Le PSG marque les esprits

  • A
  • A
Le PSG marque les esprits
Partagez sur :

En s'imposant avec la manière sur le terrain de Montpellier (3-0), samedi soir pour le compte de la 8e journée de Ligue 1, le Paris Saint-Germain a frappé un grand coup. Voilà le club de la capitale au sommet du classement, signe que la bande à Javier Pastore, encore une fois très inspiré, est une candidate crédible dans la course au titre lorsque le collectif répond présent.

En s'imposant avec la manière sur le terrain de Montpellier (3-0), samedi soir pour le compte de la 8e journée de Ligue 1, le Paris Saint-Germain a frappé un grand coup. Voilà le club de la capitale au sommet du classement, signe que la bande à Javier Pastore, encore une fois très inspiré, est une candidate crédible dans la course au titre lorsque le collectif répond présent. Le jour et la nuit. Incapable de s'exprimer collectivement lors de la courte victoire obtenue mercredi au Parc des Princes contre l'OGC Nice (2-1), le PSG a paru métamorphosé sur le terrain de la Mosson, signant une prestation aboutie en même temps qu'une large victoire face à Montpellier (3-0). Resté dans la capitale après son opération de l'épaule, Guillaume Hoarau a résumé sur le site officiel du PSG le sentiment général après ce coup réalisé dans l'Hérault: "C'est pour moi le match référence du début de saison". Un match plein aux allures de message pour la France du football: le PSG et son recrutement gargantuesque est entré dans une nouvelle dimension. Un constat motivé par le visage offert par un PSG qui a prouvé à Montpellier qu'il pouvait évoluer à un haut niveau lorsqu'il se comportait en équipe. "Collectivement nous avons réalisé une très grande performance", estime l'un des autres absents de cette 8e journée de Ligue 1, Christophe Jallet. Le latéral droit est rejoint dans cette idée par Kevin Gameiro, meilleur buteur parisien avec cinq² réalisations: "Les gens ne nous voyaient pas comme ça mais on sait jouer en équipe, c'est bien, on montre un autre visage. Tant mieux pour nous et pour la suite de la saison." Le signal émis par le PSG est fort. Après un recrutement estival à plus de 80 millions d'euros et l'arrivée de neuf nouveaux joueurs synonymes de chantier, Paris semble déjà avoir trouvé la bonne formule, en atteste sa position de leader de la L1. Se contentant jusqu'à cette sortie à la Mosson de prendre les points sans forcément soigner leur production, les Parisiens ont cette fois rendu une excellente copie et démontré que les manques de la saison dernière avaient été comblés. En se montrant décisif dans les moments chauds, Salvatore Sirigu offre une solidité à un poste qui a trop souvent posé problème au club de la capitale ces derniers mois. A l'autre bout du terrain, Kevin Gameiro offre lui des garanties d'efficacité là où Hoarau et Erding ont brillé par leur maladresse dans un passé récent. Pastore toujours plus fort Entre ces deux extrémités, le talent d'un effectif pléthorique ne manque pas, à l'image de Javier Pastore. Le joueur le plus cher de l'histoire de la Ligue 1, recruté à Palerme pour 42 millions d'euros, a encore brillé en signant son premier doublé sur les pelouses hexagonales, marqué par un geste de classe et une reprise de volée aussi pure qu'efficace. "Il a mis la barre très haut, assure son entraîneur Antoine Kombouaré dans les colonnes du Parisien. Il a des statistiques impressionnantes. Mais on juge une carrière sur la durée et les titres." Le technicien tempère l'engouement suscité par le phénomène argentin, comme celui généré par ce large succès. "Ce ne sont que trois points, on est à la 8e journée donc restons humbles et continuons de travailler", affirme le Kanak. Difficile pourtant pour certains de ne pas faire preuve d'optimisme. "Nous avons la certitude ce soir (samedi, ndlr) que le PSG a une grande équipe, lance Hoarau. Tout le monde a fait le boulot défensivement et offensivement nous avons montré que nous sommes capables de tout. C'est une réponse aux gens qui essaient de nous déstabiliser. L'état d'esprit est irréprochable car ce soir, c'est la victoire d'un groupe." Un groupe, qui même amputé de Sakho, Bisevac, Jallet et de l'attaquant réunionnais, en impose et donne clairement l'impression de monter en puissance. Une impression qui sera confirmée ou infirmée alors que Paris va affronter coup sur coup l'Athletic Bilbao et Lyon, la semaine prochaine. Pour franchir un nouveau cap ?