Le Real dit adiós au titre

  • A
  • A
Le Real dit adiós au titre
Partagez sur :

Condamné à vaincre sur le terrain d'Osasuna au lendemain de la victoire du Barça à Alicante (3-0), le Real Madrid a échoué dans sa mission en chutant dimanche à Pampelune (1-0). Un deuxième revers cette saison, enregistré à l'occasion de la 21e journée de Liga, qui relègue les homes de José Mourinho à sept longueurs du club catalan. Un écart aux allures de gouffre rédhibitoire...

Condamné à vaincre sur le terrain d'Osasuna au lendemain de la victoire du Barça à Alicante (3-0), le Real Madrid a échoué dans sa mission en chutant dimanche à Pampelune (1-0). Un deuxième revers cette saison, enregistré à l'occasion de la 21e journée de Liga, qui relègue les homes de José Mourinho à sept longueurs du club catalan. Un écart aux allures de gouffre rédhibitoire... Face au rouleau compresseur qu'est le FC Barcelone, large vainqueur d'Hercules Alicante (3-0) samedi soir, les faux-pas sont proscrits pour espérer rester en vie dans la course au titre en Liga. Le Real Madrid ne le sait que trop bien alors que les hommes de José Mourinho ont perdu deux points sur leurs meilleurs ennemis en concédant le nul sur la pelouse d'Almeria (1-1), le 16 janvier dernier. Tout autre résultat qu'une victoire était donc à écarter dans le camp merengue à l'heure de fouler la pelouse du Stadio Reyno de Navarra, antre d'une équipe d'Osasuna Pampelune toujours difficile à manoeuvrer malgré une peu reluisante 17e position occupée au classement. Mais voilà, le Real Madrid n'a semble-t-il pas tirer d'enseignements de son échec andalou enregistré il y a deux semaines puisque les partenaires de Karim Benzema, de nouveau titulaire ce dimanche, n'ont même pas réussi à ramener un partage des points de leur déplacement en Navarre. La faute à un unique but inscrit par Camuñas après 63 minutes de jeu. A la retombée d'un long ballon, Pandiani dévie de la tête pour Aranda qui trouve l'attaquant espagnol dans le dos de la défense madrilène. Ce dernier s'en va alors tromper Casillas d'un tir croisé du pied droit (1-0). Une frappe anodine aux conséquences lourdes pour un Real Madrid qui accuse désormais un retard de 7 points sur le club catalan au soir de la 21e levée. Un fossé qui sera difficile à combler au vu des prestations fournies par le Barça, aussi brillant que régulier, en atteste la 15e victoire consécutive glanée en championnat par Messi et consorts samedi dans la Communauté Valencienne. C'est donc un tournant de la Liga qu'a offert cette 21e journée qui restera peut-être comme celle de la fin des illusions pour le Real Madrid. Si tout reste possible, difficile d'imaginer le Barça céder sept points lors des dix-sept prochaines journées à un Real Madrid où la notion d'équipe est naissante quand elle est sublimée du côté du Camp Nou. Adebayor impuissant Le Real Madrid a donc perdu gros ce dimanche. Bousculé durant la première demi-heure par une équipe aussi compacte que combative (8 cartons jaunes !), le Real reçoit un premier avertissement sur une demi-volée de Coro qui passe à quelques centimètres du montant droit de Casillas (4e). La deuxième alerte est là aussi sans conséquence, Pandiani expédiant une tête à bout portant au-dessus de la barre transversale (33e). Dans la foulée, le Real tente bien de réagir mais le portier Ricardo repousse la frappe de Benzema (35e) avant celle de Cristiano Ronaldo (43e), le Portugais ne trouvant pas le chemin des filets pour la cinquantième fois en Liga à l'occasion de sa... cinquantième apparition. Après le repos et l'ouverture du score locale, José Mourinho tente le tout pour le tout et effectue un triple changement en lançant simultanément dans la bataille Kaka, Xabi Alonso (grippé au même titre que Marcelo, absent ce dimanche) et Emmanuel Adebayor. Débarqué jeudi au Real et avec un seul entraînement au compteur effectué samedi, le Togolais n'aura pas réussi à répéter les performances réalisées avec Arsenal et Manchester City : marquer lors de ses débuts. La Maison Blanche ne pourra que le regretter, elle qui voit la bande emmenée par Pep Guardiola filer tout droit vers un troisième titre de champion d'Espagne consécutif...