Le ras-le-bol de Makoun

  • A
  • A
Le ras-le-bol de Makoun
Partagez sur :

Pris en grippe par le public lyonnais, au même titre que Bafétimbi Gomis, Jean II Makoun n'est plus aligné par Claude Puel à Gerland depuis plusieurs mois. Une situation qui a le don d'énerver le milieu rhodanien, qui s'est confié dans une interview accordée au mensuel Lyon Capitale à paraître vendredi. L'international camerounais envisage sérieusement l'éventualité d'un départ dès le mercato hivernal.

Pris en grippe par le public lyonnais, au même titre que Bafétimbi Gomis, Jean II Makoun n'est plus aligné par Claude Puel à Gerland depuis plusieurs mois. Une situation qui a le don d'énerver le milieu rhodanien, qui s'est confié dans une interview accordée au mensuel Lyon Capitale à paraître vendredi. L'international camerounais envisage sérieusement l'éventualité d'un départ dès le mercato hivernal. Resté sur le banc mercredi en Ligue des champions face à Schalke 04, Jean II Makoun n'a pas participé à la large défaite subie par l'Olympique Lyonnais (0-3). Dimanche dernier en revanche, le milieu camerounais était bien titulaire à Lens en Ligue 1 et fut l'un des grands artisans du succès de l'OL (3-1). Aligné à huit reprises depuis le début du championnat, sept fois en tant que titulaire, l'ancien lillois ne dispute quasiment que les matches à l'extérieur de sa formation. La faute aux sifflets du public lyonnais, qui lui reproche d'être le chouchou de l'entraîneur Claude Puel, dont le départ est ardemment souhaité dans les tribunes de Gerland. Afin de préserver son joueur, l'entraîneur des Gones a donc choisi de se passer des services de son milieu de terrain pour les rencontres à domicile. Pourtant, lors de sa seule titularisation sur la pelouse rhodanienne, Makoun a inscrit le but de la victoire face à Brest (1-0). C'était le 21 août dernier lors de la 3e journée. Frustré de sa situation, le joueur de 27 ans a livré le fond de sa pensée dans une interview accordée au numéro de décembre du mensuel Lyon Capitale: "Ce souci avec les supporters ne vient pas de mes performances sportives. Je sais que ça ne vient pas du stade. Ça vient d'ailleurs. Certaines personnes insinuent que je suis le "fils" du coach (...) C'est très injuste. On peut me reprocher mes performances sportives, il n'y a pas de souci. J'accepte toutes les critiques à ce sujet. Mais pas ce prétendu lien avec le coach...". S'il a débuté sa carrière professionnelle au Losc avec Puel comme entraîneur, Makoun indique ne pas avoir une relation privilégiée avec ce dernier: "Avec le coach, on se dit bonjour et ça s'arrête là. On peut discuter comme un entraîneur avec un joueur, mais rien de plus. À force de dire que je suis le "fils" du coach, certains de mes coéquipiers me chambrent avec ça. Je sais que c'est de l'humour. Mais, au bout d'un moment, c'est lourd. L'OM intéressé ? Le milieu défensif avoue d'ailleurs avoir eu plusieurs accrochages avec son entraîneur depuis le début de saison et n'hésite pas à exprimer son désaccord: "Ne pas me faire jouer à domicile à cause de personnes qui me sifflent. Vous trouvez ça normal ? (...) Je ne sais pas ce qui s'est passé. Je n'ai pas envie d'entrer dans la tête du coach... Je garde tout pour moi". Une situation difficile à vivre qui pourrait bien lui donner l'envie d'aller voir ailleurs dès cet hiver. "Il y a un mercato qui va arriver. S'il y a des opportunités, il faudra que je prenne la bonne décision. Mais c'est sûr que rester malgré ce qui se passe, ça va être très dur. S'il faut encore attendre six mois après le mercato, ça sera très difficile. Je n'arriverai pas à supporter cette situation jusqu'à la fin de saison. J'arrive à tenir car je me dis que c'est bientôt terminé", explique ainsi Jean II Makoun, qui consent à demi-mot avoir été contacté par Didier Deschamps cet été. Une information démentie par l'entraîneur phocéen, qui pourrait toutefois peut-être se pencher de nouveau sur la question après la qualification de l'OM pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions.