Le pied de nez des Cavaliers

  • A
  • A
Le pied de nez des Cavaliers
Partagez sur :

LeBron James a dû apprécier la leçon donnée par les Cavaliers... Bien que privé de son double MVP parti à Miami, Cleveland a en effet disposé des Celtics lundi (95-87). Une entrée en matière marquée par un changement radical puisque 6 joueurs ont tourné à plus 10 points. A noter par ailleurs, le bon début des Spurs de Parker face aux Pacers (122-109) ou le revers de Chicago face à Oklahoma malgré un bon Noah.

LeBron James a dû apprécier la leçon donnée par les Cavaliers... Bien que privé de son double MVP parti à Miami, Cleveland a en effet disposé des Celtics lundi (95-87). Une entrée en matière marquée par un changement radical puisque 6 joueurs ont tourné à plus 10 points. A noter par ailleurs, le bon début des Spurs de Parker face aux Pacers (122-109) ou le revers de Chicago face à Oklahoma malgré un bon Noah. Le match de la nuit Dan Gilbert peut jubiler. Car c'est peu dire que le propriétaire des Cavaliers n'avait que modérément apprécié la décision de LeBron James de quitter Cleveland pour rejoindre Miami durant l'été. Au point, au lendemain de la décision du double MVP de la Ligue, de se fendre d'un communiqué acerbe dans lequel il osait promettre l'impensable. "Je peux vous faire une promesse: je vous garantis personnellement que les Cleveland Cavaliers remporteront un titre NBA avant que l'ancien "King" autoproclamé n'en gagne un", assurait-il. Alors certes, il ne s'agit que d'une première victoire. Mais voir ses Cavaliers l'emporter sur les Celtics, eux-mêmes vainqueurs du Heat la veille, le faisait évidemment sourire. Pour leur premier match de l'après James, les Cavaliers, pourtant privés de Mo Williams, blessé, ne pouvaient donc rêver d'une meilleure entame: un succès de prestige décroché sur leurs bourreaux du printemps dernier en demi-finale de conférence. "Ce match, il est pour la ville. C'est pour les fans. On devait leur montrer que les Cavs continuent et qu'ils pourront voir du bon basket et une équipe qui gagne", pouvait s'enthousiasmer Antawn Jamison à l'issue de la rencontre. Et ce, d'autant plus que la victoire a été marquée du sceau du collectif avec pas moins de six joueurs émargeant à dix points ou plus. A l'image d'un JJ Hickson, meilleur marqueur du match avec ses 21 points à 8 sur 11 aux tirs, Daniel Gibson suivant avec 16 points, tous inscrits après la pause. Aussi, Rondo pouvait bien se réveiller après sa petite sortie de la veille, ses 18 points et 9 passes n'allaient pas suffire, la faute à un dernier quart emballé 27-14 dans le sillage de Gibson et d'Anthony Parker, auteur d'un tir primé décisif alors que les deux équipes étaient à égalité 86-86 avec trois minutes à jouer. Paul Pierce et Ray Allen avaient bien l'occasion de relancer les Celtics dans les ultimes secondes, mais leurs échecs à longue distance confirmaient leurs ternes prestations -13 points pour l'un, 12 pour l'autre- et permettaient à Gibson de valider la victoire des locaux sur la ligne des lancers. Et à Doc Rivers de conserver son sens de l'humour, malgré tout, en expliquant que "les Celtics étaient devenus l'équipe la plus populaire en Ohio après avoir battu le Heat et perdu face aux Cavs." Les Français Ouverte sur de bonnes bases grâce à la performance de Nicolas Batum face aux Suns (19 points-11 rebonds), la saison des Français paraît bien lancée. Tout du moins pour ceux qui jouent. Car sans surprise, Pape Sy s'est contenté du banc pour son premier match NBA, l'ancien Havrais suivant la belle victoire de ses Hawks chez les Grizzlies 104-119. Même constat pour Alexis Ajinça avec Dallas, son coéquipier Ian Mahinmi ne faisant que passer avec deux minutes et un rebond et les Mavs déroulant pour l'emporter 101-86 sur des Bobcats pouvant compter sur les 12 points à 5 sur 12 aux tirs, 4 rebonds et 3 passes de Boris Diaw. S'il a été moins productif offensivement que l'ancien Palois, Ronny Turiaf a, lui, goûter à la victoire pour sa première sortie sous ses nouvelles couleurs puisque les Knicks l'ont emporté 93-98 à Toronto, le Martiniquais rendant 8 points à 3 sur 4 aux tirs, 4 rebonds et 4 contres en 23 minutes. Devant se contenter de 9 minutes, 2 points et 3 rebonds pour son match d'ouverture Johan Petro a également ouvert par un succès, les Nets s'imposant 101-98 sur les Pistons. Chez les Français qui gagnent, Nicolas Batum a remis le couvert avec ses 15 points à 6 sur 7 aux tirs, 5 rebonds, 2 passes, 2 contres et 2 interceptions signés lors de la victoire des Blazers chez les Clippers 88-98. Et Tony Parker a parfaitement lancé sa saison en compilant 20 points à 6 sur 12 aux tirs et 9 passes face aux Pacers, ses Spurs en profitant pour l'emporter 122-109 après avoir fait la différence dans le dernier quart. Pour autant, la performance statistique de la nuit, côté tricolore, est à mettre au crédit d'un Bleu battu. Car sir les Bulls ont cédé 106-95 dans la dernière ligne droite sous les coups de boutoir de Kevin Durant, Joakim Noah a joliment inauguré son nouveau contrat. Impeccable près du cercle, l'ancien Gator a en effet compilé 18 points à 7 sur 13 aux tirs et 19 rebonds, l'intérieur français en profitant pour prendre la tête au classement des rebondeurs. La statistique Et le premier carton de la saison est à mettre au crédit de Monta Ellis! Profitant d'une réussite exceptionnelle pour son premier match de l'année, le jeune arrière des Warriors a effet signé 46 points pour démarrer. Une performance de choix marquée par un exceptionnel 18 sur 24 aux tirs (75%). De quoi permettre à Golden State d'ouvrir sa saison par un succès sur Houston 132-128 malgré les 36 points-16 rebonds de Luis Scola. "C'est génial de commencer par un tel match. Tout semblait facile ce soir. A moi de reproduire ce genre de performances tout au long de la saison." s'est contenté d'expliquer le héros californien de la soirée. Au rayon statistiques, à noter également l'impeccable 17 sur 17 aux lancers de Kevin Martin chez les Rockets, le festival de Jason Kidd à la mène lors du succès des Mavericks face aux Bobcats, le meneur vétéran délivrant 18 passes pour démarrer.