Le PSG au rendez-vous

  • A
  • A
Le PSG au rendez-vous
Partagez sur :

De retour au premier plan en championnat, le Paris Saint-Germain n'en délaisse pas pour autant la scène européenne. Pour preuve, la qualification pour les seizièmes de finale de la Ligue Europa obtenue jeudi par les Parisiens, tombeurs du FC Séville malgré une baisse de rythme au coeur de la première période (4-2). Un nul lors de la dernière journée suffirait maintenant au PSG pour finir en tête de sa poule.

De retour au premier plan en championnat, le Paris Saint-Germain n'en délaisse pas pour autant la scène européenne. Pour preuve, la qualification pour les seizièmes de finale de la Ligue Europa obtenue jeudi par les Parisiens, tombeurs du FC Séville malgré une baisse de rythme au coeur de la première période (4-2). Un nul lors de la dernière journée suffirait maintenant au PSG pour finir en tête de sa poule. Le Paris Saint-Germain disputera donc bien les seizièmes de finale de la Ligue Europa. Désormais invaincu sur ses terres depuis 13 matches continentaux, le club parisien, qui a dominé le FC Séville 4-2 au Parc des Princes jeudi soir pour valider son billet, se rendra à Lviv le 15 décembre afin d'assurer la première place du Groupe J, des Ukrainiens qui se sont inclinés dans le même temps à Dortmund (3-0). Tout ne fut pourtant pas si facile face à des Andalous désireux d'effacer leur revers de l'aller à Sanchez Pizjuan (0-1) et surtout d'assurer leur qualification avant la réception périlleuse du club de la Ruhr. Mais il faut croire que la nouvelle force mentale de cette équipe du PSG, qui parvient désormais, contrairement à ses devancières, à retourner des situations bien mal engagées, peut lui laisser envisager l'avenir avec sérénité, cette même sérénité qui lui a permis, dans la froideur de la nuit parisienne, de s'adjuger cette rencontre malgré l'abnégation sévillane. Un match dans lequel le PSG s'avance avec une formation mixte composée de cinq habituels remplaçants (Ceara, Camara, Bodmer, Clément et Sessegnon), alors qu'Antoine Kombouaré récupère les deux suspendus du week-end, Sakho et Chantôme, et renouvelle sa confiance, sans disposer il est vrai de beaucoup d'alternatives, à Edel, auteur d'une énorme boulette à Lyon (2-2). L'Armeno-Camerounais est d'ailleurs le premier à s'employer puisque après une frappe signée Renato (1ère), il se rassure en effectuant une bonne prise de balle sur corner, avant d'être sauvé dans la foulée par son poteau sur une tentative de Romaric (4e). Des Sévillans en jambes, malgré deux défaites consécutives en domicile en Liga et les absences de Luis Fabiano et Jesus Navas, et qui se procurent l'autre occasion de ce premier quart d'heure par Perotti qui, après avoir facilement éliminé Camara sur l'aile gauche, déclenche une frappe écrasée qu'Edel capte en deux temps (12e). Les Parisiens, après un tir non cadré de Bodmer (10e), qui évolue en soutien de Hoarau, vont alors tout doucement monter en puissance et marquer coup sur coup deux buts sur corner. D'abord par Bodmer, qui reprend à bout portant une première tête de Camara (1-0, 17e), puis grâce à Hoarau, toujours sur un corner de Nenê, d'une belle tête croisée (2-0, 20e). Un avantage rapidement acquis qui va provoquer un certain relâchement symbolisé par cette action de Chantôme, qui manque la balle de match sur une remise en retrait de Hoarau (24e). Une opportunité vite regrettée par les pensionnaires d'un Parc des Princes aux travées clairsemées (près de 18 000 spectateurs officiellement) puisqu'en l'espace de quatre minutes, Kanouté va s'offrir un doublé et remettre les deux équipes à égalité. Hoarau comme Kanouté L'ancien Lyonnais reprend dans un premier temps de la tête, entre Sakho et Camara, un centre de Capel (2-1, 36e) puis profite de l'apathie parisienne pour égaliser d'une déviation au premier poteau à la réception d'un centre de Perotti (2-2, 36e). Et alors que les deux équipes s'apprêtent à retourner aux vestiaires sur ce score de parité, Nenê enfile une fois de plus son costume d'homme providentiel et, d'une magnifique frappe enroulée à l'entrée de la surface qui laisse Palop sans réaction (3-2, 45e), redonne l'avantage aux siens. Un avantage qui double dès la reprise, quand Chantôme lance parfaitement Hoarau de l'extérieur du droit, le Réunionnais prend le meilleur sur Caceres et Escudé et trompe Palop d'un inspiré pointu pour signer, comme Kanouté, un doublé, et confirmer son retour au premier plan (4-2, 47e). Et si Kombouaré est expulsé dans la foulée, après une faute sur Chantôme contestée par le Kanak (50e), les Sévillans manquent de revenir au score à plusieurs reprises, comme sur cette tête d'Escudé sur la transversale (58e), puis par Kanouté, qui bute sur Edel à bout portant (71e). Les joueurs de la capitale ont eux une énorme opportunité de prendre le large, mais Camara ne trouve que le poteau suite à un nouveau corner de Nenê (62e). Un Brésilien qui va céder sa place quelques minutes plus tard à Luyindula (65e), alors que Hoarau est lui remplacé par Giuly (69e), dans l'optique du match de dimanche face à Brest. Le score de ce match, plaisant jusqu'au bout malgré une mêlée générale au coup de sifflet final, n'évolue plus et permet donc au club parisien de récolter les dividendes de son bon début de saison, puisque les hommes d'Antoine Kombouaré n'ont perdu qu'un seul match (face à Auxerre 2-3) depuis la fin août. Tout sauf un hasard.