Le Pen veut plus de joueurs français

  • A
  • A
Le Pen veut plus de joueurs français
@ REUTERS
Partagez sur :

LA POLITIQUE EN SHORT - La candidate du FN souhaite abroger l'arrêt Bosman.

Pour le troisième décryptage de cette campagne présidentielle, c'est au tour de Marine Le Pen. A part son coup du carton rouge, la candidate frontiste n'a fait aucune référence directe au sport. Et pourtant, le FN semble avoir quelques idées sur la question.

Si elle été élue le 6 mai prochain, Marine Le Pen prévoit de prendre immédiatement une "mesure symbolique", nous affirme son équipe de campagne. A l'occasion du 20e anniversaire de la catastrophe de Furiani, la Ligue de football a décidé d'annuler les rencontres professionnelles ce jour-là. Le FN va plus loin et ne veut plus jamais de match officiel le 5 mai.

Taxe sur les transferts et abrogation de l'arrêt Bosman

Ça,  c'est pour le côté symbolique. Pour le reste, "elle veut lutter contre les dérives de la financiarisation du monde du sport, et plus particulièrement du football", explique Eric Domard, directeur de cabinet de Marine Le Pen. Quatre mesures concrètes sont avancées dont l'abrogation de l'arrêt Bosman. Depuis 1995, il n'est plus possible de limiter aux clubs de foot le recrutement de joueurs extracommunautaires. Autrement dit, une équipe de foot peut être aujourd'hui composée de Brésiliens, Portugais, Algériens, Japonais,…

Marine Le Pen ne veut plus de cette non-limitation. "Elle veut plus de joueurs français", lance Eric Domard, son conseiller sport pour la campagne. "Pour relancer la formation des joueurs locaux, il faudra limiter le nombre de joueurs communautaires en accord avec les partenaires européens". Et revenir à la limite de trois joueurs extracommunautaires par équipe (imposée avant l'arrêt Bosman) ? "Il faudra voir, on pourra en discuter".

Toujours pour lutter contre les dérives du "sport-business", Marine Le Pen propose de "taxer les transferts de joueurs, d'instaurer un plafonnement salarial dans les clubs et de limiter le nombre d'investisseurs étrangers lors d'un rachat de club". Par ailleurs, la candidate frontiste veut aussi "accentuer le soutien financier pour les clubs amateurs".

"La taxe à 75%, une mesure électoraliste"

Même s'il s'agit de sport, le FN en profite quand même pour placer un tacle bien appuyé sur les mollets de ses adversaires. Nicolas Sarkozy ? "Son bilan est assez creux. Il n'y a pas eu de grandes mesures pendant le quinquennat". Et François Hollande ? "Lui non plus ne déborde pas vraiment d'idées innovantes. Et sa taxe à 75% est une mesure parfaitement électoraliste", pense Eric Domard.  

Pour l'instant, ce programme ne semble pas avoir convaincu beaucoup de sportifs. A part Pierre Lartigue, ancien pilote automobile et Bob Feeler, pilote de moto dragster, personne n'a apporté son soutien à Marine Le Pen.