Le Pana face à l'histoire

  • A
  • A
Le Pana face à l'histoire
Partagez sur :

Pour sa sixième finale d'Euroligue depuis 2000, le Panathinaikos retrouve le Maccabi Tel Aviv dimanche à Barcelone. Cette dernière marche, que beaucoup espèrent épique après des demi-finales décevantes, s'annonce comme un véritable choc. A commencer sur le banc où le stratège des Grecs, Zeljko Obradovic, qui visera une huitième consécration européenne fera face à David Blatt, néophyte à ce niveau.

Pour sa sixième finale d'Euroligue depuis 2000, le Panathinaikos retrouve le Maccabi Tel Aviv dimanche à Barcelone. Cette dernière marche, que beaucoup espèrent épique après des demi-finales décevantes, s'annonce comme un véritable choc. A commencer sur le banc où le stratège des Grecs, Zeljko Obradovic, qui visera une huitième consécration européenne fera face à David Blatt, néophyte à ce niveau. Le Palau Sant Jordi s'apprête à accueillir un choc de titans, à l'image des imposants pivots des deux équipes, prêts à se livrer une lutte intense dans la raquette. Mike Batiste et Sofoklis Schortsanitis devraient ainsi être deux des grands animateurs de cette finale de l'Euroligue 2011. Le public attend en tout cas plus de spectacles après des demi-finales décevantes sur ce point. Le Pana a ainsi livré un festival de shoots ouverts manqués contre Sienne pour une victoire poussive 77-69. Ce dimanche, Zeljko Obradovic attendra plus de ses troupes afin d'aller chercher sa huitième couronne européenne personnelle alors que le Pana dispute sa troisième finale en cinq ans. L'ancien Strasbourgeois Chuck Eidson impressionne Cette expérience, David Blatt n'en a pas en tant qu'entraîneur chef. Le boss du Maccabi disputera sa première finale à ce poste après avoir longuement épaulé Pini Gershon, notamment lors du succès en 2004. Le coach américain disposant d'un passeport israélien devrait encore faire valoir son gros pressing, celui qui a considérablement gêné le Real Madrid vendredi (82-63), faisant disparaitre des débats le géant espagnol lors de deux derniers quart-temps indignes à ce niveau. L'ancien Strasbourgeois Chuck Eidson, élu MVP en demi-finale, et Jeremy Pargo seront encore très attendus pour espérer créer l'exploit. Car le favori sera bien le "Pao". Les Grecs devraient faire valoir leur expérience, si importante cette saison au moment de disposer du tenant barcelonais en quarts dans le sillage de Diamantidis, Fotsis et Batiste, trio magique prêt à emmener le Pana vers un quatrième succès en Euroligue. En outsider, le Maccabi n'escompte pas arriver ce dimanche en victime expiatoire même en l'absence de son fameux meneur, Doron Perkins, blessé aux ligaments croisés face à Vitoria. Privé de ses héros blaugranas, Barcelone s'apprête donc à sacrer Pana ou Maccabi en espérant trouver dans le collectif israélien l'équipe joueuse qui pourrait promettre un match plaisant. Messieurs, faites que la fête soit belle !