Le Paris OSC, la crème de la Coupe

  • A
  • A
Le Paris OSC, la crème de la Coupe
@ MICKAËL ROBIN/Europe 1/REUTERS
Partagez sur :

FOOT - Europe1.fr a imaginé un onze regroupant les meilleurs éléments du PSG et du Losc.

L'Europe a eu quatre clasicos Real-Barça au printemps. La France va avoir deux PSG-Lille en une semaine. En finale de la Coupe de France, samedi, puis lors de la 37e journée du championnat, samedi 21, deux des équipes les plus joueuses de l'Hexagone vont s'affronter pendant 90 minutes, voire un peu plus : une aubaine pour les amateurs de beau jeu, car le talent sera aux quatre coins du terrain. Démonstration avec cette équipe fictive, le Paris OSC, qui aurait très pu s'appeler aussi le Lille Saint-Germain.

1. Mickaël Landreau. Le gardien du LOSC a d'autant plus sa place dans cette équipe qu'il est le seul à avoir porté les couleurs des deux clubs. Après un passage compliqué dans la capitale, entre 2006 et 2009, l'ancien capitaine du FC Nantes, qui fêtera ses 32 ans... samedi, jour de la finale, vit une seconde jeunesse avec le Losc. Constant tout au long de la saison, il a été l'un des acteurs majeurs du parcours lillois en Coupe, avec un rôle majeur lors des deux qualifications obtenues aux tirs au but (Nantes et Lorient).

2. Christophe Jallet. Mathieu Debuchy aurait également fait un très bel arrière droit dans cette équipe. Mais en faisant le choix de Jallet, Europe1.fr entend saluer l'ancien Lorientais, injustement privé de cette finale après un carton rouge sévère récolté face à Nancy, mardi, en championnat. Ses déboulés sur le côté droit et sa précision dans les centres vont manquer au club de la capitale.

3. Adil Rami. Pour sa dernière saison avec le Losc avant de rejoindre Valence, Rami est partout : dans les médias, en équipe de France, au cœur de la défense centrale nordiste… Sa présence de la tête et sa justesse technique en font l'un des meilleurs défenseurs centraux de France, même s'il se fait remarquer parfois par des choix hasardeux, sur et en dehors du terrain, comme ce fut le cas à Monaco (passe en retrait manquée pour Landreau, coup de gueule contre ses coéquipiers).

4. Mamadou Sakho. Depuis le début de l'année 2011, Mamadou Sakho, allure dégingandée, attelle à la main droite, s'impose comme le meilleur défenseur de France. Intraitable dans les duels, doté d'un admirable sens du placement, avare en fautes, Sakho, c'est le nouveau "roc" du football français. Laurent Blanc ne s'y est pas trompé et a appelé le jeune Parisien chez les Bleus en novembre dernier. Avec la blessure de Philippe Mexès, Rami-Sakho devrait être la paire de défenseurs centraux de l'équipe de France lors du match en Biélorussie, le 3 juin prochain. Plus jeune capitaine de l'histoire du PSG, à 17 ans et 8 mois, il a aujourd'hui l'étoffe pour porter le brassard de ce Paris OSC fictif.

5. Sylvain Armand. Rami-Sakho associés en défense centrale, Europe1.fr a décidé de décaler Sylvain Armand sur le côté gauche, alors qu'Antoine Kombouaré le titularise depuis le début de la saison en défense centrale. Et il y fait un malheur. L'ancien Nantais, plus ancien joueur au PSG (il y est depuis 2004) réalise sans aucun doute sa meilleure saison, avec une qualité de relance et une présence sur les coups de pied arrêtés qui font rarement défaut.

6. Clément Chantôme. Quelle drôle de saison que celle de Clément Chantôme. En début de saison, Antoine Kombouaré ne comptait pas vraiment sur lui. Neuf mois plus tard, le natif de Sens s'est imposé comme l'un des pions essentiels du dispositif parisien dans une position de "milieu relayeur" qu'il remet au goût du jour. Dur au combat, habile dans la construction, Chantôme explose cette saison.

7. Yohan Cabaye. Avec Rio Mavuba et Florent Balmont, il est l'un des membres du fameux triangle lillois au milieu de terrain. Il en est aussi l'élément le plus talentueux. Incarnation du Losc, dont il porte les couleurs chez les pros depuis 2004, ce Nordiste pu jus, né à Tourcoing, connaît tous les rouages du club mais aussi du jeu lillois, dont il est l’un des dépositaires.

8. Gervinho. Le fantasque ailier réalise une saison de haute volée avec le Losc. Décisif devant le but - il a marqué 14 buts et délivré 9 passes décisives -, il régale également par sa conduite de balle et son art du dribble court. L'international ivoirien, passé par Le Mans comme Didier Drogba, apporte cette touche de folie qui fait la différence dans les zones de vérité.

9. Eden Hazard. Double meilleur espoir de Ligue 1 en titre, l'international belge pourra prétendre en fin d'année au trophée du dessus, à savoir celui de meilleur joueur de Ligue 1 tout court. Sur son côté gauche, à Lille, il régale par la précision de ses passes et signe parfois quelques exploits sur des tirs lointains, comme à Marseille, ou récemment, sur coup franc, à Nancy. Alors qu'à Lille, Rudi Garcia l'utilise sur le côté gauche, où il est le parfait pendant de Gervinho, Europe1.fr lui a donné les clés du jeu, au centre, car, sur la gauche, il fallait faire une place pour Nenê.

10. Nenê. Certes, sa propension à tomber facilement ou ses excès d'individualisme irritent. Mais sa justesse technique, son adresse devant le but et ses coups de pied arrêtés régalent aujourd’hui tous les supporters du PSG. Arrivé de Monaco avec un statut de très bon joueur, Nenê a acquis cette année le statut de grand joueur et ce, malgré un passage à vide en début d'année 2011.

11. Moussa Sow. 24 matches, 3 buts avec le Stade Rennais l'an passé. 33 matches, 21 buts avec le Losc cette saison. D'attaquant presque anonyme en Bretagne, Sow est devenu la terreur du Nord. A 25 ans, il semble en pleine possession de ses moyens. Et, cette saison, il nous a gratifiés de plusieurs buts d'anthologie, avec notamment deux retournés magnifiques, l'un à Lyon et à Auxerre.