Le Real tient le rythme

  • A
  • A
Le Real tient le rythme
@ Reuters
Partagez sur :

LIGA - Le Real a battu Getafe et repasse devant le Barça.

LIGA - Le Real a battu Getafe et repasse devant le Barça. Voilà un final qui ne risque pas de manquer de suspense. A dix journées de la fin, cette Liga version 2009-2010 n'est pas encore disposée à livrer son ultime verdict. Et pour cause : le Real Madrid et le FC Barcelone comptent exactement le même nombre de points en tête du classement, et ne sont départagés que par la différence de buts, actuellement favorable aux joueurs de la capitale espagnole (+54 contre +52). Une fois encore évincés prématurément de la Ligue des champions, ces derniers n'ont plus que le championnat à jouer et ont démontré jeudi soir à Getafe, en match en retard de la 28e journée, qu'ils comptaient bien tout faire pour aller au bout (4-2). Chez leurs voisins banlieusards, Cristiano Ronaldo et ses coéquipiers ont en effet fait preuve d'une belle détermination, assurant leur succès dès le premier acte avec quatre buts inscrits lors des quarante premières minutes, deux pour le stratège portugais et deux pour Gonzalo Higuain, qui porte ainsi son total à 22 réalisations depuis le début de saison. La révolte des locaux, qui conservent leur huitième place, était bien trop tardive, Casillas parvenant, malgré quelques approximations, à contenir leurs assauts après la pause. Le missile de Ronaldo Comme à Valladolid lors du précédent déplacement des Madrilènes, c'est Ronaldo qui ouvre la marque d'un maître coup franc en lucarne (1-0, 13e), vite imité par Higuain, à la conclusion d'un service de Van der Vaart (2-0, 20e). Le natif de Brest, superbement lancé par Gago, double la mise dans la foulée, après avoir préalablement effacé Ustari (3-0, 23e). Et si Ramos, d'une tête plongeante, manque d'ajouter un quatrième but (32e), c'est bien Ronaldo qui ne laisse à personne d'autre cet honneur, après un exploit personnel sur l'aile droite conclue par un missile qui ne laisse aucune chance au portier local (4-0, 36e). Casillas commet alors une faute de main le contraignant à sortir de sa surface et à tacler Parejo, qui transmet à Leon avant que ce dernier ne redonne à son coéquipier pour la réduction du score (4-1, 38e). Un but qui relance les joueurs de Michel, qui sera expulsé en toute fin de match, même si Leon ne parviendra à trouver le chemin des filets qu'à dix minutes du terme (4-2, 80e), avant que Casillas ne le mette en échec sur un coup franc puissant que le gardien ibérique détourne en corner (88e). Les Merengues n'attendent plus qu'une chose désormais : retrouver le Barça lors de la 31e journée, un choc au sommet qui devrait donner une indication plus précise quant à l'identité du futur campeon.