Le Real s'éclate, Benzema aussi

  • A
  • A
Le Real s'éclate, Benzema aussi
Partagez sur :

Le Real Madrid a corrigé Levante mercredi soir en clôture des 8e de finale aller de la Coupe d'Espagne (8-0). Un énorme carton pour les Merengue parfaitement lancés par un Karim Benzema auteur d'un triplé. Cristiano Ronaldo l'a imité par la suite avec un autre triplé tandis qu'Özil et Pedro Leon ont bouclé le score. Un 8e de finale de gala en forme de cadeau de Noël pour un public forcément conquis.

Le Real Madrid a corrigé Levante mercredi soir en clôture des 8e de finale aller de la Coupe d'Espagne (8-0). Un énorme carton pour les Merengue parfaitement lancés par un Karim Benzema auteur d'un triplé. Cristiano Ronaldo l'a imité par la suite avec un autre triplé tandis qu'Özil et Pedro Leon ont bouclé le score. Un 8e de finale de gala en forme de cadeau de Noël pour un public forcément conquis. Une belle soirée pour le Real pour un gros sourire de Karim Benzema. Pas vraiment habitué aux honneurs depuis son arrivée à Madrid, l'attaquant international tricolore s'est distingué en inscrivant son deuxième triplé en quelques semaines, après celui contre Auxerre en Ligue des champions. Les mauvaises langues ne pourront même pas dire qu'il s'agissait d'une fin de match marquée par une pluie de buts. De buts en pagaille il y a bien eu mais c'est le Français qui a débloqué la situation d'une série de passements de jambes pour dérouter Torres avant d'enchaîner par une frappe croisée (6e). Si Benzema est au départ du deuxième but signé Özil (9e) avant de s'offrir un doublé en profitant d'une grosse erreur de Cerra avant d'aller dribbler Munua, le portier de Levante (31e). Cela ne l'arrête pas puisqu'il offre un caviar à Cristiano Ronaldo pour le 4-0 avant de profiter d'un service de Di Maria pour inscrire un triplé d'une aile de pigeon (68e). La belle soirée va se poursuivre pour le Real puisque le score va enfler jusqu'à 8-0. Une vraie régalade qui n'a d'autre conséquence que la qualification virtuelle pour les quarts de finale. En revanche, pour le moral des troupes, à commencer par celui de Benzema, c'est tout bénéfice.