Le Racing a payé pour apprendre

  • A
  • A
Le Racing a payé pour apprendre
Partagez sur :

Maudite inconstance. Le Racing a souffert pour son entrée en lice en Coupe d'Europe samedi à Dublin face au Leinster (38-22). Les Franciliens avaient pourtant bien entamé la rencontre, répondant au défi physique avant de subir un gros coup d'arrêt et de multiplier les fautes à partir de la demi-heure de jeu. Le champion d'Europe 2009 en a profité pour inscrire 5 essais et ainsi débuter avec le bonus offensif.

Maudite inconstance. Le Racing a souffert pour son entrée en lice en Coupe d'Europe samedi à Dublin face au Leinster (38-22). Les Franciliens avaient pourtant bien entamé la rencontre, répondant au défi physique avant de subir un gros coup d'arrêt et de multiplier les fautes à partir de la demi-heure de jeu. Le champion d'Europe 2009 en a profité pour inscrire 5 essais et ainsi débuter avec le bonus offensif. Des regrets évidents pour une véritable leçon. Le leader du Top 14 ne s'attendait sans doute pas à prendre l'eau défensivement comme ce fut le cas lors de ce large succès du Leinster (38-22). Un succès logique tant le Racing aura alterné le bon et le moins bon, commettant trop de fautes pour profiter de ses quelques temps forts. En face, les expérimentés irlandais ne se sont pas fait prier pour en profiter et lancer leur saison européenne par un succès bonifié de la plus haute importance dans une poule 2 particulièrement relevée. Pourtant, le Racing entame parfaitement ce premier duel européen de la saison avec du rythme, de nombreux enchaînements et une belle présence physique, base minimale nécessaire pour exister au Royal Dublin Society. Si Isa Nacewa ouvre le score (3-0, 5e), Steyn ne l'imite pas (9e) et laisse Fillol égaliser (3-3, 13e). Le Racing est alors bien en place et rien ne laisse présager la coupure nette qui va suivre. Tout débute par une pénalité de Nacewa (6-3 29e) puis surtout une première erreur grossière qui coûte cher. Sur le renvoi, trop court et repoussé par le vent, les Irlandais récupèrent la balle et enchaînent les temps de jeu avec les avants jusque sur la ligne des Franciliens. Reddan fait alors la différence d'une passe limpide pour Sean O'Brien. Avec la transformation de Nacewa, le score enfle (13-3, 32e). La coupure de courant n'est malheureusement pas terminée pour le Racing. Un trou d'air à la demi-heure de jeu Dans la foulée, Reddan lance Sexton qui redouble avec O'Driscoll avant de jouer en première main pour Kearney qui inscrit un deuxième essai (18-3, 34e). Un essai en première intention avec des fautes de défense à tous les étages. Ça coûte cher et ce n'est pas terminé. Car si François Steyn passe une pénalité (18-6, 37e), sur le renvoi une nouvelle absence coupable - personne à la réception ! - cela profite à Nacewa qui enquille une nouvelle pénalité (21-6, 38e). Le Racing, secoué pas des erreurs inacceptables à ce niveau, entend se refaire la cerise à la reprise, grâce notamment à l'appui d'un vent très présent. Cela débute bien avec une pénalité rapide de Fillol (21-9, 42e) mais l'élan n'est que de courte durée. Suite à une faute de Durand entré par le côté d'un regroupement, l'arbitre de la rencontre (M. Pearson) sort un carton jaune. C'est d'autant plus dur que le Leinster est sur la ligne du Racing... Heureusement une faute de Heaslip permet aux hommes de Berbizier d'éviter momentanément le pire. Car le Racing ne se reprend pas comme en témoigne une somme de petites erreurs comme ce lancer en touche pas droit de Noirot (45e). En face, les Irlandais sont particulièrement réalistes et suite à une pénalité en milieu de terrain, ils emballent le jeu avec Fitzgerald qui donne à Strauss son talonneur pour le troisième essai (26-9, 49e). Les deux fautes de Bobo C'est le point d'inflexion pour les Franciliens qui se retrouvent de nouveau à 15 et reviennent petit à petit dans le coup. Cela débute par une énorme pénalité de Steyn (26-12, 52e). Le Racing a de nouveau le ballon et va en profiter rapidement avec Vuli Vuli qui perfore la défense plein axe et marque l'essai de l'espoir. Avec la transformation, le score n'est que de 26-19 (57e). Mais le champion d'Europe 2009 montre qu'il a du caractère et suite à une très longue séquence (11 temps de jeu), le Leinster avance à petits pas et finit par faire la différence grâce à Jamie Heaslip qui inscrit l'essai du point de bonus offensif. Nacewa transforme et le Leinster reprend le large (33-19, 64e). Le coup est rude pour le Racing qui n'abdique pas et revient avec une pénalité de Fillol consécutive à une percée de Vuli Vuli (33-22, 67e). Les Franciliens jettent leurs dernières forces dans la bataille mais suite à un gros temps de jeu Bobo perd le ballon face à la défense de fer du Leinster (78e). Deux minutes plus tard, sur la dernière offensive, Bobo perd de nouveau le ballon avec une autre conséquence puisque le contre est foudroyant avec en bout de ligne un McFadden qui dépose Saubade pour le 5e essai (38-22). Pour une première, le Racing sans doute avait rêvé à un autre scénario.