Le n°1 c'est Monfils

  • A
  • A
Le n°1 c'est Monfils
Partagez sur :

Premier joueur national, Gaël Monfils a bien tenu son rang jeudi à Barcelone face à Richard Gasquet, son poursuivant français le plus proche. Le Parisien, qui a dû écarter une balle d'un set partout dans le tie-break (6-4, 7-6), s'est montré un poil plus solide que son pote sur la terre battue catalane. Et une semaine après le Biterrois, c'est lui goûtera demain en quarts de finale au lift de Rafael Nadal.

Premier joueur national, Gaël Monfils a bien tenu son rang jeudi à Barcelone face à Richard Gasquet, son poursuivant français le plus proche. Le Parisien, qui a dû écarter une balle d'un set partout dans le tie-break (6-4, 7-6), s'est montré un poil plus solide que son pote sur la terre battue catalane. Et une semaine après le Biterrois, c'est lui goûtera demain en quarts de finale au lift de Rafael Nadal. Richard Gasquet est bien "le n°1 du Languedoc-Roussillon", comme il l'avait confié avec humour mardi à Barcelone aux journalistes qui lui demandaient s'il rêvait encore à la première place mondiale. Il n'est en revanche pas le n°1 français et le titulaire à ce poste, Gaël Monfils, le lui a rappelé ce jeudi sur le court. Opposés au troisième tour, et ce pour la septième fois sur le grand circuit mais pour une première sur terre battue, les deux copains ont livré une partie accrochée sur le court n°1 du complexe catalan mais le Parisien s'est montré plus solide dans les moments clés. Après un échange de breaks au début du match, à chaque fois conclu sur une double faute, Monfils a pris les devants en chipant une deuxième fois l'engagement de son compatriote lors du septième jeu. Un avantage qu'il a su conserver pour empocher un premier set sans grand relief (6-4). Dans le deuxième, après nombre d'occasions gâchées des deux côtés, la "Monf" semblait avoir fait le plus dur en réussissant un nouveau break pour mener 5-4 et servir pour le gain du match derrière. Mais le protégé de Roger Rasheed calait au moment de finir, perdant pour la deuxième fois de l'après-midi sa mise en jeu avant d'être poussé au jeu décisif. Mené 1-4 dans le tie-break, Gasquet jouait son va-tout, avec quelques prises de risques bien senties qui lui permettaient de recoller à 5-5. A 7 points à 6 l'Héraultais se procurait même une balle d'égalisation à une manche partout mais c'est Monfils qui avait le dernier mot sur sa deuxième balle de match (7-6 [7]). Le chef de file du tennis tricolore va désormais pouvoir demander conseil à sa victime du jour, battue la semaine passée à Monte-Carlo par Rafael Nadal. L'Espagnol, facile vainqueur du Colombien Santiago Giraldo (6-3, 6-1) quelques heures plus tard, sera en effet l'adversaire du Français en quarts de finale. Il ne s'agira plus là d'un n°1 de «région» mais du n°1 mondial.