Le Real veut y croire

  • A
  • A
Le Real veut y croire
@ Reuters
Partagez sur :

LIGA - Les Madrilènes espèrent un faux pas de Barcelone lors de l'ultime journée.

LIGA - Les Madrilènes espèrent un faux pas de Barcelone lors de l'ultime journée."Il reste une finale. On garde espoir que Valladolid, qui joue son maintien, prenne un point, on ne sait jamais ce qui peut se passer." La position de Sergio Ramos, défenseur international espagnol du Real Madrid qui s'exprimait dans les colonnes de Marca est logique. Certes, ce raisonnement a plusieurs failles, le premier tient dans la capacité d'une équipe relégable à tenir tête au Barça dans son antre du Camp Nou. La deuxième vient de l'argumentaire puisque si Valladolid joue effectivement son maintien, c'est également le cas de Malaga qui va recevoir le Real à la Rosaleda...Il n'y a guère d'espoir pour les hommes de Manuel Pellegrini, qui devrait diriger pour la dernière fois l'équipe merengue, d'arracher le titre des mains du Barça lors du dernier acte. Mais les coéquipiers d'un Karim Benzema qui a vu ses rêves d'Afrique du Sud s'envoler mardi dernier doivent tout de même tout faire pour l'emporter. "On ne peut pas tomber dans le piège de penser à ce que feront les autres (le Barça). Il faut arriver à 98 points et on verra bien ce qui se passera", ajoute Sergio Ramos qui ne lâche jamais sa proie. Un succès à Malaga et le Real compterait alors effectivement 98 points au compteur mais sans être assurés du titre de champion d'Espagne !Le Barça ne tremble pasLa faute à une formation du Barça encore en mesure de faire encore mieux puisqu'un succès à domicile face à Valladolid et les Catalans manqueront d'un rien la barre des 100 points (99) ! Rarement dans l'histoire d'un championnat deux équipes auront autant dominé les débats... Mais l'heure n'est pas encore au bilan car il reste un dernier duel à gagner. Et si la joie des coéquipiers de Thierry Henry était si visible à la fin de la rencontre à Séville le week-end dernier, c'est bien parce que les hommes de Pep Guardiola étaient conscients de l'énorme pas en avant franchi à cette occasion. L'entraîneur du Barça a cependant rapidement pointé le bout de son nez afin de calmer tout sentiment de devoir accompli avant l'heure. Jouer les rabat joie, Guardiola sait faire et il a clamé haut et fort à la presse un «vous pouvez compter sur moi» suffisamment explicite pour que personne au Barça n'ait l'impression que le titre est déjà gagné. Il n'a d'ailleurs rien changé à ses habitudes pour faire de ce dernier rendez-vous de la saison, un match comme les autres. Un dernier duel que personne n'estime gagné d'avance. "Il faudra marquer le plus rapidement possible. Si on laisse le match entrer dans une dynamique de 0-0, on pourrait commencer à s'énerver", glisse un Bojan revenu dans les petits papiers de Guardiola mais pas dans ceux d'un Del Bosque qui ne l'a pas convoqué pour le Mondial. Une petite pression nécessaire pour éviter un couac que personne dans un Camp Nou bondé et prêt pour une énorme fête ne peut imaginer.