Le Mexique est déjà prêt

  • A
  • A
Le Mexique est déjà prêt
@ Reuters
Partagez sur :

CM 2010 - Futur adversaire des Bleus, le Mexique a impressionné jeudi face à l'Italie (2-1).

CM 2010 - Futur adversaire des Bleus, le Mexique a impressionné jeudi face à l'Italie (2-1).Qui doit s'inquiéter le plus ? L'Italie ou la France ? Les deux finalistes de la dernière Coupe du monde ont en tout cas tiré de précieux enseignements après avoir vu le Mexique à l'oeuvre ce jeudi à Bruxelles. Raymond Domenech et son staff, tout d'abord, ont été un peu plus confortés dans leur sentiment vis à vis de la formation de Javier Aguirre : les Bleus auront du mal à déstabiliser le Mexique le 17 juin à Polokwane lors de leur deuxième match du groupe A. La Squadra Azzura, elle, a vu directement sur la pelouse du Roi Baudoin qui lui restait pas mal de boulot pour espérer défendre son titre avec dignité, bien que Marcello Lippi n'ait pas voulu se montrer inquiet après ce match de préparation.Les champions du monde devront toutefois être plus saignants samedi face à la Suisse. Il n'en fallait pourtant pas beaucoup pour que les premières secondes de ce duel puissent changer le destin de la rencontre. Les Italiens démarraient plutôt fort avec un corner repris de la tête par Iaquinta, l'attaquant de la Juventus voyant le ballon repoussé par la transversale avant que Gilardino, lui aussi dans la surface, ne puisse assurer sa reprise finalement au dessus du cadre de Perez (3e). Après cette entame prometteuse pour son adversaire, le Mexique entrait en scène pour, dans un premier temps, confisquer le cuir comme le démontre le pourcentage de la possession de balle en faveur des hommes de Javier Aguirre en fin de première période (62 contre 38).Cannavaro dépasséEt les Mexicains ne manquent pas de situations pour mettre à mal Buffon et sa défense. Après une première alerte signée Torrado dont le tir aux 20 mètres s'échappe du cadre pour quelques centimètres (9e), le prochain adversaire des Bleus ouvre la marque par Vela. Le joueur d'Arsenal reprend du droit un très bon service de l'ex-Barcelonais Giovani (1-0, 17e). C'est ensuite au tour d'Hernandez, futur Red Devil, de donner le tournis à l'arrière garde italienne (25e), suivi par Salcido, dangereux sur une frappe de loin (26e). Les hommes de Lippi réagissent sur un coup franc de Pirlo, claqué en corner par Ochoa (28e), mais subissent la pression du "Tricolor" encore menaçante sur des tentatives lointaines, en l'occurrence par l'intermédiaire de Salcido. Buffon, battu, est heureux de voir le cuir frôler la lucarne (35e). Cannavaro, pour ne pas rassurer Lippi, est coupable ensuite d'une vilaine faute d'anti-jeu sur Vela bien lancé vers le but (44e).Dépassés, le Ballon d'Or 2006 et sa défense le sont encore à la reprise en laissant trois Mexicains en bonne position aux abords des 16 mètres. Heureusement pour la Squadra Azzurra, le "centre caviar" de Vela pour Hernandez est vendangé par l'ex-attaquant du Chivas Guadalajara (54e). Et la possession de balle qui grimpe à 65% à l'approche de l'heure de jeu. Lippi effectue alors un double changement avec les entrées de Pazzini et Maggio à la place de Gilardino et Zambrotta (63e). Les atouts resteront toutefois dans les mains des Mexicains, Vela loupant à son tour la balle de break sur un service du vétéran Blanco (77e). Blanco remet ça un peu plus tard et sa passe est tout aussi précise pour Medina qui ne rate pas le 2-0 seul face à Buffon (84e). La réduction du score signée Bonucci ne changera pas le sentiment négatif qui aura certainement gagné les tifosi transalpins en voyant leurs préférés en manque d'énergie et de créativité.Les Mexicains, eux, semblent déjà bien rodés, physiquement, comme dans leur complicité sur le terrain avec quelques belles séquences collectives à une touche de balle. Sans oublier cette culture de la conservation du cuir qui va rendre impatientes pas mal d'équipes. Aux Bleus de trouver la parade.