Le Real ne lave pas l'affront

  • A
  • A
Le Real ne lave pas l'affront
Partagez sur :

Humilié lors du match aller (0-4), le Real Madrid n'a pas su renverser la vapeur, mardi lors des 1/16e de finale de la Coupe du Roi. Devant un stade Santiago Bernabeu plein comme un oeuf, les coéquipiers de Raul ne se sont imposés que pas la plus petite des marges (1-0), grâce à un but de Van der Vaart.

Humilié lors du match aller (0-4), le Real Madrid n'a pas su renverser la vapeur, mardi lors des 1/16e de finale de la Coupe du Roi. Devant un stade Santiago Bernabeu plein comme un oeuf, les coéquipiers de Raul ne se sont imposés que pas la plus petite des marges (1-0), grâce à un but de Van der Vaart.La trêve internationale tombe peut-être à pic pour les joueurs du Real Madrid. La plupart d'entre eux, pour ne pas dire la quasi totalité, vont rejoindre très rapidement leurs sélections respectives en lice ce week-end, pour les barrages du Mondial 2010 ou pour un match amical, évitant ainsi la réaction, que l'on imagine colérique, des supporters merengue qui n'avaient plus vraiment à coeur mardi de soutenir leur équipe favorite après la nouvelle démonstration de l'inefficacité de la formation de Manuel Pellegrini devant une formation de rang inférieur.Les joueurs d'Alcorcon ne méritent pas en tout cas de figurer en troisième division, ils sont actuellement classés sixièmes, car ils ont démontré au Bernabeu que leur sensationnelle victoire de l'aller, 4-0, lors des seizièmes de finale de la Coupe du Roi, n'avait rien d'un coup de chance, en résistant très longtemps au grand Real qui s'était paré de son plus bel habit, ou presque.A l'exception de Casillas, Ramos, Benzema ou Cristiano Ronaldo, ce dernier est indisponible depuis un mois, Pellegrini pouvait compter sur des titulaires en puissance et un quatuor offensif de très belle allure : Kaka, Raul, Van Nistelrooy, Higuain, alors que Mahamadou Diarra et Fernando Gago étaient destinés aux tâches défensives du milieu de terrain. Lassana Diarra, lui, avait glissé latéral droit mais ses montées permanentes le considéraient comme un cartouche offensive supplémentaire. Pellegrini, dernière ?Et bien malgré cela, les Madrilènes ont dû attendre la 82e minute pour ouvrir le score, l'oeuvre de Van der Vaart. Une dizaine de minutes encore à jouer, on pouvait croire alors que ce but allait enfin tout changer et déstabiliser une équipe d'Alcorcon jusque-là pas du tout terrorisé par les attaques adversaires. Certes, le Real Avait installé son campement dans les trente dernières mètres des coéquipiers du Français Lempereur, mais les occasions franches de marquer pouvaient se compter sur les doigts d'une main dans cette première. Van Nistelrooy perdait son duel avec le gardien (5e) et Lassana Diarra voyait son centre tir repoussé par Juanma (26e). Le danger se rapprochait en seconde avec la barre trouvée par Van Nistelrooy (51e) prolongeant une tentative de Kaka, imité par Van der Vaart mais l'action était annulée pour hors-jeu, ou sur ce coup de tête de Kaka (75e).« Honte à toi Real », les titres de la presse espagnole devraient ressembler à cela. Et nul doute que la position de Pellegrini se trouve de plus en plus fragilisée avec une telle contre performance. Les espoirs de Florentino Perez de voir une nouvelle ère des Galactiques marquer à nouveau le football espagnol sont pour l'instant bien haut dans le ciel.