Le Real soufflé par Levante

  • A
  • A
Le Real soufflé par Levante
Partagez sur :

Au lendemain de la démonstration du FC Barcelone face à Osasuna (8-0), comptant pour la 4e journée de Liga, la réponse du Real Madrid était attendue. En guise de réaction, les Merengue, en déplacement à Levante, ont subi une surprenante défaite (0-1), qui soulève quelques questions sur les choix de José Mourinho. Madrid n'est plus sur le podium.

Au lendemain de la démonstration du FC Barcelone face à Osasuna (8-0), comptant pour la 4e journée de Liga, la réponse du Real Madrid était attendue. En guise de réaction, les Merengue, en déplacement à Levante, ont subi une surprenante défaite (0-1), qui soulève quelques questions sur les choix de José Mourinho. Madrid n'est plus sur le podium. Et à la fin, ce sont les Rouge et Bleu qui gagnent... Déjà marqués au fer rouge par leurs multiples défaites face au rival ancestral barcelonais, les Madrilènes risquent fort de prendre en horreur les couleurs blaugrana après leur déplacement en terre valenciane de ce dimanche soir. Mais si Levante partage les mêmes couleurs que le Barça, il est loin d'évoluer dans la même catégorie. C'est la raison pour laquelle cette défaite du Real, personne ne l'a vue venir. 6-0 en ouverture de la saison à Saragosse, 4-2 pour enchaîner face à Getafe, le parcours en Liga de la Maison blanche était jusqu'alors impressionnant, et rien ne laissait présager d'une telle contre-performance. Fort de ses certitudes, José Mourinho avait d'ailleurs décidé de faire tourner son effectif au coup d'envoi, Cristiano Ronaldo et Mezut Özil débutant la partie sur le banc. Ce qui n'empêche pas sa formation de prendre les choses en main, posant comme à son habitude le pied sur le ballon pour se porter vers l'avant. Benzema, titularisé en pointe, se voit refuser un but (10e), avant de voir sa tentative repoussée sur la ligne (24e). Entre-temps, il a délivré une passe qui aurait dû être décisive à Kaka (12e), avant que le Brésilien ne trouve les gants de Munua (13e). Barça-Real, week-end contrasté Ce match ressemble alors à tous les autres du Real, il suffit de patienter pour voir l'adversaire craquer, pense-t-on... A tort. Juste avant la pause, la rencontre bascule, car Sami Khedira est exclu pour un second carton jaune, reçu pour une altercation. Cette supériorité numérique revigore Levante, qui va tout au long du second acte profiter des espaces naissants. Car le Real n'est pas décidé à fermer le jeu malgré les circonstances, et se porte tant et plus vers l'avant, se découvrant tout autant. C'est d'abord Iborra qui alerte Casillas d'une frappe sèche (52e), avant que Juanlu, lancé sur la gauche, ne joue une carte trop personnelle sur un nouveau contre (65e). Un avertissement qui va rapidement être suivi de la sanction: deux minutes plus tard, Javi Venta déboule dans son couloir droit, et sert Koné en retrait sur un plateau. A bout portant, l'Ivoirien arme une frappe imparable qui vient se loger sous la barre de Casillas, battu (1-0, 67e). Le Real est touché, et ne reviendra pas. Le coup de poker de Mourinho n'aura pas marché, l'entrée en jeu de Cristiano Ronaldo dès le début de la seconde période ne faisant pas oublier ses choix initiaux. En Espagne, une défaite madrilène est toujours vécue comme une anomalie, comme de ne pas retrouver le Real sur le podium, même provisoire. Nul doute que celle-ci va encore faire couler beaucoup d'encre. Presque autant, peut-être, que le festival du Barça la veille, qui en avait passé huit à Osasuna.