Le onze de la lose

  • A
  • A
Le onze de la lose
@ Mickaël Robin
Partagez sur :

FOOT - Tous les joueurs qui ont brillé ce week-end par leur maladresse.

Tous les week-ends, il y a les "cracks" du sport. Des joueurs de football qui donnent un peu de leur génie tous les samedis et dimanches sur les pelouses européennes. Mais rassurez-vous, on n’oublie pas les losers. Ceux qui n’hésitent pas, pour passer au zapping, de louper un dégagement, rater un but tout fait ou pousser un coup de gueule. Chaque lundi, Europe1.fr vous offre le "onze de la lose", la crème de la crème des losers européens.

Apoula Edel (PSG, Ligue 1). Une prestation quasi-parfaite. Un pénalty offert à l’adversaire, un but casquette et une provocation ultime au nez et à la barbe des supporters du PSG. Rentré au bout d’une demi-heure de jeu après la blessure de Coupet, Edel a réussi à faire perdre deux points à ses coéquipiers. Et à la fin du match, il a déclaré au micro de Canal + qu’il restait à Paris. Du grand art. Il mérite amplement le brassard de capitaine.

Taye Taiwo (Marseille, Lige 1). Une frappe de mulet et il offre pour la deuxième fois consécutive la Coupe de la Ligue à l’OM. Mais ce n’est pas pour ça que nous l’avons sélectionné. Après la rencontre, Taye Taiwo a endossé le costume de poète. Il a clamé son amour pour les parisiens. Tout en finesse. Merci Taiwo.

Costa (FC Valence, Liga). Jouer contre le Real Madrid de José Mourinho n’est pas une partie de plaisir. Mais de là à encaisser six buts, ça fait un peu beaucoup. Et contre Benzema, Kaka et Higuain, les défenseurs du FC Valence ont fait très fort. Petite mention spéciale pour Casta et ses erreurs de marquage.

Marius Stankevicius (FC Valence, Liga). Le défenseur lituanien du FC Valence a fait preuve de plus de classe que son partenaire, Costa. A plusieurs reprises, il a été récupéré le ballon au fond des filets. Et puis, avec son look à mi-chemin entre Sergio Ramos et Jérôme Rothen, Marius Stankevicius méritait sa place dans ce "onze de la lose".

Adrian Gunino (Toulouse, Ligue 1). Arrivé en 2009 au TFC, le latéral uruguayen n’a jamais fait preuve de beaucoup de sang-froid au sein de la défense toulousaine. Contre Caen dimanche, il est à l’origine du but de Hamouma. Après 75 minutes passées à rater des passes, Alain Casanova a décidé de le remplacer par le technicien toulousain, Fodé Mansaré et ses passements de jambe improbables.

Julien Feret (Nancy, Ligue 1). Il était l’une des révélations de ces dernières années. Dimanche, il a été l’une des grosses déceptions du week-end. Il a grandement participé au match nul de Nancy (0-0) contre Arles-Avignon. Et ne pas trouver la solution contre une équipe reléguée en seconde division sept journées avant la fin du championnat, c’est quand même une sacrée performance…

Yoann Gourcuff (Lyon, Ligue 1). Non le beau gosse du foot français n’a pas joué dimanche. Normal, Lyon joue mercredi contre Montpellier, en match en retard de la 32e journée. Il n’a pas joué mais il mérite quand même sa place dans cette équipe. Pourquoi ? Pour ses excuses publiques au Canal Football Club dimanche soir. "Je ne me sens plus capable de faire les mêmes gestes techniques qu’à Bordeaux. J’ai perdu beaucoup de spontanéité depuis". Si ça, c’est pas un discours de loser…

Eden Hazard (Lille, Ligue 1). Considéré comme l’un des meilleurs joueurs de sa génération, Eden Hazard peine à confirmer. Le LOSC n’a pris que deux points lors des trois derniers matches. Le technicien belge a sa grande part de responsabilité dans cette baisse de régime.

Cristiano Ronaldo (Real Madrid, Liga). Rentré à la 67e minute de jeu à Valence à la place de Gonzalo Higuain, Cristiano Ronaldo n’a pas réussi à trouver la solution. Quand il est entré sur la pelouse, son équipe menait 6-1. Score final : 6-3 pour le Real. Comme quoi, CR7 n’est pas toujours décisif à Mestalla.

David Villa (FC Barcelone, Liga). Sa place dans ce onze type n’a rien à avoir avec sa ressemblance, pourtant frappante, avec Jean-Pascal, l’ex-star de la télé-réalité. L’attaquant du FC Barcelone a inscrit un but contre Osasuna (2-0) samedi soir. Mais un seul. Et ce petit but était son premier depuis le 26 février dernier. Quand on joue au Barça, ça devrait être interdit de ne pas marquer de but pendant deux mois.

Fernando Torres (Chelsea, Premier League). Depuis quelques semaines, l’attaquant de Chelsea est devenu la risée des supporters de Chelsea. Samedi, "el Niño" a enfin planté contre West Ham. Mais un but après 740 minutes de silence après avoir été acheté 58 millions d’euros, c’est ce qu’on appelle un gros loser.