Le PSG à l'assaut de Chaban-Delmas

  • A
  • A
Le PSG à l'assaut de Chaban-Delmas
Partagez sur :

LIGUE 1 - Revigoré par son succès à Boulogne, le PSG se déplace dans l'antre du leader bordelais à l'occasion de la 16e journée.

Grâce à sa récente victoire à Boulogne-sur-Mer lors d'un match en retard de la 14e journée de Ligue 1, le PSG a retrouvé de la hauteur au classement. Chaban-Delmas, l'antre de Bordeaux, se dresse à présent sur le chemin des hommes de Kombouaré à l'occasion de la 16e levée de championnat. Une forteresse imprenable pour les Parisiens depuis trois saisons d'affilée.La lourde défaite concédée en terres bordelaises (0-4) la saison passée est encore bien présente dans les esprits parisiens. A l'heure de se déplacer en Gironde à l'occasion de la 16e journée de Ligue 1, samedi, ce mauvais souvenir tient encore lieu de référence. "L'équipe a très envie de se racheter par rapport a la défaite de la saison dernière (4-0). Je les sens revanchards. Moi ça me fait plaisir, car c'est un gros match et c'est une occasion de montrer qu'il faut compter sur nous", prévient Mevlut Erding sur le site internet du club de la capitale.Un élan toutefois rapidement tempéré. "Nous sommes conscients que ce sera difficile, notamment quand on voit leur parcours en Ligue des champions". L'attaquant turc ne s'y trompe pas. Libérés de leur charge européenne grâce à leur qualification précoce pour les huitièmes de finale de la C1, les Bordelais peuvent désormais se reconcentrer pleinement sur leurs objectifs en championnat et ne s'en sont pas privés lors de la dernière journée en allant s'imposer à Nancy (3-0) pour de nouveau s'emparer du commandement de la Ligue 1, abandonné le week-end précédent à Auxerre.Le retour de GourcuffUne victoire venue mettre un terme à une série de deux inquiétantes défaites d'affilée à Lille (0-2) et face à Valenciennes (0-1). "La Ligue des champions est une compétition qui nous prend tout. Nous n'avons pas perdu l'envie contre Lille, c'est juste qu'à un moment vous avez beau réclamer de l'énergie mais au fond, il ne reste plus rien. [...] Il ne faut pas se cacher derrière cette excuse, mais cela explique beaucoup de choses", reconnaissait à cet égard Laurent Blanc sur le site internet de Bordeaux.Le PSG, septième, se lancera, samedi, à l'assaut d'une forteresse qui lui résiste depuis trois saisons d'affilée (deux défaites consécutives, un nul). Avec le retour de Yoann Gourcuff, récemment victime d'un décollement de l'aponévrose de l'adducteur gauche dans le groupe bordelais - tandis que Wendel et Fernando seront suspendus, la tâche des hommes d'Antoine Kombouaré s'annonce des plus ardues. Alou Diarra a annoncé la couleur. "On est costaud sans lui, on est encore plus costaud avec lui"...