Le PSG évite le coup de froid

  • A
  • A
Le PSG évite le coup de froid
Partagez sur :

Menés au score à deux reprises dans le froid glacial biélorusse, les Parisiens ont finalement décroché un bon match nul, grâce à Mevlut Erding (29e) et Peguy Luyindula (89e), sur la pelouse du Bate Borisov (2-2), en 16e de finale aller de la Ligue Europa. Un résultat qui leur permet d'envisager sereinement le match retour, jeudi prochain au Parc des Princes.

Menés au score à deux reprises dans le froid glacial biélorusse, les Parisiens ont finalement décroché un bon match nul, grâce à Mevlut Erding (29e) et Peguy Luyindula (89e), sur la pelouse du Bate Borisov (2-2), en 16e de finale aller de la Ligue Europa. Un résultat qui leur permet d'envisager sereinement le match retour, jeudi prochain au Parc des Princes. Sur une pelouse qui n'en a que le nom et avec des températures proches des -20 °c, le déplacement du PSG en Biélorussie avait tout du piège. Mais les hommes d'Antoine Kombouaré, suspendu et remplacé sur le banc par son adjoint Yves Bertucci au Dinamo Stadion, ont su l'éviter lors d'un 16e finale aller de Ligue Europa finalement conclu sur le score de 2-2 face au Bate Borisov. Un moindre mal pour des Parisiens globalement dominateurs mais qui n'auront jamais mené dans une rencontre qu'ils auraient même très bien pu perdre 3-1, si Maxim Skavich, seul face au but vide, s'était montré plus précis (85e). Une aubaine dont n'a pas manqué de profiter dans la foulée Peguy Luyindula, auteur du but égalisateur à une minute du terme (2-2, 89e), pour une conclusion qui n'est pas sans rappeler celle de Dortmund (1-1), en phase de poule. Un buteur frigorifié mais heureux à l'issue de la rencontre, au micro de Canal+ Sport. "Ce n'est pas évident, même de parler, avouait-il ainsi, avant de revenir sur cette fin de match à suspense. 3-1, ça nous aurait fait mal, 2-2 c'est beaucoup plus négociable. On est content avec ce score et on est content de rentrer chez nous." Une légitime satisfaction pour l'attaquant, habituel remplaçant mais très en jambes sur l'indigne terrain de Minsk, lui qui faisait la paire avec Mevlut Erding jeudi soir sur le front de l'attaque parisienne, Guillaume Hoarau prenant place sur le banc aux côtés de Mathieu Bodmer ou encore de Sammy Traoré, un temps pressenti pour débuter une rencontre où le PSG va être rapidement mené au score, sur la première offensive biélorusse. Vitali Rodionov, déjà excellent au Stade de France en septembre dernier face aux Bleus, sert d'une talonnade inspirée le Brésilien Renan Bressan, qui pique son ballon pour tromper un Edel toujours aussi peu rassurant (1-0, 16e). Surpris, les Parisiens, pourtant les premiers en action par un Nenê retrouvé, d'un tir au-dessus à la conclusion d'un une-deux avec Chantôme (7e) ou sur une belle tentative repoussée par le portier que Giuly ne peut reprendre (14e), vont réagir immédiatement après ce coup du sort. Luyindula: "Finir le travail à la maison" Mais ni Chantôme, de peu à côté (22e), ni Luyindula, d'une lourde frappe détournée en corner (24e), ne parviennent à concrétiser ces différentes opportunités. C'est finalement Erding, en manque de réussite face à Lens lors de la dernière journée de Ligue 1, qui va trouver l'ouverture, après une nouvelle contre-attaque rondement menée. Suspendu face aux Nordistes, Giuly déboule sur l'aile droite et sert parfaitement le Turc à l'entrée de la surface, qui conclut du plat du pied (1-1, 29e). Une égalisation méritée pour des Franciliens sous contrôle, malgré une ultime occasion pour Olekhnovich repoussée par Edel (40e), eux qui auraient même pu bénéficier, dès la reprise, d'un penalty sur une main du jeune milieu de terrain biélorusse, après une tête de Chantôme (51e). Les différents changements et les entrées successives de Maurice et Bodmer vont alors perturber l'équilibre de l'équipe de la capitale, qui va subir après l'heure de jeu les assauts de ses hôtes. D'abord par l'intermédiaire de Volodko, qui bute sur un Edel prestement sorti à son encontre (68e), et surtout quand Rodionov, coup sur coup, manque d'un rien de redonner l'avantage aux siens (70e, 71e). Le PSG est dans le dur et concède logiquement un deuxième but, Volodko trouvant le poteau d'Edel avant que Gordeychuk ne pousse le ballon dans les filets (2-1, 81e). Et alors que Skavich manque l'immanquable quelques instants plus tard (85e), Luyindula, de la tête sur un centre de Makonda (2-2, 89e), endosse donc son costume de sauveur, et savoure: " Marquer deux buts à l'extérieur, c'est un bon résultat. Il va maintenant falloir finir le travail à la maison." Un match retour que les Parisiens peuvent envisager avec sérénité, jeudi prochain au Parc des Princes. Et où il ne fera pas -20°c...