Le PSG touche le fond

  • A
  • A
Le PSG touche le fond
@ REUTERS
Partagez sur :

LIGUE EUROPA - Paris a été battu 2-0 à Salzbourg, jeudi. L'élimination est toute proche.

En début de saison, les propriétaires qataris du PSG avaient fait de la Ligue Europa un des objectifs de la saison du club. Jeudi soir, après sa défaite (2-0) sur la pelouse du Red Bull Salzbourg, le club de la capitale n'a plus son destin en mains. En effet, son adversaire du soir, qu'il avait battu à l'aller (à une autre époque) sur le score de 3-1, devance le PSG en vertu du but marqué à l'extérieur. En conclusion, une victoire face à l'Athletic Bilbao, le jeudi 14 décembre, ne suffira pas si, dans le même temps, Salzbourg s'impose sur la pelouse du Slovan Bratislava. Et le club francilien serait alors éliminé dès la phase de poules de la Ligue Europa. Ce qui constituerait un réel camouflet.

Quatre jours après la claque reçue à Marseille, Antoine Kombouaré avait décidé de faire largement tourner son équipe, avec pas moins de neuf changements dans le onze de départ (seuls Nene et Sissoko ont "doublé"). Pastore laissé au repos, Lugano et Ménez blessés, le technicien parisien avait aligné une charnière Camara-Bisevac, rappelé Clément Chantôme et Mathieu Bodmer au milieu et titularisé le seul Mevlut Erding en pointe. Bref, "AK" avait constitué une équipe à son image, plutôt hargneuse, laissant de côté toutes les recrues de son directeur sportif Leonardo, à l'exception de Sissoko.

Manque de précision et d'agressivité

Las ! Ces changements n'ont eu aucun effet sur le jeu parisien. Et l'on a pu observer les mêmes carences qu'au Stade Vélodrome, dimanche, à savoir une incapacité chronique à cadrer ses tirs (6 sur 19), un manque patent d'engagement (11 fautes seulement), et une multitude de mauvais choix, incarnée par Nene, pourtant le seul à surnager ces derniers temps mais au jeu indigent jeudi soir.

Face à une équipe parisienne toujours aussi pauvre dans l'animation offensive, le Red Bull Salzbourg n'a pas eu à forcer son talent, qu'il n'a pourtant guère immense. Le club autrichien n'a en effet remporté qu'un seul de ses huit derniers matches de championnat. Et encore, face au dernier... Mais le jeu développé par Leonardo (sic) et ses coéquipiers, jeudi, a suffi pour ébranler le deuxième de Ligue 1.

Les deux buts inscrits par les Autrichiens se ressemblent. Ils sont magnifiques, comme les erreurs de marquage du PSG. A la 20e minute, sur un centre au deuxième poteau, Jakob Jantscher, isolé, trompa Nicolas Douchez d'une belle demi-volée. Puis, dans le temps supplémentaire, c'est Dusan Svento, tout aussi tranquille, qui put expédier un missile dans la lucarne du portier parisien (90e+4).

Délogé de la première place en Ligue 1 et désormais bien mal placé en Ligue Europa, le PSG s'enfonce bel et bien dans la crise. "Je ne lâcherai jamais", a pourtant déclaré d'émblée Kombouaré au micro de Canal+ Sport. Mais ses dirigeants, eux, pourraient être rapidement tentés de le lâcher...