Le patron, c'est Lucho !

  • A
  • A
Le patron, c'est Lucho !
Partagez sur :

Auteur d'un début de saison poussif, Lucho Gonzalez redevient décisif. Buteur face à Montpellier (4-0), le milieu de terrain de l'OM est aussi le meilleur passeur du club. C'est donc en vrai patron de l'entrejeu marseillais que l'Argentin tentera de guider les Olympiens vers une nouvelle victoire contre Rennes, mercredi au Vélodrome, en match reporté de la 11e journée de L1.

Auteur d'un début de saison poussif, Lucho Gonzalez redevient décisif. Buteur face à Montpellier (4-0), le milieu de terrain de l'OM est aussi le meilleur passeur du club. C'est donc en vrai patron de l'entrejeu marseillais que l'Argentin tentera de guider les Olympiens vers une nouvelle victoire contre Rennes, mercredi au Vélodrome, en match reporté de la 11e journée de L1. "Combien fait Lucho Gonzalez au 100 mètres ?" Un jeu lancé par les auteurs des Guignols de l'Info il y a quelques semaines pour caricaturer la lenteur du milieu de terrain de l'OM qui, aujourd'hui, ne fait plus rire personne. Car depuis plusieurs matches, la recrue la plus chère du club phocéen a retrouvé une forme digne de son prix d'achat au FC Porto (18 millions d'euros). Celle qui lui avait permis de stabiliser l'entrejeu marseillais la saison dernière. Auteur d'un début d'exercice décevant, comme en 2009-10 quand deux blessures à la clavicule et à la cuisse avaient retardé son éclosion, l'international argentin est redevenu décisif. A une différence près par rapport à l'an passé: il semble avoir retrouvé son meilleur niveau plus tôt. Buteur contre Montpellier (4-0), samedi soir au Vélodrome, et d'une grande influence dans le jeu olympien, "El Commandante" - un surnom qu'il déteste - ne va pas vite. Mais il voit juste. "Ce n'est pas forcément un buteur, mais c'est un excellent passeur qui voit très vite les opportunités, apprécié son coéquipier André Ayew sur le site du club. Il a une vision du jeu extraordinaire. Dans les moments comme ça, c'est bénéfique à l'équipe. On espère que ça va durer." Titulaire indiscutable à Marseille, Lucho Gonzalez est à n'en pas douter l'un des principaux artisans du redressement de l'OM, leader du championnat avant de recevoir le Stade Rennais mercredi, en match reporté de la 11e journée de Ligue 1. Lucho aime jouer arrêté pour donner du mouvement Une rencontre qui pourrait permettre aux joueurs de Didier Deschamps de compter, en cas de succès, trois points d'avance sur leur dauphin lillois. Pour renforcer le rôle de son meneur argentin, l'entraîneur phocéen a décrété qu'il serait désormais le tireur de coups francs en chef. Histoire d'éviter les éventuelles chamailleries. Mais ne comptez pas sur Lucho Gonzalez pour tirer la couverture à lui. Le joueur de l'Albiceleste n'existe qu'à travers le collectif et ne jure que par lui. C'est même ce qui fait sa marque de fabrique, son sens inné de la passe et des espaces. Le voir dribbler quatre joueurs après un déboulé de trente mètres n'est pas dans son registre. Lucho Gonzalez aime jouer arrêté, à la manière d'un Juan Roman Riquelme. Mais il profite des déplacements de ses coéquipiers pour donner du mouvement au jeu de son équipe. "J'ai toujours eu cette manière de jouer, guidée par quelques principes et destinée à compenser mon manque de vitesse", explique-t-il dans le magazine Surface. "Jouer simple et facile, ne pas multiplier les touches de balle" sont ses leitmotivs. L'OM le bénit pour cela.