Le PSG à l'essentiel

  • A
  • A
Le PSG à l'essentiel
Partagez sur :

Large vainqueur à l'aller (4-0), le PSG n'a pas forcé lors du match retour contre Differdange, ce jeudi soir au Parc des Princes, pour valider sa qualification en Ligue Europa. Avec un Javier Pastore titulaire, les joueurs d'Antoine Kombouaré ont fait le minimum (2-0). Le vrai bémol: la sortie de Hoarau sur blessure.

Large vainqueur à l'aller (4-0), le PSG n'a pas forcé lors du match retour contre Differdange, ce jeudi soir au Parc des Princes, pour valider sa qualification en Ligue Europa. Avec un Javier Pastore titulaire, les joueurs d'Antoine Kombouaré ont fait le minimum (2-0). Le vrai bémol: la sortie de Hoarau sur blessure. Les bonnes nouvelles se partagent. Les mauvaises non. Pour les Parisiens, cette soirée au Parc des Princes restera synonyme de qualification pour la phase de poules de la Ligue Europa. Pour Guillaume Hoarau elle risque d'avoir un goût amer. L'attaquant réunionnais, appelé ce jeudi en équipe de France par Laurent Blanc alors que son temps de jeu s'évapore au PSG, a dû sortir prématurément à l'heure de jeu, avec une grimace en coin et les adducteurs qui grincent. Sa participation aux deux matches Albanie-France et Roumanie-France, en éliminatoires de l'Euro 2012, pourrait être compromise. Ce qui serait évidemment un coup dur pour lui dans un début de saison compliqué. La victoire de ses partenaires contre une faible équipe de Differdange (2-0), une semaine après leur large succès obtenue au Luxembourg (4-0), atténuera sans doute sa peine, avec le temps. En attendant, il croise les doigts pour que son indisponibilité ne soit pas trop longue. Car en coulisses, les affaires reprennent. Mevlut Erding est attendu à Rennes, sans doute ce week-end, ce qui signifie qu'un nouvel avant-centre va arriver. Et peut-être réduire encore un peu le temps de jeu de Guillaume Hoarau. Ce soir, l'ancien Havrais avait la possibilité de montrer de quoi il était capable. Mais les soixante premières minutes du PSG n'ont pas été les meilleures contre Differdange. Si les joueurs d'Antoine Kombouaré ont copieusement dominé les débats face à une formation en difficulté pour passer la ligne médiane balle au pied, ils ont d'abord été trop approximatifs parfois, trop individualistes souvent, pour empiler les buts. Nenê et Ménez en jambes Cela aurait sans doute été différent si Mathieu Bodmer avait trouvé le chemin des filets plutôt que le poteau (9e). Mais à trop vouloir la jouer facile, et en oubliant d'étirer un bloc luxembourgeois pas vraiment solide, les Parisiens ont mis du temps à faire la différence. Ainsi Guillaume Hoarau (15e, 43e) et Javier Pastore (17e, 35e) ont-ils manqué de réalisme, imités après le repos par un Jean-Eudes Maurice très maladroit (59e, 86e). Il a fallu attendre que Nenê, l'un des joueurs de la capitale les plus en jambes, prenne sa chance de loin pour débloquer la situation (1-0, 65e). Un but mérité qui a donné des idées à un Jérémy Ménez lui aussi entreprenant, qui a doublé la mise sur un centre dévié dans sa cage par un défenseur adverse (2-0, 79e). "On était très motivé, on a eu beaucoup d'occasions en deuxième période, a réagi Nenê sur Canal+ Sport. Eux, ils étaient tous derrière mais ils ont fini par craquer sur la fin. C'est bien pour la suite." Avant de se déplacer à Toulouse, pour le compte de la quatrième journée de Ligue 1, ce résultat est évidemment positif pour la confiance. Mais vu l'adversité, on était en droit d'attendre un peu plus, un peu mieux.