Le PSG prêt à taper du poing ?

  • A
  • A
Le PSG prêt à taper du poing ?
@ Reuters
Partagez sur :

LIGUE 1 - Le club prévoirait un plan anti-violence inédit selon Le Parisien.

LIGUE 1 - Le club prévoirait un plan anti-violence inédit selon Le Parisien.Le Paris Saint-Germain enfin déterminé à bannir la violence dans ses rangs ? Le Parisien révèle, dans son édition de samedi, le plan anti-violence sans précédent que prévoirait de mettre en oeuvre le club de la capitale pour ramener le calme dans les tribunes du Parc des Princes après une saison sombre marquée par la mort en mars dernier d'un de ses supporters de 37 ans, Yann Lorence, suite à des affrontements entre pensionnaires de Boulogne et Auteuil. De son côté le PSG, par un communiqué publié sur son site, dénonce un article "erroné autant qu'incomplet" et juge "prématuré aujourd'hui d'évoquer le dispositif de la saison prochaine sur lequel le club travaille encore". Reste que les quelques pistes évoquées par Le Parisien pourraient bien être au coeur des discussions.Parmi les mesures dévoilées par le quotidien parisien, la fin de la vente des abonnements aux tribunes de Boulogne, Auteuil et G où se retrouvent les supporters les plus violents, marquerait un tournant dans l'histoire du club. Désormais, l'achat de billets pour ces zones spéciales ne serait autorisé qu'à l'unité pour un match. Cette décision, qui concernerait 13 000 personnes (sur les 20 000 abonnés que comptait le Parc cette saison), serait couplée à une hausse de l'augmentation du prix du billet (fixé entre 20 et 30 euros) afin de ne pas pénaliser financièrement le club et son actionnaire majoritaire Colony Capital face à une baisse d'affluence.Auteuil et Boulogne débaptisés ?Une manière pour le PSG de tenter d'éloigner "par l'argent" les semeurs de trouble, selon le quotidien parisien. En contrôlant plus strictement la vente des billets, le club entendrait ainsi disposer d'une meilleure approche de son public. La création, de la volonté du président Robin Leproux, d'une tribune, côté Boulogne ou Auteuil, réservée plus particulièrement aux familles participerait de cet effort qui pousserait à "favoriser la mixité au sein des tribunes" d'après Le Parisien. Les familles se verraient ainsi offrir des formules tarifaires avantageuses.Afin de gommer les anciennes appartenances, déjà entamées récemment par la dissolution de plusieurs associations de supporters, les dirigeants parisiens prévoiraient également de débaptiser symboliquement les Virages Auteuil et Boulogne. Avec cette rupture, qui risquerait de provoquer bien des remous, le club souhaiterait tourner définitivement les pages sombres de son histoire marquées par les affrontements violents entre les deux tribunes.Une batterie de mesures dont le point d'orgue consisterait en un renforcement du système de contrôle aux portes du Parc des Princes. Pour ce faire, les billets seraient désormais nominatifs avec obligation de présenter une pièce d'identité à l'entrée du stade tandis que toute personne en état d'ébriété se verrait refuser l'accès à l'enceinte. Le Paris Saint-Germain n'entendrait cependant pas se cantonner à son jardin et souhaiterait étendre ce plan à ses déplacements. Pour les rencontres disputées à l'extérieur, le club envisagerait d'encadrer plus strictement ses supporters acheminés depuis la capitale jusqu'au lieu du match grâce à des moyens de transport spécialement affrétés. Aucun déplacement individuel ne serait plus autorisé alors que la vente des billets ne pourrait se faire que par l'entremise du club.Un plan ambitieux qui pourrait, selon Le Parisien, passer au test lors du tournoi de Paris, une compétition amicale prévue les 31 juillet et 1er août tandis que de son côté le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux prépare également un plan pour lutter contre la violence des supporters dans le cadre de la loi d'orientation et de programmation pour la sécurité intérieure (Lopsi).