Le réveil du Racing !

  • A
  • A
Le réveil du Racing !
Partagez sur :

Le Racing-Metro 92 a mis fin à une série de trois défaites de rang, vendredi, en allant s'imposer à Castres, dans le cadre de la 9e journée (23-19). Au terme d'un match brouillon, les Franciliens ont arraché la victoire en toute fin de rencontre, grâce à un ultime essai de Vakatawa. Passés à côté de leur sujet, les Castrais voient s'arrêter leur série de sept victoires de rang.

Le Racing-Metro 92 a mis fin à une série de trois défaites de rang, vendredi, en allant s'imposer à Castres, dans le cadre de la 9e journée (23-19). Au terme d'un match brouillon, les Franciliens ont arraché la victoire en toute fin de rencontre, grâce à un ultime essai de Vakatawa. Passés à côté de leur sujet, les Castrais voient s'arrêter leur série de sept victoires de rang. La bête blessée avait donc encore du souffle. Alors qu'il restait sur une série de trois défaites de rang, que son effectif était pour le moins décimé, que beaucoup parlaient d'une équipe bis, le Racing-Metro 92 s'est rebellé, vendredi, en allant s'imposer à Castres. "On ne nous attendait pas, on a annoncé une équipe bis, mais nous on a joué notre-va-tout, on a su les bousculer", se réjouit Grégory Arganèse, au micro de Canal+ Sport. Il est vrai que les Franciliens y ont mis le coeur, pour venir à bout d'une équipe castraise co-leader qui visait un huitième succès de rang. Un statut que les hommes de Laurent Labit et Laurent Travers n'ont jamais vraiment assumé, en entamant le match à l'envers, à l'image de ces trois touches perdues d'entrée. "On n'est pas rentré dans le match, à aucun moment. Il faut féliciter le Racing, ils ont fait le match parfait à l'extérieur", souffle Yannick Caballero. Et les Racingmen vont vite concrétiser leur domination, grâce à un essai de Descons, en coin (13-3, 21e). Et si Masoe réagit dans la foulée, en faisant parler sa puissance (13-10, 25e), les erreurs sont plutôt castraises, même si Teulet égalise au pied, juste avant le retour aux vestiaires (13-13, 40e). Arganèse: "Une bande de potes""On arrive à tenir notre jeu. L'essentiel c'est de garder l'enthousiasme et le coeur que l'on a mis sans faire les fautes dans notre camp", lance alors Guillaume Boussès. Les quinze premières minutes le font mentir, avec deux nouvelles pénalités pour Teulet (19-13, 55e). Une grosse guerre des tranchées s'engage alors, et la botte du jeune Germain permet au Racing de revenir (19-16, 64e). "On les met sous pression, il va falloir tenir", souffle alors Descons. Mais ses coéquipiers ne se contentent pas du bonus défensif, et suite à un coup de pied à suivre, c'est Vakatawa qui aplatit (23-19, 77e). Dix minutes de défense acharnée plus tard, le Racing peut exulter. "Aujourd'hui, c'est une bande de potes, le Racing, ce n'est pas que des stars. On a vu qu'on a fini avec plein de jeunes. Je suis de Castres, je suis bien placé pour savoir qu'à Castres on ne vient pas gagner sans faire du combat. On n'a rien lâché pendant 80 minutes", lance Arganèse. Dans le camp d'en face, on ne dit pas autre chose. "Ils sont venus chez nous, ils ont provoqué, ils ont enquillé. C'est une belle équipe. Ils ont les dents longues, quand les internationaux ne sont pas là, on sent que les autres veulent prouver", conclut Cabalerro.