Le patron, c'est Jason

  • A
  • A
Le patron, c'est Jason
Partagez sur :

Jason Lamy Chappuis a remporté son deuxième globe de cristal de la Coupe du monde de combiné nordique ce vendredi à Lahti. Troisième de l'avant-dernière manche de la saison, le Jurassien a gagné son pari alors qu'une douzième place lui suffisait. Champion olympique l'an dernier, champion du monde cette année, le Français rentre un peu plus dans l'histoire du ski français.

Jason Lamy Chappuis a remporté son deuxième globe de cristal de la Coupe du monde de combiné nordique ce vendredi à Lahti. Troisième de l'avant-dernière manche de la saison, le Jurassien a gagné son pari alors qu'une douzième place lui suffisait. Champion olympique l'an dernier, champion du monde cette année, le Français rentre un peu plus dans l'histoire du ski français. Finir le boulot. Telle était la mission de Jason Lamy Chappuis neuf jours après son titre de champion du monde glané à Oslo. Disposant de 180 points d'avance sur le jeune Norvégien Mikko Kokslien, le dernier à pouvoir lui arracher le globe de cristal, le Jurassien n'avait besoin que de 21 points. Soit l'équivalent d'une douzième place alors qu'il restait deux manches à disputer à Lahti... et que la plus mauvaise place du Français cette saison était une onzième position à Schonach. En Allemagne, Jason Lamy Chappuis était en plus malade, handicapé par un sérieux coup de froid. Rien de tout cela ce vendredi en Finlande. Sur le tremplin de Lahti, le Jurassien assure tout d'abord, se posant à 123 mètres pour prendre la quatrième place derrière Haavard Klemetsen (127,5 mètres), Wilhelm Denifl (126 mètres) et Kaarel Nurmsalu (130,5 mètres mais une note technique inférieure). Surtout, Jason observe le loupé de Kokslien seulement 20e. Bon fondeur, le Norvégien part avec une minute et 17 secondes de retard. Un bel écart que Lamy Chappuis sait désormais gérer, comme il a pu le montrer à Oslo lors d'une épreuve épique sur grand tremplin. Des Allemands à surveiller Bien placé, le Français observe le retour d'Allemands en pleine forme en cette fin de saison. Déjà étincelant à Oslo, Eric Frenzel, champion du monde sur petit tremplin, revient vite, accompagné de son compatriote Bjoern Kircheisen. Lamy Chappuis s'accroche, observe Klemetsen et Nurmsalu serrer les dents. Sous des chutes de neige de plus en plus intenses, le Français aperçoit au loin le globe, le deuxième consécutif. Finalement troisième derrière les deux Allemands, Kircheisen et Frenzel dans l'ordre, Jason Lamy Chappuis décroche un deuxième gros globe de cristal, le troisième après le petit remporté en 2007 via l'ancien format du sprint, disparu lors de la réforme pré-olympique de Vancouver. Champion du monde, champion olympique, double vainqueur de la Coupe du monde à seulement 24 ans, Jason Lamy Chappuis est un ogre, un phénomène rare dans le sport français. Après les Mondiaux, le patron du combiné français, Nicolas Michaud, nous confiait d'ailleurs quelques interrogations. Comment remotiver à présent son chef de file, alors qu'il a désormais tout gagné ? L'an passé déjà, la période post-olympique n'avait pas été simple à gérer. Le champion avait reconnu "un certain vide" après avoir conquis le titre ultime. Sotchi étant encore loin, la perspective d'une médaille par équipes ne sera sans doute pas suffisante. A l'ogre Jason de trouver un nouveau challenge, celui peut-être de rester tout en haut malgré l'arrivée d'une nouvelle génération ambitieuse, incarnée par une équipe allemande prometteuse. Après avoir vaincu les anciens Ackerman, Gottwald, Manninen ou Stecher, il lui faudra désormais résister aux jeunots. Vivement l'hiver prochain !