Le "onze de la lose" d'Europe1.fr

  • A
  • A
Le "onze de la lose" d'Europe1.fr
@ MICKAËL ROBIN/Europe 1/MAXPPP/REUTERS
Partagez sur :

FOOT - Europe1.fr a sélectionné les joueurs qui ont brillé par leur maladresse ce week-end.

Heurelho Gomes, Tottenham (ANG). Le gardien brésilien de Tottenham est un récidiviste. En quarts de finale retour de la Ligue des champions, face au Real Madrid, il avait fait une faute de main énorme et offert le but à Ronaldo. Dimanche, à Stamford Bridge, face à Chelsea (2-1), il a remis ça, en version "Arconada", laissant échapper le cuir entre ses jambes. Comble de la guigne, le but a été accordé même si le ballon n'avait pas entièrement franchi la ligne…

Younes Kaboul, Tottenham (ANG). Titulaire sur la droite de la défense, l'ancien Auxerrois a vécu un après-midi difficile, samedi. Son intervention sur Salomon Kalou aurait dû coûter un penalty à son équipe. Et s'il a gagné beaucoup de duels, il n'a pas réussi à cadrer ses deux frappes de la tête dans le temps additionnel. Et Tottenham, pas veinard, s'est incliné sur deux buts qui, pour quelques millimètres, auraient pu (dû ?) être refusés.

Renato Civelli, Nice. Pour Civelli, ce n'est pas tous les jours dimanche. Face à Caen, le défenseur argentin de l'OGCN, qui restait sur trois buts en quatre matches, a, cette fois, pris deux cartons jaunes en sept minutes. Une vraie performance, comme celle de perdre 4-0 à domicile face à Caen, ce que Nice a réussi… dimanche.

Marius Stankevicius, Valence (ESP). Deuxième semaine de présence de suite dans le "onze de la lose" pour le défenseur lituanien du FC Valence. Le troisième de Liga, qui restait sur un 3-6 à domicile contre le Real, s'est incliné cette fois 1-0 chez le mal classé, Osasuna. Stankevicius, lui, était mal placé. Et sa déviation du dos a fini dans les filets de son gardien...

Aly Cissokho, Lyon. Son petit lob du revers aurait pu être remarquable s'il n'avait pas conduit à tromper son propre gardien, Hugo Lloris. Pressé par son homonyme de Toulouse, Moussa Sissoko, son erreur est excusable. Ce qui l'est moins, c'est son tacle assassin sur Daniel Braaten, un geste de frustration qui lui a logiquement valu un carton rouge en fin de match. Ce triste doublé csc - carton rouge, il est le premier à le réaliser en L1 depuis Yaya Touré, en 2007.

Emmanuel Corrèze, Arles-Avignon. C'est déjà compliqué à onze, alors à dix... Emmanuel Corrèze, milieu de terrain titularisé en défense, a eu la très mauvaise idée de laisser ses coéquipiers d'Arles-Avignon à dix, samedi, à Lille, pour une défaite 5-0. Son tacle en retard sur Mathieu Debuchy aurait pu valoir le rouge dès la 29e minute. Son acte d'antijeu sur Gervinho a fini de convaincre Nicolas Rainville de le sortir du terrain. L’ACA n’avait pas besoin de ça. Le Losc non plus d’ailleurs...

Daniele de Rossi, AS Rome (ITA). Le milieu de terrain italien n'est pas un tendre. On le savait déjà. Mais cette saison, il fait très fort. Il a en effet été exclu pour la troisième fois de la saison, la deuxième fois pour coup de coude. Le club de la Louve, toujours en course pour la Ligue des champions, s'en est sorti à Bari grâce à Rosi. Rosi, avec un seul s mais plusieurs neurones

Bakaye Traoré, Nancy. L’ASNL a laissé échapper un point qui lui tendait les bras, dimanche, à Sochaux. Suite à une main de David Sauget, Nancy a eu l'occasion d'égaliser. Bakaye Traoré a pris ses responsabilités et a choisi de tirer le penalty. Mais le milieu de terrain lorrain, au lieu de s'appliquer sur son geste, a ralenti sa course et raté son tir. Résultat : un point de perdu et une place de relégable pour l'ASNL. Honnête, le joueur a reconnu son erreur à l'issue de la rencontre.

Paolo Guerrero, Hambourg (ALL). L'attaquant péruvien était célèbre jusqu'à présent pour avoir jeté une bouteille au visage d'un fan en regagnant les vestiaires. Depuis ce week-end, il est également l'auteur d'un des plus beaux loupés de la saison en Bundesliga. Sur un centre de Zé Roberto, Guerrero, seul à deux mètres du but, se trompe de surface… de contact et le ballon, au lieu d'avancer, recule... Son compteur reste bloqué à quatre buts cette saison.

Michel Bastos, Lyon. Depuis combien de temps Michel Bastos n'a-t-il pas fait un grand match ? Ah, vous non plus, vous ne vous en souvenez plus ? Ce ne fut certainement pas le cas dimanche, à Toulouse. De sa panoplie d'attaquant, il n'a, semble-t-il, gardé que les tacles approximatifs. Ses deux interventions maladroites, les deux en deux minutes, lui ont valu d'être expulsé. On préfère ses coups francs à ces coups francs.

Issam Jemaa, Lens. Titularisé à la pointe de l'attaque lensoise, le Tunisien a été transparent, samedi soir, face à Lorient (2-3). Cette saison, Jemaa n'a marqué que cinq fois et ses buts n'ont rapporté que quatre points au Racing. Avec un avant-centre aussi peu productif, forcément, ça ne va pas être simple de se maintenir.