Le Portugal avec la manière

  • A
  • A
Le Portugal avec la manière
Partagez sur :

Quatre jours après son nul à Zenica (0-0), le Portugal a validé mardi son billet pour l'Euro 2012 en surclassant la Bosnie-Herzégovine (6-2), mardi en match de barrages. Les buts de la Selecçao ont été inscrits par Cristiano Ronaldo (8e et 53e), Nani (24e), Helder Postiga (72e, 82e) et Miguel Veloso (80e) alors que Misimovic (41e) et Spahic (65e) ont entretenu un temps l'espoir pour les hommes de Safet Susic, qui ont terminé la rencontre à dix suite à l'expulsion de Lulic (54e)

Quatre jours après son nul à Zenica (0-0), le Portugal a validé mardi son billet pour l'Euro 2012 en surclassant la Bosnie-Herzégovine (6-2), mardi en match de barrages. Les buts de la Selecçao ont été inscrits par Cristiano Ronaldo (8e et 53e), Nani (24e), Helder Postiga (72e, 82e) et Miguel Veloso (80e) alors que Misimovic (41e) et Spahic (65e) ont entretenu un temps l'espoir pour les hommes de Safet Susic, qui ont terminé la rencontre à dix suite à l'expulsion de Lulic (54e). Pour la deuxième fois consécutive, la Bosnie-Herzégovine est privée de grande compétition internationale par le Portugal. Battus en barrages de la Coupe du monde 2010 (2-0 sur l'ensemble des deux matches), Emir Spahic et ses coéquipiers ont de nouveau chuté face à la Selecçao dans une double confrontation qualificative cette fois pour l'Euro 2012. Deuxièmes de leur groupe derrière le Danemark lors des éliminatoires, les Bosniens avaient pourtant gardé espoir à l'issue du match aller disputé vendredi dernier à Zenica et au cours duquel ils étaient parvenus à tenir le nul (0-0). Mais les hommes de Paulo Bento ont fait la différence mardi à Lisbonne (6-2). En dépit de l'ampleur du score, ce ne fut toutefois pas une partie de plaisir pour l'équipe portugaise. Dans un Stade de la Luz surchauffé, Cristiano Ronaldo et les siens attaquent la rencontre tambours battants. Surmotivée, la star du Real Madrid frappe d'entrée d'un maître coup franc situé dans l'axe à 25 mètres (1-0, 8e). Le Ballon d'Or 2008 est tout proche de récidiver quelques minutes plus tard, mais cette fois Begovic détourne sa tentative (12e). Le dernier rempart bosnien ne peut rien en revanche sur un missile de 30 mètres déclenché par Nani et qui finit sa course dans la lucarne (2-0, 24e). Après moins d'une demi-heure de jeu, le scénario semble déjà écrit mais c'était sans compter sur l'orgueil des troupes de Safet Susic, qui réagissent avant le repos sur un penalty obtenu suite à une main dans la surface de Coentrao et transformé par Misimovic (2-1, 41e). La Bosnie craque en fin de match Pas à l'abri d'un retournement de situation, les Portugais reprennent le contrôle au retour des vestiaires et croient s'être mis définitivement à l'abri lorsque Ronaldo, parfaitement lancé dans la profondeur par Moutinho, efface Begovic et marque dans le but vide (3-1, 53e). D'autant plus que Lulic écope d'un second carton jaune pour avoir réclamé un hors-jeu (54e). Malgré leur infériorité numérique, les Bosniens s'accrochent et réduisent de nouveau la marque, grâce à Spahic, qui dévie dans le but une passe de Maletic (3-2, 65e). Une réalisation entachée d'une position de hors-jeu, mais bien validée par M. Starck, un peu dépassé par l'enjeu de cette rencontre. Pendant quelques minutes, l'espoir revient du côté de Miralem Pjanic et consorts, mais pas pour longtemps, car les Portugais prennent définitivement le dessus physiquement et font craquer leurs adversaires. C'est d'abord Helder Postiga, qui profite d'un bon débordement côté gauche de Ronaldo puis d'une passe dans le bon tempo de Micael, pour inscrire le quatrième but (4-2, 72e). C'est ensuite, Miguel Veloso, qui s'est vu offrir l'occasion de tirer un coup franc par Ronaldo et fait aussi bien que son coéquipier d'une très belle frappe enroulée (5-2, 80e), puis Postiga qui s'offre un doublé de la tête sur un centre de Coentrao (6-2, 82e). Le match se termine ainsi en apothéose pour le Portugal qui s'apprête à disputer son cinquième Euro consécutif. De son côté, la Bosnie-Herzégovine, qui n'a encore jamais disputé de grande compétition internationale dans sa jeune histoire, chute de nouveau au pied du mur, mais peut s'enorgueillir d'avoir tenu 160 minutes face à l'une des grandes nations du football.