points sur les 10 restants, les Britanniques seraient donc certains de remporter une victoire absolue, quoi qu'il se passe sur les sept parties restantes. Si ce n'est pas terminé mathématiquement, on en est quand même plus très loin. Les résultats du Vivendi Seve Trophy (après le deuxième jour): Jeudi 15 septembre: Fourballs Simon Dyson et Jamie Donaldson (Royaume-Uni et Irlande) battent Miguel Angel Jimenez et Pablo Larrazabal (Europe continentale): 2 et 1 Scott Jamieson et Ross Fisher (R-U et I) battent Peter Hanson et Raphaël Jacquelin (Eur): 6 et 4 Anders Hansen et Francesco Molinari (Eur) battent Mark Foster et Lee Westwood (R-U et I): Un trou Darren Clarke et David Horsey (R-U et I) battent Nicolas Colsaerts et Matteo Manassero (Eur): Un trou Robert Rock et Ian Poulter (R-U et I) battent Thomas Björn et Alexander Norén (Eur): 5 et 3 Le Royaume-Uni et l'Irlande mènent 4-1 Vendredi 16 septembre: Fourballs Egalité entre Björn-Jacquelin (Eur) et Dyson-Donaldson (R-U et I) Hanson-Norén (Eur) battent Rock-Poulter (R-U et I): 5 et 3 Colsaerts-Manassero (Eur) battent Jamieson-Fisher (R-U et I): Deux trous Foster-Westwood (R-U et I) battent Hansen-Molinari (Eur): 5 et 3 Jimenez-Larrazabal (Eur) battent Clarke-Horsey (R-U et I): 3 et 2 Le Royaume-Uni et l'Irlande mènent 5½-4½ Samedi 17 septembre: Greensomes Dyson-Donaldson (R-U et I) battent Colsaerts-Manassero (Eur): 2 et 1 Egalité entre Hanson-Norén (Eur) et Horsey-Clarke (R-U et I) Poulter-Fisher (R-U et I) battent Björn-Jacquelin (Eur): 2 et 1 Westwood-Jamieson (R-U et I) battent Jimenez-Larrazabal (Eur): 4 et 3 Foursomes Egalité entre Molinari-Manassero (Eur) et Rock-Donaldson (R-U et I) Björn-Hansen (Eur) battent Fisher-Foster (R-U et I): 3 et 2 Dyson-Poulter (R-U et I) battent Larrazabal-Norén (Eur): 3 et 1 Westwood-Horsey (R-U et I) battent Jacquelin-Colsaerts (Eur): 4 et 3 Le Royaume-Uni et l'Irlande mènent 11½-6½